Cet article date de plus d'un an.

Affaire Vinicius : insultes racistes, dépôt de plainte, arrestations... On vous résume la polémique qui embrase l'Espagne et le football mondial

Depuis dimanche et les insultes racistes subies par Vinicius Junior à Valence, l'affaire a pris une tournure judiciaire, débouchant sur plusieurs arrestations.
Article rédigé par Elio Bono, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 3 min
La colère de Vinicius lors de la rencontre entre Valence et le Real Madrid, le 21 mai 2023. (JOSE JORDAN / AFP)

Il a fallu attendre la sixième affaire de l'année pour que le sujet ne s'embrase. Comme notamment à Majorque, Valladolid ou Barcelone, l'ailier brésilien du Real Madrid Vinicius Junior a été victime d'insultes racistes lors du match des siens à Valence, dimanche 21 mai. Depuis, c'est une vraie prise de conscience qui semble animer les autorités espagnoles. De nombreux événements dans les heures suivantes ont placé cette affaire au coeur de l'actualité. Franceinfo vous résume les faits.

Les faits : "mono, mono", Vinicius insulté par des supporters de Valence

Alors qu'il joue avec le Real Madrid à Valence dimanche, Vinicius Junior entend un supporter le traiter de "mono" ("singe" en castillan) et s'en insurge , pointant du doigt ledit aficionado. Brièvement interrompu, le match électrique va finalement à son terme... sans l'ailier brésilien, expulsé dans les arrêts de jeu à la suite d'une échauffourée avec le défenseur valencien Hugo Duro - quant à lui blanchi par l'arbitre.

D'après l'entraîneur du Real Carlo Ancelotti les insultes ont commencé dès l'arrivée du club madrilène à Mestalla, deux heures avant le coup d'envoi.

"Cette ligue a un problème avec le racisme", réagit Carlo Ancelotti

Sitôt la rencontre terminée, Vinicius Junior est soutenu par Ancelotti. " Ce qui s'est passé aujourd'hui nous est déjà arrivé, mais de cette manière, non, se lamente-t-il en conférence de presse d'après-matc h. La Liga espagnole a un problème avec le racisme. Et le problème, ce n'est pas Vinicius. Il est la victime."

Exaspéré par ces attaques multiples, le Brésilien affirme que "le championnat appartient au racisme" "Avec mon expulsion, les racistes ont gagné. Ce n'est pas du football, c'est la Liga", écrit-il en story sur Instagram.

Vinicius soutenu par le monde du football... mais pas par la Liga

Au-delà de son club, Vinicius reçoit de nombreux soutiens de poids. "Tu n'es pas seul, on est avec toi et on te soutient", écrit par exemple Kylian Mbappé sur Instagram. D'autres figures, telles Neymar, Rio Ferdinand ou Paul Pogba, réagissent également.

Malgré cette unité, la voix dissonante de Javier Tebas émerge. Le président de La Liga s'en prend en effet... à Vinicius : "Nous avons voulu t'expliquer ce que fait la Liga pour agir contre le racisme, mais tu ne t'es présenté à aucun rendez-vous programmé. Avant de critiquer et d'insulter la Liga, tu dois t'informer."

Le Real Madrid porte plainte, une enquête ouverte

Lundi, au lendemain des événements, le Real Madrid passe à la vitesse supérieure et dépose une plainte auprès de la justice espagnole, s'appuyant sur le motif juridique du "délit de haine". "Ces faits constituent une atteinte directe à notre modèle de coexistence de notre Etat de droit social et démocratique" , insiste le club.

Quelques heures plus tard,  le parquet de Valence annonce l'ouverture d'une enquête pour cette même catégorie pénale, qui inclut les insultes racistes. Le débat agite également la sphère politique, puisque le ministre de la Consommation, Alberto Garzón réclame " une réponse ferme".

Quatre personnes interpellées à Madrid pour des faits remontant à janvier

Le retentissement médiatique a-t-il accéléré cette procédure ? Mardi matin, au surlendemain du match à Valence, la police nationale annonce l'interpellation de quatre individus à Madrid. Ceux-ci sont soupçonnés d'avoir pendu un mannequin à l'effigie de Vinicius en janvier, avant un derby entre l'Atlético et le Real, en Coupe du Roi. Là encore, le "délit de haine" est invoqué.

"Trois jeunes" arrêtés à Valence

Quelques heures plus tard, trois autres personnes sont interpellées par la police, cette fois à Valence. Ces "trois jeunes" sont suspectés d'avoir proféré des insultes racistes à l'encontre de "Vini". Alors que le Conseil supérieur des sports (CSD) espagnol continue d'analyser les images à disposition pour formellement identifier les fautifs, le club de Valence annonce, dans un communiqué [en espagnol], son souhait d' "expulser à vie" ceux qui seraient coupables d'actes racistes.

L'arbitre vidéo de Valence-Real Madrid écarté

Initialement désigné pour deux matches de la 36e journée le week-end prochain, l'arbitre vidéo de Valence-Real Madrid, Nacho Iglesias Villanueva, est finalement mis de côté "après une décision du comité technique arbitral", indique la Fédération dans un communiqué mardi. Celle-ci n'en précise pas la raison, mais le timing de la décision laisse penser à une sanction.

"Je ne sais pas s'ils les ont manipulées ou s'ils ont simplement oublié de les lui montrer, mais il est clair que Vinicius a été agressé", tranche Carlo Ancelotti à propos des images de l'action sur laquelle le Brésilien est expulsé, au contraire de son vis-à-vis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.