Cet article date de plus d'un an.

Liga : la justice espagnole annonce l'ouverture d'une enquête après les insultes racistes à l'encontre de Vinicius Junior

De nouveau ciblé, dimanche, par des insultes à caractère raciste lors du match du Real Madrid face à Valence, l'attaquant brésilien voit la justice espagnole s'emparer de l'affaire.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Vinicius Junior à l'ocassion du match Valence-Real Madrid, au stade Mestalla, le 21 mai 2023. (DAVID ALIAGA / AFP)

L'affaire prend un nouveau virage. Au lendemain du match opposant Valence au Real Madrid (0-1), et au cours duquel le madrilène Vinicius Junior et son club ont dénoncé des insultes racistes à l'égard de l'attaquant, le parquet de Valence a ouvert une enquête pour "délit de haine" présumé, le lundi 22 mai, a appris l'AFP de sources judiciaires. Cette catégorie pénale inclut les insultes racistes.

Devant la presse, le président de la Fédération espagnole de football (RFEF), Luis Rubiales, a reconnu que le football espagnol avait "un problème de racisme", qui, a-t-il ajouté, "entache toute une équipe, tous les supporters, tout un pays". Un mal récurrent au sein du championnat espagnol pour lequel la fédération a demandé l'adoption de "mesures plus vigoureuses", qui pourraient aller jusqu'à la fermeture de tribunes, voire de stades en cas de récidive, ainsi que la saisine de la Commission d'État contre la violence, la xénophobie et le racisme dans le sport.

Le gouvernement espagnol entre dans la danse

Si le Real Madrid et l'AFE, principal syndicat des joueurs en Espagne, ont déjà annoncé avoir déposé plainte auprès du parquet général espagnol, soit au niveau national, les politiques sont aussi entrés dans la controverse. En effet, le ministre de la Consommation, Alberto Garzón, a réclamé "une réponse ferme" contre ce phénomène qui "montre que le racisme est très ancré chez certains groupes spécifiques de supporters (...)".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.