Cet article date de plus d'un an.

Affaire Vinicius : trois personnes arrêtées par la police à Valence

La police espagnole a annoncé, mardi, avoir interpellé trois personnes dans le cadre de l'enquête pour "délit de haine" à l'encontre de Vinicius Junior, ouverte lundi.
Article rédigé par franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'arbitre espagnol De Burgos Bengoetxea tente de calmer le Brésilien du Real Madrid Vinicius Junior, lors du match Valence-Real le 21 mai 2023. (JOSE JORDAN / AFP)

Au lendemain du dépôt de plainte du Real Madrid pour "délit de haine" et de l'ouverture d'une enquête pour ce motif par le parquet de Valence, les forces de l'ordre espagnoles ont interpellé trois personnes. "La police a arrêté aujourd'hui à Valence trois jeunes pour les comportements racistes intervenus dimanche lors du match entre Valence et le Real Madrid", a indiqué la police, mardi 23 mai.

Ces arrestations interviennent alors que quatre autres personnes ont été arrêtées par la police, un peu plus tôt. Elles sont soupçonnées d'avoir pendu un mannequin à l'effigie de ce même Vinicius en marge du derby madrilène entre l'Atlético et le Real, en janvier dernier. Ce dernier épisode de racisme à l'encontre du Brésilien, et son retentissement planétaire, semblent pousser les autorités à avancer rapidement.

Le club de Valence, via un communiqué [en espagnol], a répété "sa condamnation la plus ferme et sa position catégorie contre le racisme" et a annoncé vouloir appliquer envers les fautifs "sa mesure la plus sévère : les expulser à vie". Le Conseil supérieur des sports (CSD) espagnol a affirmé de son côté être en train d'analyser les images afin d'identifier "les auteurs de ces insultes et comportements pour proposer les sanctions appropriées".

La fédération espagnole de football a, pour sa part, remplacé l'arbitre vidéo, qui n'avait pas montré toutes les images concernant les événements amenant à l'expulsion de Vinicius, pour le prochain match. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.