France-Portugal : Koundé, Hernandez, Tolisso... Quels changements dans le onze des Bleus ?

Pour le dernier match de la phase de groupes contre le Portugal, mercredi à Budapest (21 heures), Didier Deschamps va vraisemblablement effectuer trois changements dans sa composition d’équipe.

Article rédigé par
De notre envoyé spécial à Budapest - Andréa La Perna - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Jules Koundé débutera-t-il pour la première fois avec l'équipe de France contre le Portugal le 23 juin 2021 ? (FRANCK FIFE / AFP)

Après la victoire convaincante contre l’Allemagne, Didier Deschamps avait reconduit exactement le même onze-type contre la Hongrie, à l’exception de la présence de Lucas Digne à gauche de la défense à la place de Lucas Hernandez. Mais pour le dernier match de la phase de groupes face au Portugal, mercredi 23 juin, davantage de changements sont attendus.

Les Bleus sont déjà qualifiés pour les huitièmes de finale de l'Euro 2021 car assurés de terminer parmi les meilleurs troisièmes dans le pire des cas. Mais il ne faut pas s'attendre à ce que le sélectionneur procède à une revue d'effectif même si les 25 joueurs du groupe sont disponibles. En fonction de l'issue du match contre le Portugal - et d'Allemagne-Hongrie -, la France peut terminer première, deuxième ou troisième du groupe F. Ne pas terminer en tête, c'est risquer de tomber contre l'Angleterre en cas de deuxième place et devoir se battre contre la Belgique ou les Pays-Bas en cas de troisième place.

Peu de raisons de changer

Réputé pour son conservatisme, Didier Deschamps n'est pas du genre à jouer les apprentis sorciers. À en juger par le souci prononcé qu'il partage avec son groupe d'éteindre les incendies avant qu'ils ne mettent en péril la structure de son édifice, "DD" veut éviter à tout prix de bouleverser l'équilibre du groupe. La brouille entre Mbappé et Giroud : "Une broutille". Pas d'inquiétude après le nul contre la Hongrie non plus car l'équipe de France est là où elle voulait être, première de son groupe après deux journées. L'heure de la remise en question n'est pas arrivée.

Si changements il y a face au Portugal, tout sera dans la retouche. "L'objectif est toujours de garder l'équipe la plus compétitive pour décrocher les meilleurs résultats. J'ai fait un changement entre le premier et le deuxième, je peux être amené à en faire d'autres", a-t-il freiné en conférence de presse à la veille du match. Évidemment, pas question de donner des indices aux journalistes quand ils peuvent tomber dans l'oreille de l'adversaire.

La dernière séance d'entraînement ce mardi à 18h30, ouverte seulement quinze minutes aux journalistes et photographes, n'a pas permis d'en savoir beaucoup plus. Sous une chaleur accablante, frôlant les 35 degrés, la troupe de Deschamps a effectué échauffements et étirements. Les derniers points ont été marqués à huis clos par les remplaçants les plus ambitieux. Même si Deschamps a dit qu'il continuait à réfléchir à son plan d'attaque, trois changements se sont dessinés au cours des derniers jours.

Hernandez et Tolisso attendus

Logiquement, Lucas Hernandez va retrouver sa place de titulaire dans le couloir gauche après l'intérim de Lucas Digne, correct mais insuffisant pour bousculer la hiérarchie établie. Il faut dire que l'équipe de France n'a jamais perdu quand le défenseur du Bayern Munich était titulaire et qu'il n'a pas hésité à jouer les duels à fond lors des entraînements ouverts à la presse.

Premier joueur à céder sa place après seulement 57 minutes de jeu contre la Hongrie, Adrien Rabiot pourrait ainsi céder sa place. Dimanche, le milieu de la Juventus Turin a longuement discuté à l'entraînement avec Didier Deschamps et son préparateur physique Cyril Moine pour adapter son travail de préparation physique, peut-être gêné par une douleur. Corentin Tolisso tient la corde pour le remplacer, a priori sur le côté droit d'un milieu remodelé en 4-2-3-1. Le sélectionneur n'a pas nié quand cette possibilité a été évoquée devant lui en conférence.

Baptême du feu pour Koundé ?

Pressenti pour sa première titularisation, Jules Koundé pourrait occuper le poste d'arrière-droit, quatre jours après l'après-midi compliqué de Benjamin Pavard. Malmené dans son couloir, le défenseur du Bayern Munich s'était fait mal en tombant contre la Hongrie, lui qui avait aussi été violemment percuté par Robin Gosens contre l'Allemagne. Il n'était d'ailleurs pas venu sur la pelouse du stade Nandor Hidegkuti dimanche, probablement resté aux soins avec Ousmane Dembélé et Raphaël Varane.

Prometteur lors de ses premières 45 minutes en sélection, en préparation contre le pays de Galles le 2 juin, Jules Koundé avait été choisi pour sa capacité à jouer côté droit. Didier Deschamps ne s'en était pas caché lors de l'annonce de sa liste des 26 pour l'Euro. Il n'a pas mis beaucoup de temps à supplanter Léo Dubois dans la hiérarchie. Ce dernier était en tribunes lors des deux premiers matchs des Bleus à l'Euro quand Koundé était sur le banc et proche d'entrer en jeu contre la Hongrie.

Ciblé pour son manque de réalisme contre la Hongrie, le trio offensif Benzema-Griezmann-Mbappé devrait en revanche être reconduit contre le Portugal. Deschamps n’a pas de raisons de se priver de son détonateur et de celui qui a évité une défaite embarrassante lors de la dernière sortie. Pour ce qui est de Karim Benzema, le sélectionneur avait déclaré qu’il conservait “toute confiance” en son attaquant au sortir de sa prestation décevante contre la Hongrie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Equipe de France de football

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.