NBA : cinq choses à savoir sur Giannis Antetokounmpo, le phénomène grec qui a porté les Bucks de Milwaukee vers le titre suprême

L'heure de la consécration est enfin arrivée pour la star grecque, qui est devenu à 26 ans champion NBA, mercredi, pour la première fois de sa carrière.

Article rédigé par
Hugo Lauzy - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 5 min.
Le Grec Giannis Antetokounmpo a remporté les finales NBA avec les Bucks de Milwaukee au bout du match 6 contre les Suns de Phoenix, mercredi 21 juillet 2021. (JONATHAN DANIEL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Après huit saisons en NBA, Giannis Antetokounmpo a décroché, mardi 20 juillet, une première bague de champion avec sa franchise de toujours, les Milwaukee Bucks. Ils ont battu une ultime fois les Suns de Phoenix lors du 6e match des finales pour s'imposer 4 victoires à 2 (après avoir été menés 0-2).

Issu d'une lignée de quatre frères, le Grec a bâti sa réputation au fil des saisons à la fois sur et en dehors des parquets. Un rêve "à l'américaine" dont le géant de 26 ans a fait sa force, d'une enfance tumultueuse en Grèce jusqu'à son avènement dans le plus grand championnat de basket du monde.

Outre le titre suprême avec son équipe, le "Greek Freak", déjà sacré deux fois meilleur joueur de la ligue ces dernières années, a également obtenu une nouvelle consécration individuelle avec le trophée du meilleur joueur (MVP) des finales. Voici cinq choses à savoir sur l'un des basketteurs les plus dominants de sa génération.

Une formation express pour sortir de la rue

Tout a commencé à Athènes pour Giannis Antetokoumpo, né en 1994, de deux parents arrivés clandestinement du Nigéria trois ans auparavant. Une situation de vie compliquée pour celui qui passe des journées entières à vendre dans les rues des lunettes de soleil et autres produits de contrebande avec son grand frère Thanasis. Une mission de survie entre contrôles de police et des va-et-vient de domicile incessants.

Attiré par le basket, celui qui deviendra le "Greek Freak" est répéré dans la rue à l'âge de 13 ans par l'entraîneur Spiros Velliniatis. Une rencontre salvatrice pour ce gamin à l'enfance toujours incertaine. Des premiers pas au club de quartier de Filathlitikos à la deuxième division, il obtient la nationalité grecque en 2013. Un parcours et un apprentissage du basket en vitesse accéléré sans passer par les grands clubs européens. Le choix de la NBA et des États-Unis apparaissent donc comme évident pour celui dont le physique longiligne impressionne déjà.

Un diamant brut drafté très loin

Le 27 juin 2013 est le premier jour de sa deuxième vie : celle d'un départ dans la plus grande ligue de basket au monde. Drafté en 15e position (seulement) à 18 ans par les Milwaukee Bucks, Giannis Antetokounmpo effectue une première année de rookie remarqué avec 6,8 points de moyenne par match. Son contrat de quatre ans dans une franchise en pleine (re)construction lui permet de se roder aussi bien sur le plan physique que technique.

Sa polyvalence lui donne l'occasion d'évoluer rapidement à plusieurs postes : ailier fort, pivot et ailier. Considéré comme l'une des stars montantes les plus prometteuses de la ligue nord-américaine, le Grec détonne et inscrit son premier triple-double en carrière le 22 février 2016 (27 points, 12 rebonds et 10 passes décisives) contre les Lakers de Los Angeles et sous les yeux de Kobe Bryant, proche de la retraite. Tout un symbole.

Surpuissant mais perdant

Une prestance et un charisme hors-norme sur le terrain. Une taille de 2,11 m, une envergure de 2,21 m et des mains de 30 centimètres : son développement physique avec les Bucks de Milwaukee est aussi saisissant. Capable d'enchaîner les matches et les performances toujours aussi spectaculaires, les actions de Giannis Antetokounmpo font souvent partie des "highlights" et des "Tops 10" de la nuit. Sa faculté à enchaîner les records de précocité pousse Milwaukee à lui proposer un contrat stratosphérique de 100 millions de dollars en septembre 2016 pour en faire son "franchise player" à long terme.

Devenu le meilleur marqueur (23 points par match), meilleur "rebondeur" (9), le meilleur passeur (5,5), le meilleur contreur (2) et le meilleur intercepteur (2) des Milwaukee Bucks lors de la saison 2016-2017, le "Greek Freak" est également le premier joueur de sa franchise depuis 1984 à être sélectionné en tant que titulaire au All-Star Game, avec les meilleurs joueurs de NBA. Seul problème de taille : son incapacité à accéder ou dépasser le premier tour play-offs en cinq saisons.  

Défié par Kobe Bryant en 2017

Une première faiblesse sur laquelle les suiveurs et certains joueurs de la ligue nord-américaine ont insisté et appuyé, comme Kobe Bryant. Le "Black Mamba" avait d'abord mis Giannis Antetokounmpo au défi d'être élu MVP. "Au départ, tout a quasiment commencé comme une blague", a expliqué Antetokounmpo, mercredi après son titre de champion. "Je me suis dit : 'Kobe pense que je peux le faire ? Je peux jouer à un niveau élevé, être le leader de mon équipe et être MVP ?' Il fallait que je le fasse."

Résultat, Giannis Antetokoumpo remporte deux titres de MVP consécutifs en 2019 et 2020, en plus de celui du défenseur de l'année en 2020. Une dernière performance seulement réalisé dans l'histoire par Hakeem Olajuwon et Michael Jordan. Entre-temps, l'icône Kobe Bryant lui avait aussi lancé l'objectif de gagner un titre en juin 2019. Un peu plus de deux ans plus tard, la mission est désormais accomplie. Son seul regret reste celui de ne pas avoir montré cela au quintuple champion NBA, mort dans un accident d'hélicoptère en janvier 2020. 

Des finales de superstar

Auteur d'une saison 2020-2021 à plus de 28 points de moyenne par match, Giannis Antetokounmpo a plané autant en saison régulière qu'en playoffs. L'apothéose est toutefois atteinte lors de ces finales NBA contre les Suns de Phoenix. Menés 0-2, les Bucks de Milwaukee ont profité de la série de deux rencontres à domicile pour revenir à hauteur et gagner le match 5 dans l'Arizona, avant un "game" 6 d'anthologie, mardi soir. Après deux matchs à plus de 40 points, le Grec a passé la vitesse supérieure en claquant 50 points pour apporter le deuxième titre de la franchise des Bucks, 50 ans après le premier.

Des statistiques affolantes pour ses premières finales NBA avec 35,2 points et 13,2 rebonds de moyenne. À 26 ans, il est déjà le seul joueur à avoir remporté à la fois le titre de MVP, celui de MVP des finales, le MIP (joueur ayant le plus progressé sur une saison) et le titre de meilleur défenseur de l'année en carrière. Sans compter ses cinq sélections au All Star Game. Un palmarès à son image et qui devrait encore s'étoffer ces prochaines années.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers NBA

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.