Document franceinfo Tennis : "Rafa, Novak et Andy en train de pleurer, c'était très émouvant", Roger Federer se confie sur sa retraite

La légende du tennis quitte le circuit avec un palmarès impressionnant. Dans un entretien avec franceinfo, il revient sur son dernier match et sur ses souvenirs. 

Article rédigé par
Fabrice Abgrall - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Roger Federer en pleurs après son dernier match lors de la finale de la Laver Cup à Londres, le 24 septembre 2022.  (GLYN KIRK / AFP)

C'est une image qui a fait le tour du monde : Roger Federer en larme, qui dit adieu à sa carrière après son dernier match en compétition, à Londres, samedi 24 septembre. Place désormais à la retraite pour cette légende du tennis, qui a remporté 20 titres du Grand Chelem au cours de sa carrière. Le tout jeune retraité a accordé à franceinfo un entretien exceptionnel. Il revient sur sa dernière rencontre pleine d'émotion et sur son rapport avec les supporters français. 

>> EN IMAGES. Retraite de Roger Federer : les adieux émouvants d'une légende du tennis

Quelles sont les images fortes de votre dernier match avec Rafael Nadal ?

C'est un mélange. En premier, c'est le moment où je vois Rafa [Nadal], Novak [Djokovic] et Andy [Murray] en train de pleurer à côté de moi, tous ensemble, c'était extrêmement émouvant, c'est le mot. Ça m'a beaucoup touché. Il y a aussi des moments très forts, comme entrer dans le stade en sachant que c'est la fois ultime dans une compétition pareille, c'était particulier. C'est aussi forcément un moment avec ma famille. Vers la fin du match, tu sais qu'il ne faut pas les regarder, sinon tu ne vois plus la balle, avec les larmes aux yeux. Il y a aussi tous les fans évidemment. Parce que dans le stade vide, il n'y a pas d'émotion. C'est pour ça que je suis très heureux de l'avoir fait dans un stade plein aussi. J'avais aussi un peu peur avec la reine qui est décédée, on ne savait pas si on aurait le droit de jouer la Laver Cup, donc j'ai eu beaucoup de chance. 

Maintenant que c'est terminé, que vous êtes à la retraite, quelle image vous aimeriez laisser dans l'histoire du sport ? Qu'est ce que vous aimeriez qu'on dise de vous dans 10 ans, 20 ans, 50 ans ? 

Que le gars était sympa à encourager ou à voir. Qu'il amenait quelque chose d'autre au tennis. C'est le temps qui va décider de ça, mais aussi les fans et les journalistes qui vont diriger ça un petit peu. À la fin, je sais que j'ai tout donné, j'avais du plaisir, je me suis beaucoup entraîné, comme tous les autres super athlètes sur le circuit. Je sais que j'avais une relation incroyable avec mes fans, mais aussi avec les fans "neutres".

J'ai toujours essayé de représenter le tennis de la meilleure façon possible, quelquefois j'ai fait mieux, quelquefois moins bien.

Roger Federer

à franceinfo

Mais c'est difficile de jouer à cache-cache pendant 25 ans,donc les gens connaissent un peu qui je suis. Si ça a laissé des traces, tant mieux. 

Quand est-ce qu'on va vous voir en France ? La dernière fois, c'était à Roland-Garros et à huis clos. 

C'est vrai, le dernier match à Roland, ce n'était pas trop ça, il n'y avait personne dans le stade. Je savais que ça pourrait être mon dernier match à Roland. J'ai espéré que ce ne soit pas la nuit, mais malheureusement, j'ai aussi dû mordre dans cette pomme, jouer tard le soir. Mais bon ce n'était pas de soucis pour moi. D'un côté, je suis aussi content et heureux d'avoir pu faire un match comme ça.

Avec le Covid, et se rendre compte que sans fans, c'est vraiment bien la merde, voilà !

Roger Federer

à franceinfo

C'est pour ça que je suis aussi très fier de ma relation avec les fans français. J'ai beaucoup, beaucoup de fans dans votre pays. Vous êtes des grands fans de tennis en général et vous avez toujours bien aimé un peu le "tennis champagne". Je pense que j'étais peut-être un des joueurs les plus proches de ça. C'est pour ça que je veux dire un énorme merci. J'ai toujours aimé jouer là-bas. Ça a toujours beaucoup commencé là-bas, déjà en junior. À Toulouse, Marseille, et après jusqu'à Roland, Bercy, j'ai pu tout gagner. J'ai vécu beaucoup de choses chez vous ! Il n'y a pas de plan en ce moment quand je vais repartir en France, mais on n'est pas très loin, alors je passerai très bientôt, je suis sûr.

L'interview exclusive de Roger Federer avec Fabrice Abgrall
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tennis

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.