Don d'organes : la belle histoire d'un père et son fils, porteur de la flamme olympique

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Don d'organe : la belle histoire d'un père et son fils, qui sera porteur de la flamme olympique
Article rédigé par France 2 - A.-C Poignard, M. Renier, V. Castel, Images CIO droits réservés
France Télévisions
France 2
Nicolas, sportif anonyme, va avoir l'honneur d'être relais de la flamme olympique grâce à son père qui l'a inscrit pour le remercier de lui avoir sauvé la vie avec un don d'organe.

Nicolas a traversé la moitié de la France pour aller annoncer lui-même la nouvelle à son père Claude. C'est une visite surprise. "J'ai quelque chose à te dire. Apparemment, quelqu'un a fait pour moi une demande pour être porteur de flamme, et j'ai été retenu." Son père l'a inscrit avec un espoir, celui de le voir relayeur, et c'est chose faite : "Il faut du cœur. Nicolas, merci !"

Encourager le don d'organe

Ce merci, c'est la reconnaissance d'un père pour un fils qui lui a sauvé la vie. En 2004, Claude est atteint d'un cancer, il est condamné, mais son fils décide de lui donner une partie de son foie. Vingt ans plus tard, relayer la flamme, c'est une aventure sportive, mais c'est surtout une histoire de vie. "Il symbolise le passage de témoin, le passage de la vie, puisque je lui ai donné ma vie, ce qu'il m'a dit un jour, et il me l'a rendue quelque part", raconte Claude. Faire partie des 10 000 relayeurs, c'est aussi une façon pour eux d'encourager au don d'organes. Un message qu'ils martèlent en famille, en sillonnant la France à vélo.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.