Paralympiques 2022 : Hernandez et Bauchet en or, déception pour Bochet et Montaggioni... Ce qu'il faut retenir de la journée des Français

Journée en or pour le clan tricolore, lundi à Pékin, avec les deux titres de Cécile Hernandez et Arthur Bauchet.

Article rédigé par
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Cécile Hernandez après son titre en snowboardcross lors des Jeux paralympiques de Pékin, le 7 mars 2022. (KOTARO NUMATA / YOMIURI / AFP)

Et deux médailles de plus qui font cinq pour les Bleus ! Il ne s'agit pas de n'importe quel métal : Cécile Hernandez, en snowboardcross, et Arthur Bauchet, sur le super-combiné, ont décroché l'or, lundi 7 mars, aux Jeux paralympiques de Pékin. Un rêve encore inaccessible il y a quelques jours pour la Catalane, une confirmation après le sacre en descente pour le skieur de Serre-Chevalier.

Snowboardcross : Cécile Hernandez enfin sacrée, désillusion pour Maxime Montaggioni

"Tout ce que je voulais, c'est aller chercher cette médaille." Le souhait a été exaucé. Après avoir dominé les qualifications, Cécile Hernandez a tout donné et n'a laissé que des miettes à ses rivales en finale. Après avoir goûté à l'argent (à Sotchi et à Pyeongchang) et au bronze (en Corée du Sud), la Française remporte le premier titre paralympique de sa carrière (catégorie LL2). Elle s'est imposée devant la Canadienne Lisa DeJong et l'Américaine Brenna Huckaby.

Cécile Hernandez s'offre le titre en para snowboard cross ! La Française a remporté et maîtrisé toutes ses courses. Elle empoche une 4e médaille aux paralympiques, la première en or. La Canadienne Lisa Dejong et l'Américaine Brenna Huckaby complètent le podium.

A 47 ans, la snowboardeuse des Angles a confirmé son statut de numéro un mondiale, obtenu l'an passé. Mais ne lui parlez pas d'âge, préjugé qu'elle balaie sans hésiter : "L'âge, c'est juste un chiffre, l'âge, ça se compte en passion, en motivation, quand on fait le travail en amont. Mes concurrentes pourraient être mes filles, voire mes petites-filles, mais on s'en fout", a-t-elle réagi en zone mixte.

Chez les hommes, le carton plein de la veille en qualifications n'a pas été répété lors des finales. La plus grosse déception concerne Maxime Montaggioni. Le champion du monde de la discipline (catégorie UL) va devoir digérer son quart de finale. A la lutte avec le Japonais Masataka Oiwane, le Niçois de 32 ans s'est incliné d'un cheveu à la photo-finish. En catégorie LL2, Laurent Vaglica n'a pas pris le départ après une chute à l'entraînement, tandis que Mathias Menendez Garcia a terminé en 4e et dernière position de son quart de finale. Une réaction est attendue dès samedi lors des qualifications du banked slalom.

Grosse désillusion pour Maxime Montaggioni qui termine à la 3e place de son quart de finale. Le Français termine juste derrière le Japonais Oiwane Masataka à la photo finish.
France.tv

Ski alpin : le doublé pour Arthur Bauchet, Marie Bochet et Hyacinthe Deleplace frustrés

Arthur Bauchet a encore frappé. Le skieur de Serre-Chevalier, jamais rassasié, poursuit sa moisson à Pékin. Après sa victoire en descente samedi, le désormais sextuple médaillé paralympique (quatre fois en argent à Pyeongchang), à seulement 21 ans, est allé accrocher un deuxième titre dans la capitale chinoise. Premier à l'issue du super-G, il a assuré sur le slalom, terminant avec près de quatre secondes d'avance sur le Finlandais Santeri Kiiveri.

Exténué après sa course, Arthur Bauchet a confié être allé puiser dans ses réserves pour s'imposer. "Aujourd'hui c'était un combat contre mes jambes. Je suis vraiment allé la chercher." On oserait presque en redemander, dès jeudi 10 mars, sur le slalom géant par exemple ? Les autres Tricolores engagés dans la catégorie debout, à savoir Oscar Burnham (10e), Manöel Bourdenx (12e) terminent loin,  tandis que Jules Segers a abandonné (Jordan Broisin a déclaré forfait. 

Impérial, Arthur Bauchet a largement remporté le super combiné dans la catégorie debout. Le Français a écrasé la concurrence lors du slalom et a logiquement été sacré champion paralympique en signant un temps de 1'50''26 devant le Finlandais Santeri Kiiveri (1'54''48) et le Néo-Zélandais Adam Hall (1'54''77).

Les autres Bleus ont connu plus de difficultés. Médaille d'argent sur le super-G, dimanche, Marie Bochet y a cru. Détentrice du troisième temps dans la première manche, elle a vu ses espoirs s'envoler sur le slalom après une grosse erreur. En manque d'entraînement sur la distance ces derniers mois, la nonuple médaillée paralympique évoquait une journée "longue et éreintante".

Marie Bochet, déçue, réagit après son erreur sur le slalom qui la relègue à la cinquième place du combiné alpin en para ski alpin.
France 3

Dans la catégorie déficient visuel, Hyacinthe Deleplace a lui aussi manqué de réussite. Premier à l'issue du super-G, le médaillé de bronze de la descente n'a pas pu transformer l'essai, avec son guide Maximer Jourdan, lors du slalom où il termine finalement 5e. "J'ai pris des risques, ça n'a pas souri", a-t-il réagi, philosophe, à l'arrivée. 

Enfin dans la catégorie assis, le Français Lou Braz-Dagand a terminé 8e du super-combiné, très loin de podium.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Snowboard aux Jeux paralympiques d'hiver 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.