Paris 2024 : focus sur toutes les classifications paralympiques, sport par sport

Pour suivre les Jeux paralympiques de Paris en toute sérénité et savoir en un coup d'œil quelle épreuve se déroule, franceinfo: sport dévoile le guide ultime de la classification.
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 15 min
Le Français Timothée Adolphe et son guide Charles Renard remportent le bronze lors de la finale du 100m T11, lors des Mondiaux de para-athlétisme, au Stade Charléty de Paris, le 15 juillet 2023. (HERVIO JEAN-MARIE / AFP)

À peine le clap de fin des Jeux olympiques sera prononcé que, déjà, les regards se tourneront vers "le match retour". À compter du mercredi 28 août 2024 et jusqu'au dimanche 8 septembre, les premiers Jeux paralympiques d'été de l'histoire à se dérouler en France, s'ouvriront pour les athlètes en situation de handicap du monde entier

Au programme, 22 sports, 23 disciplines, 549 épreuves et 11 jours de compétition dans la capitale et tout autour. Un alléchant menu pour vibrer au gré des performances des champion(nes) et, dans la mesure du possible, voir la délégation tricolore empocher le maximum de médailles.

Reste que pour apprécier l'événement comme il se doit, quelques précisions sont utiles. Cela tombe bien, franceinfo: sport vous explique tout.

Ce qu'il faut savoir sur la classification paralympique

Le mouvement paralympique est régi par la classification. Cette dernière détermine qui est éligible pour pratiquer un parasport en compétition et rassemble les pratiquant(e)s en différentes catégories, en s'assurant que l'incidence du handicap de chacun(e) soit minimisé et que toutes et tous aient des chances de réussite sportive équitables lors des compétitions. S'il est propre à chaque discipline, ce système de classification respecte une logique commune avec deux composantes :​

  • Une lettre (ou deux) : elle est une référence au sport concerné en langue anglaise. En natation, on va retrouver le S pour "swimming" ; en para athlétisme, deux lettres existent, à savoir le T comme "track" (= "piste" pour les coureurs) et F comme "field" ("terrain" pour les lanceurs) ; en para aviron, on va retrouver les lettres PR pour "para rowing", tandis que ce sera BC pour la boccia.
  • Un chiffre (ou deux) : il est associé aux lettres, et plus son nombre est grand, plus le handicap est léger. En para athlétisme notamment, deux chiffres vont accompagner la lettre, chaque dizaine représentant le type de handicap et l'unité, le degré de handicap.

Basket fauteuil

À l'instar du rugby fauteuil, le basket fauteuil applique un système de points aux joueurs, selon leur degré de handicap. Les points vont de 1 (handicap le plus élevé) à 4,5 (le moins élevé) et le total des points cumulés par les cinq joueurs ou joueuses sur le terrain ne doit jamais excéder 14. 

Les handicaps concernés : paraplégie, tétraplégie ou assimilé, amputation ou assimilée, handicap physique entrainant une perte fonctionnelle.

Boccia

Quatre catégories de handicap sont à distinguer (BC1 à BC4). Les athlètes évoluant en BC1 et BC3 peuvent avoir des assistants (pour la stabilisation du fauteuil en BC1 et la rampe de lancement en BC3). Ils peuvent intervenir à la demande du joueur en BC1, et uniquement pour exécuter les commandes du joueur en BC3. Celles et ceux placés en catégories BC2 et BC4 jouent de façon autonome.

Les handicaps concernés : paralysie cérébrale et assimilée, atteinte sévère des quatre membres.

Photo prise lors des Jeux de Rio en 2016. Les athlètes de la catégorie BC3 utilisent une rampe de lancement pour envoyer la balle sur le terrain. (ILIYA PITALEV / SPUTNIK / AFP)

Cécifoot

Les joueurs de champ sont classés en catégorie B1 (acuité visuelle nulle ou très faible). Par souci d'équité selon les situations de handicap, tous doivent porter un masque occultant. Le gardien est le seul à pouvoir être voyant. La lettre B désigne le mot "blind", "non-voyant" en anglais.

Handicap concerné : handicap visuel.

Escrime fauteuil

L'escrime fauteuil se pratique également au fleuret, à l'épée et au sabre. Il existe deux catégories paralympiques :

  • Catégorie A : elle regroupe les escrimeurs ayant un handicap affectant au moins un membre inférieur.
  • Catégorie B : comprend ceux n'ayant pas de mobilité volontaire du tronc.

Handicaps concernés : handicap orthopédique, paraplégie et tétraplégie, hémiplégie, paralysie cérébrale, handicap neurologique évolutif, handicap neurologique d’origine. 

Goalball

Chaque joueur doit avoir moins de 1/10e d’acuité visuelle. Les joueurs sont classés en trois catégories : B1 (pas de perception lumineuse ou incapacité de reconnaître une forme), B2 (acuité visuelle ne dépassant pas 1/30e après correction ou champ visuel ne dépassant pas 5°) et B3 (acuité visuelle ne dépassant pas 1/10e après correction ou champ visuel ne dépassant pas 20°). Pour pratiquer dans les mêmes conditions, tout le monde porte un masque et des patchs oculaires.

Handicap concerné : handicap visuel

Para athlétisme

Aux lettres T ("track", "piste" en français) et F ("field", "terrain" pour les lanceurs) est associé un chiffre qu'on peut représenter de la façon suivante :

  • 11 à 13  : handicap visuel 
  • 20  : handicap mental 
  • 31 à 38  : handicap moteur cérébral 
  • 40 à 47  : personnes de petite taille, amputation de membre supérieur ou assimilé, assimilé amputation de membre inférieur
  • T51 à 54  : courses en fauteuil roulant 
  • F51 à 58  : épreuves de lancers en fauteuil roulant 
  • 61 à 64  : amputation de membres inférieurs

Handicaps concernés : paraplégie, tétraplégie et assimilées, amputation et assimilée, handicap visuel et cécité, paralysie cérébrale, handicap intellectuel, personnes de petite taille.

Para aviron

Aux lettres PR (pour "para rowing", "para aviron" en français) est associé un chiffre allant de 1 à 3.

  • PR1 : cette catégorie est réservée aux rameurs seuls dans leur bateau et ne pouvant pas utiliser leurs jambes et leur tronc.
  • PR2 : comprend les équipages de deux rameurs (un homme, une femme), chacun ayant deux rames, et est réservée à ceux ne pouvant utiliser que le haut du corps.
  • PR3 : pour les équipages de quatre rameurs (deux hommes et deux femmes), qui n'ont qu'une seule rame chacun, et d'un barreur. Cette catégorie regroupe celles et ceux pouvant utiliser leurs bras, tronc et jambes. Il peut y avoir au maximum deux déficients visuels dans le bateau.

Handicaps concernés : handicap orthopédique, paraplégie et tétraplégie, hémiplégie, paralysie cérébrale, handicap d’origine neurologique, handicap visuel.

Para badminton

Les lettres qui vont être retrouvées en para badminton sont les suivantes : WH (pour "wheelchair", "fauteuil roulant" en français), SL ("standing lower", "debout / inférieur" en français), SU ("standing upper", "debout / supérieur" en français) et SH ("short stature", "debout / petite taille" en français).

Au niveau des nombres, les 1 et 2 désignent les personnes en fauteuil, les 3 et 4 les handicaps de membres inférieurs, le 5 concerne les handicaps de membres supérieurs et le 6 les personnes de petite taille.

  • WH1 : joueurs en fauteuil ayant un handicap au niveau des jambes et du tronc.
  • WH2 : joueurs en fauteuil roulant ayant un handicap sur une ou les deux jambes et un handicap minime ou nul au niveau du tronc. 
  • SL3 : joueurs pratiquant debout et ayant un handicap sur une ou les deux jambes, et un mauvais équilibre en marchant ou en courant.
  • SL4 : joueurs pratiquant debout avec un handicap sur l’une ou les deux jambes, et une déficience minimale de l’équilibre en marchant ou en courant.
  • SU5 : joueurs ayant un handicap des membres supérieurs. Le handicap peut se trouver sur le membre portant la raquette ou non.
  • SH6 : joueurs de petite taille.

Handicaps concernés : handicap orthopédique, paraplégie et tétraplégie, hémiplégie, paralysie cérébrale, handicap neurologique évolutif, handicap d’origine neurologique.

Lucas Mazur, sacré champion paralympique de badminton en catégorie SL4, dimanche 5 septembre 2021. (PAVEL BEDNYAKOV / SPUTNIK)

Para canoë

Les lettres "KL" correspondent à une embarcation kayak et pagaie double, tandis que "VL" définissent une embarcation pirogue et pagaie simple.

  • KL1 : athlètes sans ou avec une fonction très limitée du tronc, sans fonction des jambes. 
  • KL2 – VL2 : athlètes avec une fonction partielle du tronc et des jambes 
  • KL3 – VL3 : athlètes avec une fonction complète du tronc et une fonction partielle des jambes

Handicaps concernés : déficience de la puissance musculaire, déficience des membres et déficience de l’amplitude passive des mouvements.

Para cyclisme sur route

Il existe cinq catégories, correspondant à cinq lettres : H pour le handbike (vélo à mains), T pour le tricycle, C pour cycle, VI ou B pour les déficients visuels. Ensuite, pour chacune des catégories (sauf VI ou B), un nombre lui est associé, allant de 1 à 5 (1 étant le handicap le plus élevé, 5 le plus faible).

  • H1 à H5 (handbike) : coureurs présentant des lésions médulaires ou amputées d'un ou des deux membres inférieurs.
  • T1 à T2 (tricycle) : coureurs ayant des troubles moteurs et de l'équilibre (infirmes moteurs cérébraux, hémiplégiques).
  • C1 à C5 (cycle) : pour les coureurs en solo, amputés ou ayant une perte fonctionnelle des membres supérieurs et/ou inférieurs.
  • B (déficients visuels) : pour les coureurs en tandem malvoyants ou aveugles pratiquant avec un guide valide, appelé pilote.

Handicaps concernés : handicap visuel, amputation de membres supérieurs et/ou inférieurs et assimilées, handicap entrainant une perte fonctionnelle des membres supérieurs et/ou inférieurs (IMC, hémiplégie…).

Para cyclisme sur piste

Il existe deux catégories : C pour cycle et VI ou B pour les déficients visuels.

  • C1 à C5 (cycle) : pour les coureurs en solo, amputés ou ayant une perte fonctionnelle des membres supérieurs et/ou inférieurs. Le nombre 1 désigne le handicap le plus élevé, 5 le plus faible.
  • VI ou B (déficients visuels) : pour les coureurs en tandem malvoyants ou aveugles pratiquant avec un guide valide, appelé pilote.

Handicaps concernés : handicap visuel, amputation de membres supérieurs et/ou inférieurs et assimilées, handicap entrainant une perte fonctionnelle des membres supérieurs et/ou inférieurs (IMC, hémiplégie…).

Marie Patouillet après sa performance sur l'épreuve de poursuite où elle a remporté le bronze, mercredi 25 août 2021 lors des Jeux paralympiques de Tokyo. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Para équitation

Il n'existe qu'une seule discipline dans le mouvement paralympique, à savoir le para dressage. Le programme comprend : le grand prix individuel, le grand prix par équipe sur musique et le grand prix libre individuel.

Les cavaliers sont répartis en différents grades, allant de 1 à 5 :

  • Grade I : cavaliers ayant un handicap important de tous les membres et du tronc. 
  • Grade II : cavaliers ayant un handicap affectant le tronc mais avec une fonction normale des membres supérieurs ou une fonction minimale des membres inférieurs.  
  • Grade III : cavaliers ayant un handicap sévère des deux jambes avec un handicap minimal ou nul du tronc, ou cavaliers ayant une déficience modérée des bras, des jambes et du tronc. 
  • Grade IV : cavaliers ayant un handicap des membres supérieurs ou handicap modéré des quatre membres ou une petite taille.  
  • Grade V : cavaliers ayant un handicap visuel, pouvant aller jusqu’à la cécité complète. Le grade 5 comporte également les cavaliers ayant une amplitude de mouvement ou une force musculaire légèrement altérée, un handicap d’un membre ou un handicap léger sur deux membres.

Handicaps concernés : handicap orthopédique, paraplégie et tétraplégie, hémiplégie, paralysie cérébrale, handicap neurologique évolutif, handicap neurologique d’origine, handicap visuel. 

Para judo

Le para judo aux Jeux paralympiques est destiné uniquement aux athlètes déficients visuels. Ceux-ci sont répartis en deux catégories, J1 (non-voyants) et J2 (mal-voyants).

Ensuite, les judokas sont divisés par des classes de poids :

  • Femmes : -48 kg, -57 kg, -70 kg et +70 kg
  • Hommes : -60 kg, -73 kg, -90 kg et + 90 kg

Handicap concerné : handicap visuel (non-voyants et malvoyants).

Sandrine Martinet face à la Chinoise Li Liqing lors des quarts de finale des Jeux paralympiques de Tokyo. (PHILIP FONG / AFP)

Para natation

Des lettres sont attribuées aux styles de nage pratiqués : S (pour "swimming") comprend le papillon, le dos et le crawl et privilégie la puissance des membres supéreurs ; SB (pour "swimming breaststroke") correspond à la brasse et SM (pour "swimming multi") les épreuves multinages.

Ensuite, les différentes catégories de handicaps sont définies de la façon suivante :

  • S1 à S10 / SB1 à SB9 / SM1 à SM10 : handicaps physiques. Plus le chiffre est grand, moins la limitation dans la nage concernée est importante. Des nageurs dont les handicaps sont de natures très différentes peuvent se retrouver engagés sur la même course, mais il est admis que leur capacité de performance dans l'eau est comparable.
  • S11 à S13, SB11 à SB13, SM11 à SM13 : handicaps visuels. Le chiffre 11 désigne les nageurs non-voyants, 12 ceux ayant un champ visuel inférieur à 10° et 13 ceux ayant un champ visuel inférieur à 40°.
  • S14 / SB14 / SM14 : handicaps intellectuels.

Handicaps concernés : tous les types de handicap, y compris les déficiences intellectuelles.

Para taekwondo

Les athlètes sont répartis en 2 catégories, le "K" correspondant "kyorugi" qui signifie "combat" :

  • K43 : double amputation des avant-bras ou limitation équivalente des capacités dues à un handicap orthopédique.
  • K44 : amputation unilatérale d’un bras ou limitation équivalente due à un handicap orthopédique ou absence de doigts de pied affectant sensiblement la capacité à bouger les jambes de façon dynamique.

Ceci dit, les athlètes des catégories K43 et K44 concourent ensemble, dans différentes catégories de poids de corps : 

  • Femmes : -47 kg, -52 kg, -57 kg, -65 kg et +65 kg. 
  • Hommes : -58 kg, -63 kg, -70 kg, -80 kg et +80 kg.

Handicaps concernés : handicap orthopédique, amputation de membres supérieurs et/ou inférieurs et assimilées.

Para tennis de table

Il existe, en tout, 11 catégories de handicap en para tennis de table :

  • Classes 1 à 5 : joueurs en fauteuil roulant, le chiffre 1 étant le degré de handicap le plus élevé, 5 le plus faible.
  • Classes 6 à 10 : joueurs debout, le chiffre 6 étant le degré de handicap le plus élevé, 10 le plus faible.
  • Classe 11 : joueurs ayant une déficience intellectuelle

Handicaps concernés : handicap physique (en fauteuil ou debout), tétraplégie, paraplégie, handicap intellectuel.

Matéo Bohéas en pleine action lors du tournoi international de para tennis de table, à Saint-Quentin-en-Yvelines, le 9 novembre 2023. (©Rémy GROS / ITTF)

Para tir à l'arc

Aux Jeux paralympiques, les archers tirent dans deux catégories :

  • W1 (arc à poulies) : réservé aux archers ayant un profil tétraplégique avec un déficit des membres inférieurs, au tronc et à un bras.
  • Open : elle concerne les archers pouvant tirer debout en arc classique et en arc à poulies, et ceux ayant peu de force dans les bras et tirant assis (sur un fauteuil ou un siège haut) avec un arc à poulies.

Handicaps concernés : paraplégie, tétraplégie et assimilée, amputation et assimilée, infirmité motrice cérébrale et assimilée.

Para tir sportif

Les athlètes sont répartis en deux catégories, les lettres SH correspondant à "shooting", "tir" en anglais :

  • SH1 : les tireurs peuvent mobiliser leur arme sans difficulté et tirer en position debout ou assise (en fauteuil roulant ou sur une chaise). En SH1, il est possible de tirer au pistolet ou à la carabine. 
  • SH2  : les tireurs ont des difficultés réelles pour supporter le poids de leur carabine. Ils peuvent utiliser un support pour les aider, mais ils conservent toute l’action de guidage et de contrôle de la carabine lors de la séquence de tir. Certains peuvent avoir un assistant pour charger leur arme.

Handicaps concernés : paraplégie et assimilée, tétraplégie et assimilée, handicap ou amputation d’un membre inférieur, amputation membre supérieur, hémiplégie, personnes de petite taille.

Para triathlon

ll existe neuf catégories en para triathlon, réparties de la façon suivante :

  • PTWC 1-2 (WC pour "wheelchair", "fauteuil roulant") : handicap des membres inférieurs nécessitant l’usage d’un vélo à mains pour la partie cycliste et d’un fauteuil roulant d’athlétisme.  Les catégories PTWC1 et PTWC2 concourent ensemble, des départs anticipés permettent de rétablir l’équité entre des triathlètes de handicaps différents.  
  • PTS2 à PTS5 (S pour "standing", "debout") : handicap de membre supérieur et/ou de membre inférieur ne nécessitant pas l’usage d’un vélo à mains, ni d’un fauteuil roulant d’athlétisme.  Les concurrents peuvent en revanche utiliser des prothèses de membres inférieurs pour le cyclisme et la course.  
  • PTVI 1-3 (VI pour "visual impairment", "déficience visuelle") : handicap visuel. Des départs anticipés peuvent permettre de rétablir l’équité entre les triathlètes malvoyants et non-voyants qui sont accompagnés d’un guide.

Handicaps concernés : handicaps fonctionnels (debout ou en fauteuil), malvoyance, cécité.

Touche-à-tout, sa passion pour la maçonnerie, ou son accident, découvrez le portrait de l'étonnant Alexis Hanquinquant. -
Le portrait 3D d'Alexis Hanquinquant Touche-à-tout, sa passion pour la maçonnerie, ou son accident, découvrez le portrait de l'étonnant Alexis Hanquinquant. - ()

Rugby fauteuil

Chacun des joueurs se voit attribuer un nombre de points en fonction de son degré de handicap (de 0,5 pour le degré de handicap le plus élevé à 3,5 pour le plus faible). Ensuite, le staff réalise sa propre composition d'équipe avec quatre joueurs autorisés sur le terrain. Mais il est interdit de dépasser un total de huit points, voire 8,5 points si elle compte une joueuse sur le terrain. Les joueurs les moins mobiles (0,5 à 1,5 points), du fait de leur handicap (tétraplégie ou assimilée), ont une fonction essentiellement défensive sur le terrain.

Handicaps concernés : tétraplégie et assimilée, dystrophie musculaire, amputations, polio, handicap neurologique, paralysie cérébrale.

Tennis fauteuil

Les joueurs sont classés en deux catégories :

  • Open  : joueurs ayant une atteinte aux membres inférieurs.
  • Quad  : joueurs ayant une atteinte aux membres inférieurs et supérieurs.

Handicaps concernés : paraplégie, tétraplégie et assimilée, amputation de membres inférieurs et assimilés, handicap physique entrainant une perte fonctionnelle.

Volleyball assis

Il existe deux catégories, regroupées derrière les lettres VS pour "seated volleyball" ("volley assis") :

  • VS1 : athlètes ayant des déficiences importantes sur un ou plusieurs membres inférieurs ou supérieurs.
  • VS2 : athlètes ayant un handicap plus léger.

Chaque équipe ne peut pas avoir plus d'un joueur sur les six présents sur le terrain classé VS2. 

Handicaps concernés : handicap orthopédique, hémiplégie, paralysie cérébrale, handicap neurologique évolutif.

Para haltérophilie

Les concurrents sont mélangés par catégories de handicaps - il n'y en a pas à proprement parler - mais séparés par catégories de poids. Il existe vingt catégories de poids entre les hommes et les femmes :

  • Hommes : jusqu’à 49 kg ; jusqu’à 54 kg ; jusqu’à 59 kg ; jusqu’à 65 kg ; jusqu’à 72 kg ; jusqu’à 80 kg ; jusqu’à 88 kg ; jusqu’à 97 kg ; jusqu’à 107 kg ; +107 kg
  • Femmes : jusqu’à 41 kg ; jusqu’à 45 kg ; jusqu’à 50 kg ; jusqu’à 55 kg ; jusqu’à 61 kg ; jusqu’à 67 kg ; jusqu’à 73 kg ; jusqu’à 79 kg ; jusqu’à 86 kg ; +86 kg

Handicaps concernés : handicap orthopédique, paralysie cérébrale, handicap neurologique d’origine, paraplégie et tétraplégie, handicap neurologique évolutif.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.