Cet article date de plus de quatre ans.

Didier Gailhaguet "attendra les résultats de l'inspection générale" avant de prendre une décision sur son éventuelle démission

Après les révélations d'agressions sexuelles et de viols sur des patineuses, la ministre des Sports a demandé la démission du président de la fédération. Didier Gailhaguet donnera une conférence de presse mercredi.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Didier Gailhaguet, le président de la Fédération française des sports de glace (FFSG), quittant le ministère des Sports, le 3 février 2020. (BERTRAND GUAY / AFP)

Didier Gailhaguet "attendra les résultats de l'inspection générale mise en place par la ministre des Sports avant de prendre une décision sur une démission demandée" par Roxana Maracineanu, a déclaré le président de la fédération des Sports de Glace ce mardi 4 février, à l'issue d'un bureau exécutif extraordinaire de la Fédération française des sports de glace (FSG) organisé au siège de l'organisation à Paris.

Didier Gailhaguet donnera une "conférence de presse ce mercredi à 14h au siège de la fédération des sports de glace". "Je ne mérite pas le traitement qui m'est apporté, et je saurai le démontrer", a affirmé le président de la fédération. "J'apporterai des documents, des faits, des pièces concrètes et vous jugerez sur pièce", a-t-il ajouté.

>> TRIBUNE. "Il est temps de donner de la voix" : Nathalie Péchalat, Teddy Riner, Tatiana Golovin… 54 athlètes olympiques disent stop aux violences sexuelles dans le sport

Dans la journée, la justice française a annoncé qu'elle allait enquêter sur les violences sexuelles dans le patinage français, secoué jusqu'au plus haut niveau depuis les accusations de l'ancienne championne Sarah Abitbol contre son ex-entraîneur Gilles Beyer. La multiple championne de France et d'Europe et médaillée mondiale en couple l'accuse de l'avoir violée entre 1990 et 1992, alors qu'elle était âgée de 15 à 17 ans.

Didier Gailhaguet a été convoqué pour s'expliquer notamment sur le maintien, dans les années 2000, de Gilles Beyer. "Au regard des révélations et des témoignages que j'ai pu recueillir, Didier Gailhaguet ne peut se dédouaner de sa responsabilité morale et personnelle", avait assuré la ministre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.