Ligue des champions : la meilleure équipe de l'année face à la sensation de la saison, le Ballon d'or en jeu... Les clés de la finale entre Liverpool et le Real Madrid

Les Reds et les Merengues s'affrontent samedi soir en finale de C1 au Stade de France.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Mohamed Salah (gauche) et Karim Benzema (droite) seront deux des têtes d'affiche de la finale de Ligue des champions, entre Liverpool et le Real Madrid, le 28 mai 2022. (AFP)

Qui succédera à Chelsea, vainqueur de l'édition précédente ? La finale de la Ligue des champions oppose Liverpool et le Real Madrid samedi 28 mai (21 heures), au Stade de France, pour un choc entre deux des équipes les plus en vue de la saison. D'un côté, les Madrilènes connaissent la recette et convoitent un 14e trophée en C1. De l'autre, les Reds aimeraient que leur année 2022 resplendissante soit récompensée. 

Le Real Madrid en mode force tranquille ?

Avant le début de cette campagne européenne, peu de gens avaient fait du Real Madrid un favori à la victoire finale. Mais les Merengues sont encore là, en finale pour la 17e fois, et n’ont pas volé leur place. Les joueurs de Carlo Ancelotti ont marqué cette édition 2021-2022 de leur empreinte, se tirant systématiquement des situations les plus désespérées.

Ils ont renversé le PSG en huitièmes de finale, alors qu’ils étaient menés de deux buts à 30 minutes de la fin de la double confrontation (0-1, 3-1). Face à Chelsea, ils ont réussi à rebondir au match retour alors qu’ils perdaient pied, validant leur billet en prolongation après avoir été menés 3-0 (3-1, 2-3). On pensait avoir tout vu, mais le Real a poussé encore plus loin dans l’invraisemblable en demi-finales, arrachant une nouvelle prolongation face à Manchester City après avoir remonté deux buts après la 90e minute (3-4, 3-1).

Rien ne semble pouvoir venir à bout de cette équipe, qui restait pourtant sur une saison blanche, sa première sans le moindre trophée depuis 2009-2010. Sans même regarder les forces en présence, les Merengues ont l’ascendant psychologique avant cette finale. Ils n'ont besoin que d'une demi-occasion pour marquer (en C1 cette saison, ils ont inscrit cinq buts de plus que leurs Expected Goalsune statistique qui quantifie le nombre de buts qui auraient dû être marqués en fonction de la qualité des tirs). Reste à savoir s’ils accepteront de laisser la maîtrise du match à Liverpool.

Liverpool devra montrer son meilleur visage

Rien de plus normal que de retrouver la meilleure équipe d'Europe de 2022 en finale de la Ligue des champions. Détenteur du plus grand nombre de victoires (26) et du plus faible total de défaites (1) depuis le début de l'année, Liverpool a des arguments à faire valoir à l'aube de sa 10e finale de C1.

La recette, qui avait déjà guidé les Reds vers le sacre en 2019, continue de fonctionner. Sadio Mané, Mohamed Salah et Roberto Firmino sont toujours là, même si l'influence du troisième a décliné. Jürgen Klopp fait toujours l'unanimité sur le banc. Il faut dire que le coach allemand vient d'offrir une troisième finale de C1 à Liverpool sur les cinq dernières éditions.

Mais cette saison risque de laisser un goût d'inachevé aux Reds si la Coupe aux grandes oreilles leur file entre les doigts. Passés tout près du titre en Premier League le week-end dernier, juste derrière Manchester City, ils ont également une revanche à prendre sur la finale perdue face au même Real Madrid en 2018 (1-3).

Pour ce faire, il faudra trouver le bon équilibre, qui permette à la fois d'exploiter le potentiel offensif de cette équipe, et d'éviter d'encaisser autant de buts que lors des deux tours précédents (six sur les quatre derniers matchs). L'éclatante remontée en championnat et le recours fréquent au remaniement d'effectif ont quelque peu occulté le fait que Liverpool a montré des lacunes sur la scène européenne. Que ce soit face à l'Inter Milan (défaite en huitième retour), ou face au modeste Benfica (nul 3-3 lors du quart retour) et Villarreal (0-2 à la pause de la demi-finale retour), il y a toujours eu au moins une fausse note.

La course au Ballon d'or en trame de fond

Karim Benzema, Mohamed Salah, Sadio Mané... Trois des favoris à la récompense individuelle la plus convoitée du football mondial ont beaucoup à gagner, et à perdre, au cours de cette finale. 

Pour le Français, il ne manque plus que la dernière brique. Auteur de 16 buts en Ligue des champions, avec un triplé face au PSG et un autre face à Chelsea au passage, il a construit un argumentaire béton pour enfin gagner son premier Ballon d'or (un an après sa quatrième place). Il a été le visage et le guide de ce Real insubmersible, déjà sacré en championnat (27 buts en Liga).

Jusqu'à présent, il semble avoir une longueur d'avance sur la concurrence. D'après un sondage sur notre compte Twitter, vous êtes d'ailleurs 48% à penser que seule la chute d'un astéroïde l'empêcherait de remporter le trophée à la fin de la saison. Mais, une victoire de Liverpool en C1 pourrait changer la donne, parce que Sadio Mané a déjà une Coupe d'Afrique des Nations dans son escarcelle. Une prestation majuscule de Mohamed Salah risque aussi de faire pencher la balance en sa faveur, tant il a été l'homme fort de la meilleure équipe de 2022.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.