Ligue des champions : au terme d'un match fou, le Real Madrid bat Manchester City en prolongation et rejoint Liverpool en finale

Menés juste avant le temps additionnel, les Merengues sont revenus de nulle part pour s'imposer (3-1), mercredi, en demi-finale retour de Ligue des champions.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Karim Benzema célèbre son but en prolongation lors de Real Madrid-Manchester City en Ligue des champions le 4 mai 2022. (JAVIER SORIANO / AFP)

Sept minutes et tout a basculé. Le Real Madrid s’est de nouveau tiré d'une situation désespérée pour s'imposer face à Manchester City (3-1), mercredi 4 mai, en demi-finale retour de Ligue des champions. Grâce à un doublé de Rodrygo à la fin du temps réglementaire (90, 90+3), les Merengues ont arraché la prolongation. Karim Benzema a fait basculer la rencontre en faveur de son équipe en obtenant et transformant un penalty (94e). De quoi s'ouvrir les portes de la finale, prévue le 28 mai au Stade de France, face à Liverpool.

Encore une fois, les passionnés de football n’ont pas été déçus par le scénario. Alors que les Madrilènes étaient menés 1-0 et que les Cityzens se voyaient déjà en finale, le Real a réitéré ses exploits des huitièmes contre Paris et des quarts contre Chelsea. Il a fallu attendre la 90e minute pour assister à leur premier tir cadré, juste avant le but de Rodrygo, sorti du banc. Un peu tard, mais suffisant pour relancer le match (City en était à neuf tirs cadrés).

Trois minutes avant l’égalisation (87e), City avait manqué de faire le break et de prendre trois buts d'avance. Si Ferland Mendy ne s'était pas jeté sur sa ligne face à Jack Grealish, les joueurs du Real n'auraient jamais pu enfiler les maillots floqués "a por la 14" ("en route pour la 14e" Ligue des champions), qui les attendaient bien au chaud, préparés malgré la défaite (3-4) au match aller à l'Etihad Stadium.

Benzema, encore et toujours

Les joueurs de Pep Guardiola semblaient à l'abri, sans toutefois avoir produit leur meilleur football. L’ouverture du score par Riyad Mahrez (73e), sur une frappe du pied gauche, leur avait permis de mettre un pied en finale et de mener 5-3 sur l'ensemble des deux confrontations.

Du côté du Real Madrid, on retenait plutôt les fautes commises en première période, par Casemiro notamment, et le déchet technique global. Ainsi, en première période, Karim Benzema n'a pas réussi à cadrer le moindre de ses tirs. Au retour des vestiaires, après seulement dix secondes de jeu (46e), Vinicius, parfaitement servi par Dani Carvajal, a, lui, manqué le cadre seul face au but. 

Finalement, comme à chaque fois qu'il a été attendu cette saison, Karim Benzema a surgi au meilleur moment. C'est d'abord lui qui a offert le but de l'espoir à Rodrygo (1-1), grâce à une extension du pied gauche d'une souplesse rare pour un joueur de 34 ans. S'il ne s'était pas arraché sur un ballon dans la surface en prolongation, en mettant le pied devant Ruben Dias pour le pousser à la faute, le Real n'aurait ensuite peut-être jamais pris l'avantage. Evidemment, le Real lui doit beaucoup dans sa 17e qualification en finale de Ligue des champions.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Manchester City

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.