Bayern-Real : Harry Kane, l’éternel perdant vise une première Ligue des champions pour vaincre la malédiction

En quête du premier trophée de sa carrière après quatre finales perdues, l'Anglais de 30 ans sera chargé de guider le Bayern Munich mardi, en demi-finale de Ligue des champions aller face aux Merengues.
Article rédigé par Anna Carreau
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Harry Kane célébrant son pénalty inscrit face à Arsenal avec le Bayern Munich, le 9 avril 2024 (MATT IMPEY / SIPA)

Existe-t-il vraiment une "malédiction Harry Kane" ? Si cette théorie portée par des supporters anglais sur les réseaux sociaux peut sembler exagérée, le principal intéressé, passé par Tottenham et Bayern Munich, peut commencer à y souscrire. À tout juste 30 printemps, le serial buteur anglais - 42 buts en 42 matchs avec les Bavarois au compteur - attend toujours le jour où il soulèvera son premier trophée. Pour y parvenir, cela passera sans doute par une grosse performance à l'Allianz Arena de Munich face au Real Madrid mardi 30 avril, en demi-finale aller de la Ligue des champions, la compétition phare de l’ogre madrilène.

"Le plus important pour nous, c'est que l'on a toujours l'occasion de transformer notre saison en une grande saison", estimait Harry Kane avant le quart de finale retour face à Arsenal (score final 1-0). Mais il ne lui reste à lui et à ses coéquipiers qu’une seule option pour espérer triompher dans un exercice 2023-24 bien terne : la Ligue des champions.

Arrivé cet été de Tottenham, son club de toujours depuis ses débuts en 2011, pour enfin franchir ce fameux cap dans la Bavière, le natif de Walthamstow, au nord-est de Londres, a enchaîné les déconvenues : défaite 3-0 en finale de Supercoupe d’Allemagne contre le RB Leipzig pour son premier match, élimination en 16e de finale de Coupe d’Allemagne face à Sarrebrück (club de troisième division) sans même avoir joué, premier titre de Bundesliga qui échappe au Bayern après onze sacres consécutifs...

Habitué aux déconvenues en finale

Autant de trophées nationaux habituellement aisément remportés par les "Rekordmeister" chaque saison et qui ont échappé aux hommes de Thomas Tuchel lors de cet exercice 2023-24. L’international anglais s’est pourtant refusé à parler d'"échec" : "Évidemment, tous les joueurs et tous les clubs veulent remporter tous les trophées, c'est l'objectif chaque saison. Mais c'est un processus. Du point de vue du club, cette saison serait un échec si l'on ne remporte rien." Et les saisons blanches, Harry Kane connaît plutôt bien. 

Meilleur buteur de Premier League des saisons 2015-2016, 2016-2017 et 2020-2021, l’ex-attaquant des Spurs ne compte que des échecs en finale en guise de palmarès : deux finales de Coupe de la Ligue perdues contre Chelsea (2015) et Manchester City (2021), une finale de Ligue des champions face à Liverpool (2019) et même un "titre" de vice-champion d’Angleterre sur la saison 2016-2017.

Une poisse que Harry Kane trimballe jusqu’en sélection, où les siens ont échoué en finale de l’Euro 2021 face à l’Italie, chez eux à Wembley, après une séance de tirs au but qu’il avait lancée en marquant le premier pénalty (1-1, 2-3 t.a.b).

Un duel face à Bellingham pour retrouver Wembley

Après un premier rendez-vous manqué sur ses terres, le Britannique a une nouvelle occasion de briller à Londres, si le Bayern Munich parvient à se hisser en finale de Ligue des champions. Il confie même être "surmotivé" à l'idée de retrouver Wembley, là où il a reçu son trophée de meilleur buteur de l’histoire de la sélection anglaise en mars 2023.

"Il n'y aurait pas de meilleur endroit pour moi où gagner ce trophée", a-t-il clamé auprès de TNT Sports. Celui qui est meilleur buteur de Bundesliga avec 35 buts en 31 matchs et deuxième meilleur buteur de Ligue des champions avec sept buts (et trois passes décisives) aura la lourde tâche de porter les siens face à un Real Madrid 14 fois champion.

Jude Bellingham et Harry Kane sous le maillot de l'Angleterre lors de la Coupe du monde, le 10 décembre 2022. (GABRIEL BOUYS / AFP)

Sur sa route vers la finale et le mythique antre londonien, Harry Kane croisera une autre superstar anglaise : Jude Bellingham. Les deux futures têtes d’affiche des Three Lions pour l’Euro 2024 ont tous les deux fait le choix d’un transfert à l’étranger pour espérer s’accomplir avec des clubs aux palmarès bien garnis.

Les deux internationaux anglais s’opposeront mardi en étant chacun meilleur buteur de leurs clubs respectifs, avec un avantage théorique pour celui qui évolue en Bavière, auteur d’un doublé décisif samedi face à l'Eintracht Francfort (victoire 2-1), quand l’autre sort tout juste d’une gastro-entérite qui l’a empêché de se présenter face à la Real Sociedad vendredi (victoire 1-0). 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.