Eliminatoires de la Coupe du monde 2022 : les cinq dernières erreurs défensives qui ont plombé les Bleus

Cela fait déjà cinq rencontres que les Tricolores enchaînent les erreurs, cinq matches que les Bleus ne gagnent plus.

Article rédigé par
Louise Le Borgne - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Lucas Digne, Presnel Kimpembé, Adrien Rabiot et Paul Pogba désorientés, l'image d'une équipe de France fragilisée défensivement, le 4 septembre en Ukraine. (GENYA SAVILOV / AFP)

Secouée par de nombreuses fautes individuelles depuis l'Euro, la défense de l'équipe de France est en souffrance. Avec cinq matchs nuls en autant de rencontres, elle fait grise mineQuant à la dernière victoire en date, il faut remonter au 15 juin dernier, lors du premier match de l'Euro, face à l'Allemagne (1-0). 

La France a encaissé huit buts lors de ses six derniers matches (pour neuf marqués), alors qu'elle n'en avait encaissés que trois lors des six précédents (pour quatorze inscrits). Le gardien de but et capitaine Hugo Lloris constate : "C'est curieux car, avant l'Euro, on restait sur 4 matches sans prendre de buts. On en concède trop, mais le scénario est différent à chaque fois." Une situation inhabituelle pour les Tricolores, qui avaient construit leurs succès sur la défense pendant la Coupe du monde. Retour sur une série noire.

Ukraine-France (1-1) le 4 septembre : Kimpembe, "malgré lui"

En club ou en sélection, Presnel Kimpembe enchaine récemment les erreurs défensives, manquant d'anticipation et d'autorité dans les duels. Le 4 septembre, pour la cinquième journée des éliminatoires de la Coupe du monde de foot 2022, Kimpembe a participé "malgré lui" à l'ouverture du score adverse (45e). La charnière défensive française (Kurt Zouma - Presnel Kimpembe) s'est en effet retrouvée impuissante sur un contre éclair de Shaparenko, qui en a profité pour adresser une frappe monumentale dans la lucarne d'Hugo Lloris. Échec et mat.

Presnel Kimpembe s'entretient avec Didier Deschamps à Kiev, le 3 septembre 2021, pendant les qualifications du mondial 2022. (FRANCK FIFE / AFP)


France-Bosnie (1-1) le 1er septembre : Lémar et Kimpembe, les récidivistes

Face à la Bosnie, le 1er septembre, la bévue défensive vient à nouveau de Presnel Kimpembe et de Thomas Lemar, en difficulté tout au long de la rencontre. La relance trop longue de ce dernier sur Veretout a été interceptée par Dzeko, qui a trompé Hugo Lloris d'une frappe puissante, passée entre les jambes du malheureux Kimpembe (36e). Sur les qualifications de la Coupe du monde 2022, la charnière Kimpembe-Varane n'a pas été ménagée par ses milieux de terrain mais manque cruellement de réactivé.

France-Suisse (3-3) le 28 juin : Lenglet-Kimpembe-Pavard, la déconfiture de la défense

En huitièmes de finales de l'Euro, le 28 juin, la défense était au supplice avec trois buts encaissés (15e, 81e, 90e) contre les Helvètes. Clément Lenglet fut maladroit dans sa relance (14e) après avoir contré une frappe de Seferovic. Passif, tout comme Benjamin Pavard, lors de l'action qui s'en suivit, où l'attaquant suisse a placé avec tranquillité une tête gagnante (15e). Même constat pour Kimpembe. Insuffisant dans le marquage et dans les intentions, il était absent sur le centre qui amène le deuxième but suisse (81e) avant de manquer son tacle sur Gavranovic, qui le crochète et égalise (3-3, 90e).

Benjamin Pavard est en difficulté depuis l'Euro 2020 (FRANCK FIFE / POOL)

France-Portugal (2-2) le 23 juin : Koundé, la malchance du débutant

Pour sa première titularisation, le défenseur central de 22 ans a eu du mal à trouver sa place pendant l'Euro face au Portugal, le 23 juin. Entré à un poste qui lui était inhabituel, dans le couloir droit, l'ancien Bordelais était crispé, enchaînant les pertes de balle. Pas franchement aidé par Corentin Tolisso, sa main dans la surface (59e) a engendré le deuxième penalty pour le Portugal, transformé par Cristiano Ronaldo. 

Hongrie-France (1-1) le 19 juin : Pavard et Varane rattrapés par la patrouille

Dès l'entrée de jeu, Benjamin Pavard a manqué d'efficacité lors de la deuxième journée de l'Euro, le 19 juin. En retard sur ses appuis, le défenseur du Bayern Munich a laissé filer dans son dos Attila Fiola, ce dernier ouvrant le score sans inquiétude. Varane était aussi en retard, notamment sur le duel avec Roland Sallai, passeur décisif sur le but hongrois (45+1e).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Hugo Lloris

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.