Ligue 1 : les cinq chiffres qui expliquent la relégation historique de Bordeaux

Malgré leur victoire à Brest, samedi, les Girondins sont officiellement relégués au terme d'une saison catastrophique.

Article rédigé par
Maël Russeau - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le gardien des Girondins Benoît Costil après un but d'Angers contre Bordeaux, le 8 mai 2022, au stade Raymond-Kopa, à Angers (Maine-et-Loire). (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Le couperet est tombé. Les Girondins de Bordeaux évolueront en Ligue 2 l'an prochain. Au terme d'un de leurs pires exercices au sein de l'élite, les hommes de David Guion, lanterne rouge, sont officiellement relégués malgré leur victoire 4-2 à Brest, samedi 21 mai. Cinq données chiffrées expliquent en grande partie un tel désastre.

91 buts encaissés

Pire défense des cinq grands championnats européens, les Bordelais ont sombré tout au long de la saison. Avec seulement deux rencontres sans voir leurs filets trembler (0-0 contre Lille et face à Lorient), les Girondins ne sont pas passés loin d'un triste record d'une saison entière sans "clean sheet". Une défense aux abois et des gardiens rarement irréprochables expliquent notamment ces 91 buts. Les Bordelais comptabilisent sept rencontres avec au moins quatre buts encaissés.

Cette fragilité a notamment eu raison de Vladimir Petkovic, premier coach de l'année sur les bords de la Garonne. Les 14 buts encaissés en trois matchs consécutifs fin janvier face à Rennes (défaite 6-0), Strasbourg (victoire 4-3) et Reims (défaite 5-0), ont signé la fin de l'aventure du sélectionneur suisse qui avait éliminé les Bleus lors du dernier Euro. 

0,78 point par match pour David Guion 

Arrivé en pompier de service pour tenter de sauver le soldat bordelais, David Guion a échoué dans sa mission. Depuis son arrivée mi-février, le technicien français n'a connu que deux victoires (contre Metz, le 10 avril et Brest lors de la dernière journée).

Il fait même pire que son homologue suisse (0,87 point par match contre 0,78 pour Guion) qui a pourtant quitté le club en tant que lanterne rouge. Dès lors, il est difficile d'imaginer Guion rester après ces trois mois sans révolte passés en Gironde.

2 victoires sur les 16 derniers matchs 

Dans la course au maintien, le sprint final est souvent décisif. Or, pour Bordeaux, il n'a jamais commencé. Avec une seule victoire entre la fin du mois de janvier et cette dernière journée, les Bordelais avaient simplement battu le FC Metz, autre relégué. Avec quatre défaites et deux nuls entre la 32e et la 37e journée, les hommes de David Guion n'ont pas su suivre le rythme notamment du fait de fin de match très mal gérées. Au total, les Girondins ne se sont imposés que 6 fois cette saison, pour 13 nuls et 19 défaites.

26 points perdus après avoir ouvert le score

C'est un gros point noir dans la saison bordelaise. Assez régulièrement devant, les Girondins ont laissé échapper 26 points dans leur lutte pour la survie en Ligue 1 après avoir ouvert le score. Ainsi, le 20 avril, ils ont manqué une grosse occasion de revenir sur Saint-Etienne, barragiste, en concédant le nul 2-2 après avoir pourtant mené rapidement 2-0 face aux Verts. 

Bis repetita, quatre jours plus tard, à la Beaujoire face au FC Nantes. Après avoir mené (2-0, puis 3-2), les coéquipiers de Benoît Costil se sont effondrés, s'inclinant 5-3. Ces deux désillusions, coup sur coup, ont eu raison du mental, déjà fébrile de l'effectif. Humilié à Angers (4-1), Bordeaux avait semblé déjà en Ligue 2.

Première relégation sportive depuis 1960

Après 30 saisons dans l'élite depuis la remontée de 1992, Bordeaux retrouve la Ligue 2. A l'époque, les Girondins avaient été rétrogradés par la DNCG pour leur déficit budgétaire. Il faut remonter à 1960 pour retrouver Bordeaux descendre en deuxième division du fait de ses résultats sportifs. 2022 restera tristement historique pour le club au scapulaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Girondins de Bordeaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.