Bordeaux : ce que devrait apporter la nomination de l'entraîneur David Guion à la tête des Girondins

Le club a officialisé la prise de fonction de David Guion au sein du club bordelais, jeudi. 

Article rédigé par
Elio Bono - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
David Guion va tenter de sauver les Girondins de Bordeaux de la rélégation. (NICOLAS TUCAT / AFP)

L'opération maintien est lancée à Bordeaux. C'est David Guion, nommé par le club jeudi 17 février, qui aura la lourde tâche de sauver les Girondins de la relégation. Au bord du précipice et désormais lanterne rouge de l'élite, les Marines et Blancs ont quatorze matchs pour conserver leur place en Ligue 1.

David Guion, ancien entraîneur du Stade de Reims, succède à Vladimir Petkovic, mis à pied en début de semaine dernière. Plutôt méconnu malgré de bons résultats en Champagne, le technicien de 54 ans dirigera sa première rencontre contre Monaco, dimanche 20 février. Franceinfo: sport vous détaille les caractéristiques du nouveau coach de l'équipe bordelaise.

Un tacticien défensif

Avec 61 buts encaissés, les Girondins de Bordeaux ont la pire défense des cinq grands championnats. Lors de la moitié de leurs 24 matchs, ils ont encaissé au moins trois buts et n'ont jamais gardé leur cage inviolée cette saison. Dans ces conditions, retrouver une arrière-garde stable était la priorité d'Admar Lopes, directeur sportif du club aquitain. David Guion sait y faire dans le domaine : sous ses ordres, le Stade de Reims a fait office de référence en la matière. Pour sa première saison, en 2017-2018, les Champenois ont survolé la Ligue 2 en encaissant 24 buts.

S'en sont suivis deux exercices tout aussi fructueux : quatrième défense de l'élite en 2018-2019, Reims a terminé une saison 2019-2020 tronquée par le Covid-19 en tête du classement des défenses. Ses 21 buts concédés en 28 rencontres lui ont permis d'accéder au tour préliminaire de la Ligue Europa, une première pour le club champenois depuis 1963. Si la dernière saison de Guion à Delaune s'est avérée moins fringante (14e place et 50 buts contre), l'entraîneur sait consolider les bases d'une équipe.

Une clé pour l'attaque bordelaise

Comme une sorte de revers de la médaille, le Stade de Reims version Guion n'a pas franchement brillé offensivement. Onzième attaque l'année de la remontée, Reims s'est classé 19e dans l'exercice... l'année où il comptait la meilleure défense ! Ce fut guère plus reluisant l'an passé (15e ex-æquo). "Dire que c’est un entraîneur défensif est un énorme raccourci", a tout de même précisé Stéphane Dumont, son adjoint en Champagne, dans les colonnes de Sud Ouest. L'actuel entraîneur de Guingamp mobilise les 74 buts inscrits en Ligue 2, en 2017-2018, pour se justifier.

David Guion sur le banc du Stade de Reims le 25 octobre 2020. (PASCAL GUYOT / AFP)

A sa décharge, le natif du Mans avait un effectif quantitativement limité à Reims. De bric et de broc, il est tout de même parvenu à faire briller Boulaye Dia, transféré à Villarreal après une saison 2020-2021 à 14 buts. Il disposera de couteaux autrement plus aiguisés sur les bords de la Garonne, comme Hwang Ui-Jo (10 buts) ou Alberth Elis (9 buts). Sans oublier Rémi Oudin, sur courant alternatif depuis son arrivée en Gironde mais révélé à Reims sous la houlette de Guion.

Un pompier de service

Il est de coutume, pour mener à bien une opération sauvetage, de miser sur un technicien rodé à l'exercice. Sans être un spécialiste en la matière, David Guion sait y faire. Nommé une première fois en avril 2016 à trois journées de la fin, il n'avait pu ramener à flot un navire à la dérive (18e). Remonté en Ligue 1 deux ans plus tard, il a affronté la lutte pour le maintien l'an passé. 17e en décembre, Reims s'est ensuite ressaisi pour terminer au-dessus de la ligne de flottaison.

De plus, Guion connaît parfaitement le football français. Il a joué plus de 70 matchs dans l'élite avec Lille et Angers dans sa carrière professionnelle et en a dirigé plus d'une centaine sur le banc rémois. Le fait peut paraître anecdotique, mais il est loin d'être incohérent dans un contexte bordelais très cosmopolite - treize nationalités représentées. Personne n'a, non plus, oublié en Gironde que deux des trois derniers entraîneurs Marines et Blancs - Paulo Sousa et Vladimir Petkovic - ne connaissaient rien de la Ligue 1 avant de débarquer. Et avec le recul, on ne peut pas franchement dire que l'expérience fut concluante.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.