Foot : la sélection iranienne cache son maillot sous une parka noire pendant l'hymne pour protester contre la répression en Iran

Avant d'affronter le Sénégal en match amical, mardi, les joueurs iraniens ont caché leur maillot en portant un manteau dénué de drapeau ou de blason pour protester contre la répression meurtrière en Iran.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le footballeur iranien Sardar Azmoun avant la rencontre amicale face au Sénégal, à Mödling (Autriche), le 27 septembre 2022. (JAKUB SUKUP / AFP)

La sélection iranienne a joint le geste à la parole. Avant la rencontre amicale face au Sénégal, mardi 27 septembre à Mödling (Autriche), les joueurs iraniens ont protesté symboliquement contre la répression qui sévit dans leur pays. Au moment des hymnes, ils se sont présentés sur la pelouse avec une parka noire pour cacher leur maillot, dénuée de drapeau iranien et de blason.

Ce geste intervient dans une période dramatique en Iran. Depuis le décès de Mahsa Amini, deux semaines auparavant, à la suite de son interpellation par la police des mœurs pour ne pas avoir porté "correctement" le voile, le soulèvement de la population prend de l'ampleur dans le pays. En réponse, la répression meutrière sévit : l'ONG Iran Human Rights (IHR) dénombre "au moins 76 morts" dont "six femmes et quatre enfants".

Un message de soutien diffusé la veille

Lundi, plusieurs joueurs de l'équipe d'Iran avaient exprimé ouvertement leur soutien au mouvement populaire. Le plus célèbre d'entre-eux, l'attaquant du Bayer Leverkusen Sardar Azmoun, avait publié un message sur son compte Instagram : "La [punition] ultime est d'être expulsé de l'équipe nationale, ce qui est un petit prix à payer pour même une seule mèche de cheveux d'une femme iranienne, avait-il écrit. Ça ne sera jamais effacé de notre conscience. Je n'ai pas peur d'être évincé. Honte à vous d'avoir si facilement tué le peuple et vive les femmes d'Iran."

Sardar Azmoun a par ailleurs marqué le seul but iranien de la soirée (1-1) mais le plus important ne se jouait pas sur la pelouse de Mödling alors que la population iranienne est descendue dans la rue, mardi, pour la 12e nuit consécutive.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.