Vidéo Paris 2024 : "Je veux faire les minimas le plus tôt possible", Kevin Mayer visera en Australie en décembre la qualification pour les JO

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Kevin Mayer s'exprime sur son programme les prochains mois. -
Décathlon : la préparation de Kévin Meyer pour les Jeux de Paris 2024 Kevin Mayer s'exprime sur son programme les prochains mois. - (France TV)
Article rédigé par franceinfo: sport avec AFP
France Télévisions - Rédaction Sport
L'athlète français a annoncé, vendredi, son intention de disputer le décathlon de Brisbane mi-décembre, pour obtenir son ticket pour les Jeux olympiques de 2024 à Paris.

Attendu parmi les principales stars du contingent français à disputer les Jeux olympiques de Paris l'été prochain, Kevin Mayer n'a toujours pas obtenu sa qualification, et se prépare afin d'atteindre les minimas nécessaires. Il a annoncé, vendredi 10 novembre, la date de son prochain décathlon. "Il y a un décathlon à Brisbane en Australie que je devrais faire si tout se passe bien, les 16 et 17 décembre prochains. C'est un beau meeting avec des conditions parfaites", a confié sur France 3 le double médaillé d'argent olympique lors de l'émission "Aux Jeux citoyens".

"Je pars dans quelques jours pour me faire au décalage horaire et pour récupérer du vol", a-t-il enchaîné. Un choix stratégique pour Kevin Mayer. "Plus j'ai de préparation sans décathlon avant les Jeux, plus j'ai de chances d'arriver avec 100 % de mes moyens physiques. Je veux faire les minima le plus tôt possible", a conclu le Français de 31 ans, qui avait dû abandonner lors du décathlon aux derniers Mondiaux d'athlétisme à Budapest en août, en raison d'une douleur au tendon d'Achille.

En visioconférence, le décathlonien est revenu sur ces douleurs. "Au bout d'un mois, les douleurs au tendon d'Achille étaient superficielles, aujourd'hui elles sont inexistantes. Il y a d'autres petites tensions à régler, mais tout se met petit à petit en ordre. J'ai repris l'entraînement, il y a des épreuves où ça va super bien, d'autres où il faut que j'y aille plus doucement pour être sûr de pas recréer de douleur. Le sprint notamment, j'y vais pas à pas, décrit-il. Pour l'instant, je fais juste des sprints de dix mètres", a développé Kévin Mayer.

Plusieurs plans de secours

Il laisse toutefois la porte ouverte à un changement d'avis quant à sa participation au décathlon de Brisbane, en fonction de ses sensations. "On ne voulait pas organiser de décathlon (ad hoc, comme pour sa qualification olympique à La Réunion en 2020), on voulait me laisser l'opportunité de faire ou de ne pas faire. Quand on organise, c'est plus difficile de tout annuler au dernier moment. Là, que je le fasse ou pas, il aura lieu, ça laisse une liberté d'esprit, explique-t-il. S'il y a une petite tension, si je sens que je ne suis pas assez prêt pour faire un décathlon, on peut juste faire un stage en Australie et puis on fera un décathlon plus tard."

Même dans cette hypothèse, le double médaillé d'argent olympique (2016 et 2021) a déjà un plan B, "en février en Nouvelle-Zélande", et même un plan C, "début avril à San Diego", en Californie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.