Athlétisme : Renaud Lavillenie "pas guéri" et sur la pointe des pieds au meeting de Lausanne

Alors que le meeting de Lausanne se déroule jeudi, le perchiste français se veut rassurant sur son état physique. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Renaud Lavillenie lors de l'épreuve du saut à la perche lors des Jeux olympiques de Tokyo, le 3 août 2021.  (CURUTCHET VINCENT / KMSP / AFP)

Le perchiste Renaud Lavillenie, perturbé par les blessures cet été, s'alignera bien jeudi 26 août au meeting de Lausanne, comptant pour la Ligue de diamant, même s'il n'a presque pas pu sauter depuis les Jeux olympiques de Tokyo. "Je ne suis pas guéri mais je n'ai pas de gros problème", a-t-il tenu à rassurer mercredi.

Le champion olympique 2012 avait d'abord subi une entorse de la cheville gauche début juillet qui avait perturbé sa préparation pour les JO. Il s'est ensuite blessé au pied droit lors de l'échauffement de la finale olympique, le 3 août à Tokyo, et n'a pris que la 8e place du concours.

Un été de blessures 

C'était donc un été "en enfer", résume-t-il aujourd'hui, mais il est un peu rassuré : "J'ai passé une batterie d'examens au village olympique. Il me reste un gros hématome au pied droit mais rien de cassé. Sinon, j'ai toujours mal à la cheville gauche." L'ex-recordman du monde a pu sauter de nouveau vendredi et lundi.

Il va donc arriver à court d'entraînement à Lausanne, reconnaît-il, mais c'est un choix mûrement réfléchi : "A chaque séance de kiné, je passais de bons caps. De toutes les façons, il fallait que je travaille sur la cheville, donc faire des compétitions me donne un objectif sans prendre trop de risques. J'étais dans un dilemme : soit je continuais à essayer de sauter sans être compétitif par rapport à ce que je pourrais être, soit j'arrêtais là ma saison en restant sur l'amertume de Tokyo." L'ex-champion olympique a prévu de concourir à Lausanne, puis samedi au meeting de Paris. Si ses sensations sont bonnes, il enchaînera avec Bruxelles le 3 septembre, Zürich le 9, puis Toulouse le 18 septembre.

Après les JO, un meeting de champions

Les stars de Tokyo vont tenter de confirmer leurs performances réalisées il y a deux semaines lors des Jeux olympiques. Et la Jamaïcaine Elaine Thompson-Herah sur 100 m ne devrait pas être la seule à viser un record du monde au meeting de Ligue de diamant de Lausanne jeudi, où les champions olympiques Armand Duplantis à la perche et Yulimar Rojas au triple saut peuvent améliorer leur propre marque. 

Libéré de la pression olympique, Armand Duplantis peut reprendre sereinement la chasse à son propre record du monde (6,18 m), alors qu'il avait failli passer 6,19 m au Japon. "J'ai beaucoup de poids en moins sur mes épaules par rapport aux JO, où tout le monde disait que j'allais gagner avant même la compétition. Maintenant que c'est fait je peux respirer, je peux prendre les choses plus simplement. Je viens juste pour sauter haut, gagner les concours, me faire plaisir", a-t-il expliqué. Il retrouvera le vice-champion olympique Christopher Nilsen mais surtout le double champion du monde américain Sam Kendricks, privé des JO à la dernière minute pour un test positif au Covid-19.

Le Norvégien Karsten Warholm se lance lui un nouveau défi. Vainqueur de l'une des plus belles courses de l'histoire aux JO (45''94), pulvérisant son propre record du monde du 400 m haies, Warholm va s'élancer sur un 400 m "plat" à Lausanne. "Je suis heureux de courir, le plat c'est un bon challenge après les haies. Mais c'est une distance où tu as besoin d'expérience et j'en ai peu", a-t-il indiqué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Athlétisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.