JO de Tokyo : le Norvégien Warholm pulvérise le record du monde du 400 m haies, les handballeurs français en demi-finale... Ce qu'il faut retenir de la nuit

Le bilan des Français en lice en athlétisme, le sacre retentissant de Karsten Warholm sur 400 mètres haies, la qualification des handballeurs tricolores en demi-finale : voici le récap de la nuit de lundi à mardi.

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Karsten Warholm en mode Le cri d'Edvard Munch au moment où il réalise qu'il vient d'exploser le record du monde du 400 mètres haies en finale des Jeux olympiques de Tokyo le 3 août 2021. (JAVIER SORIANO / AFP)

Pas de médaille pour la délégation française aux Jeux olympiques de Tokyo dans la nuit du lundi au mardi 3 août. Les deux chances en kayak se sont envolées. Mais les handballeurs tricolores ont battu Bahreïn pour se qualifier en demi-finale. Et ce qu'il ne fallait surtout pas manquer, c'était la finale du 400 mètres haies masculin où Karsten Warholm a affolé les compteurs.

Handball : les Bleus dans le dernier carré

Le quart de finale contre Bahreïn avait tout d'un match piège. Face à une équipe qui avait déjà réussi ses Jeux en sortant des poules et n'avait donc rien à perdre, l'équipe de France, vice-championne olympique, espérait se rassurer après la perte de deux éléments précieux sur blessure lors du dernier match de poule : Hugo Descat (adducteurs) et Timothey N'Guessan (forfait pour le reste des JO).

Après un trou d'air en milieu de première période, les Bleus ont cadenassé l'accès à leurs cages et profité de quelques phases de jeu rapide pour prendre le large et s'offrir un final à sens unique. En s'imposant 42-28, les Tricolores ont décroché leur place pour les demi-finales où ils affronteront le vainqueur d'Allemagne-Égypte (13h45).

Les Bleus s'imposent largement (42-28) face à Bahreïn et filent en demi-finale olympique pour la quatrième édition consécutive.

Athlétisme : Warholm supersonique, Mihambo couronnée

La sensation de la nuit, c'était la finale du 400 mètres haies. Dans son duel acharné avec Rai Benjamin, le Norvégien Karsten Warholm a non seulement été sacré champion olympique mais il a surtout explosé son propre record du monde de 76 centièmes (45''94). Une performance hallucinante qui en a fait perdre sa voix à notre consultant Stéphane Diagana. Alors que le record de Kevin Young (46''78) tenait depuis 1992 et encore jusqu'au 2 juillet dernier, ils ont été trois au cours de cette finale à le battre. 

En finale, Karsten Warholm et Rai Benjamin battent tous les deux le record du monde avec des chronos stratosphériques, 45''94 pour le Norvégien et 46''17 pour l'Américain.

Dans l'autre finale de la nuit, la nouvelle reine du saut en longueur a été couronnée et elle se nomme Malaika Mihambo. L'Allemande, championne du monde à Doha en 2019, a arraché la médaille d'or sur son sixième et dernier saut à pile 7 mètres. Tout s'est joué dans un mouchoir de poche : les trois premières se sont tenues en trois petits centimètres. À égalité à 6,97 mètres, l'Américain Brittney Reese a décroché l'argent (après l'or à Londres et déjà l'argent à Rio) et la Nigériane Ese Brume le bronze, au jeu du deuxième meilleur essai.

Athlétisme : ça passe pour Habz, Raffin et Brossier

Les séries du 1500 mètres masculin ont livré leur verdict. Ça passe en demi-finales pour Azedine Habz, quatrième de sa série, mais pas pour Baptiste Mischler, dernier non-repêché pour 27 centièmes, et Alexis Miellet (28e temps). 

Même ratio en triple saut avec un 1 sur 3. Melvin Raffin s'est qualifié avec un saut mesuré à 16,83 m (11e) qui lui permet de faire partie des douze qui participeront à la finale jeudi à 4 heures, mais Benjamin Compaoré (16,59m, 19e) et Jean-Marc Pontvianne (aucun saut validé) ont été éliminés.

Chez les dames, Amandine Brossier a validé son billet pour les demi-finales du 400 mètres en prenant la deuxième place de sa série.

Premier sourire de cette nuit pour l'Equipe de France. Azzeddine Habz se qualifie en 1500 m. L'un des favoris de la course le Polonais Lewandowski est éliminé à cause d'une cruelle chute dans le peloton.

Canoë-kayak : pas d'exploit pour les Français

En kayak biplace (K2) 500 mètres, les championnes d'Europe 2018, Sarah Guyot et Manon Hostens, qui s'étaient qualifiées pour la finale avec le troisième meilleur temps de leur demie derrière deux embarcations hongroises, terminent loin du trio de tête d'une course hyper rapide. Elles sont 7es en 1'40''329, à près de cinq secondes de l'embarcation victorieuse des Néo-Zélandaises. Grâce à un chrono de 1'35''785 ces dernières décrochent l'or et un nouveau record olympique. La Pologne (1'36''753) et la Hongrie (1'36''867) complètent le podium. 

En kayak monoplace (K1) 1000 mètres, Étienne Hubert n'a lui pas réussi à rejoindre la finale, terminant seulement sixième de sa demi-finale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La France aux JO de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.