JO 2021 : l'abandon de Simone Biles, Naomi Osaka éliminée, les premières médailles en surf... Le bilan de la 4e journée à Tokyo

A l'image de Naomi Osaka, les favoris n'ont pas forcément brillé lors de cette quatrième journée de compétition, mardi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La Japonaise Naomi Osaka, deuxième joueuse mondiale, a été éliminée en huitièmes de finale. (KEITA IIJIMA / YOMIURI)

Si la Française Clarisse Agbégnénou a remporté une médaille d'or attendue en judo, d'autres favoris sont passés à la trappe, mardi 27 juillet, aux Jeux olympiques de Tokyo. À commencer par la joueuse de tennis japonaise Naomi Osaka, numéro 2 mondial, qui a allumé la flamme olympique lors de la cérémonie d'ouverture, et qui ne verra pas les quarts de finale. En gymnastique, la star américaine Simone Biles n'a pas disputé l'intégralité du concours par équipes.

Une journée en demi-teinte pour les Français

Au rang des bonnes nouvelles côté français, on retrouve bien sûr la médaille d’or de Clarisse Agbégnénou, dans la catégorie des moins de 63 kg au judo. La porte-drapeau prend sa revanche sur la Slovène Tina Trstenjak qui l’avait battue en finale des Jeux olympiques de Rio en 2016. En taekwondo, la jeune Althéa Laurin n’est pas parvenue à rallier la finale mais elle a triomphé de l’Ivoirienne Aminata Charlene Traoré pour s’offrir la médaille de bronze. Une belle promesse pour la taekwondoïste de 19 ans en vue de Paris 2024. 

Au contraire, Pauline Ferrand-Prévot et Loana Lecomte ont déçu en VTT cross-country. Les deux Françaises comptaient parmi les favorites pour le podium mais elles rentrent bredouilles, dépassées par les Suissesses Jolanda Neff, Sina Frei et Linda Indergand, auteures d’un triplé historique. Plus tôt dans la journée, les basketteuses tricolores ont connu une désillusion dès leur entrée dans le tournoi, en s’inclinant 74 à 70 face aux Japonaises.

Simone Biles incertaine pour la suite des Jeux

Quadruple championne olympique à Rio en 2016, la gymnaste américaine Simone Biles a quitté prématurément la compétition après la première rotation du concours par équipes à Tokyo. Après avoir raté son passage au saut de cheval (noté 13,766), elle a préféré abandonner, en évoquant ensuite des soucis psychologiques. "Je n'ai plus autant confiance en moi qu'avant, je ne sais pas si c'est une question d'âge. Je suis un petit plus nerveuse quand je fais mon sport. J'ai l'impression que je ne prends plus autant de plaisir qu'avant. (...) Ce que j'ai décidé (ce mardi) montre le pouvoir des sportifs, je me suis assurée que je protégeais ma santé mentale et mon bien-être, je ne voulais pas risquer de me faire mal ou de faire quelque chose de stupide en participant à cette compétition".

Naomi Osaka a perdu la flamme 

La Japonaise, qui a allumé la flamme olympique à l'occasion de la cérémonie d’ouverture, a été éliminée par la Tchèque Marketa Vondrousova en huitièmes de finale (6-1, 6-4). Après deux mois d’absence depuis son forfait à Roland-Garros, Naomi Osaka n’a pas trouvé les ressources mentales et physiques pour renverser la 42e joueuse mondiale. Son élimination est une surprise, même si les meilleures joueuses rencontrent des difficultés à Tokyo : six des huit premières têtes de série ont déjà pris la porte avant les quarts de finale.

Des premiers champions olympiques en surf

Nouvelle discipline des Jeux olympiques, le surf a couronné ses premiers champions sur la plage de Tsurigasaki. Chez les hommes, le Brésilien Italo Ferreira s’est largement imposé en finale face au Japonais Kanoa Igarashi avec une note totale de 15,14 contre 6,6. Chez les femmes, c’est l’Américaine Carissa Moore qui devient la première championne olympique en triomphant de la Sud-Africaine Bianca Buitendag. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Surf aux Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.