JO 2021 - Skateboard : "J'ai choisi mon bonheur plutôt que la médaille", explique Alana Smith après sa curieuse performance à Tokyo

Dans une publication sur les réseaux sociaux, l'athlète non-binaire Alana Smith est revenu sur son étonnante performance aux Jeux de Tokyo.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La performance d'Alana Smith lors des séries de skateboard aux Jeux de Tokyo avait interrogé, le 26 juillet 2021. (BEN CURTIS/ SIPA)

Clamer sa fierté et se sentir bien dans sa peau. C'est le message puissant véhiculé par Alana Smith aux Jeux de Tokyo. L'athlète non-binaire, (c'est-à-dire qui se définit comme étant ni strictement homme, ni strictement femme) engagé sur l'épreuve féminine de skateboard, a souhaité revenir dans une publication Instagram sur sa prestation olympique, qui avait interrogé.

Smith faisait partie des seize membres de l'équipe américaine de skateboard à participer aux débuts olympiques du sport de glisse. Lors de ses deux runs, lundi 26 juillet, l'athlète de 20 ans avait baladé sa planche à roulettes en toute décontraction, sans tenter de figures plus techniques qu'un ollie. 

"Représenter des humains comme moi"

Premier athlète non-binaire à représenter les Etats-Unis aux Jeux olympiques, Alana Smith a indiqué avoir vécu une superbe expérience, malgré sa dernière place au classement. "Mon objectif en venant ici était de ressentir du bonheur et de représenter des humains comme moi, a déclaré Smith sur Instagram. Pour la première fois de ma vie, j'éprouve de la fierté en regardant qui je suis aujourd'hui. (...) J'ai choisi mon bonheur plutôt que la médaille. J'ai l'impression d'être à ma place pour la première fois depuis très longtemps."

Juste après sa sélection pour les Jeux en juin, Smith exprimait sur les réseaux sociaux sa fierté de participer au tournoi olympique après des années difficiles sur le plan psychologique. L'athlète, originaire de l'Arizona, qui avait par le passé mentionné la présence dans sa vie d'"une mère biologique abusive" et confié avoir tenter de se suicider en 2019, a exprimé sa "reconnaissance d'être en vie" après sa prestation au Japon.

"En montrant le côté fun du skate, elle a prouvé à tout le monde qu'elle allait bien."

Charlotte Hym

à franceinfo:sport

"Smith a voulu montrer qu'elle était heureuse parce qu'elle a eu beaucoup de problèmes personnels ces derniers temps", a souligné la multiple championne de France, Charlotte Hym."

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Alana Smith (@alanasmithskate)

Une vague arc-en-ciel à Tokyo

Avec près de 170 athlètes olympiques appartenant à la communauté LGBTI+ (selon le site Outsports.com), les Jeux de Tokyo sont les plus inclusifs de l'histoire. Certains, comme la nouvelle vice-championne olympique de judo Amandine Buchard, ont fait leur coming-out cette année, tandis que Laurel Hubbard est devenue la première athlète transgenre à se rendre aux JO (la Néo-zélandaise participera aux épreuves d'haltérophilie le 2 août).

Quinn, membre de l'équipe féminine canadienne de football, est quant à elle devenue la première personne ouvertement transgenre et non-binaire à participer aux Jeux. Une visibilité LGBTI+ croissante, alors que la question de l'identité reste un sujet relativement tabou dans le milieu du sport.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Skateboard aux JO

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.