Paris 2024 : la France refuse l'installation du "village olympique" des athlètes saoudiens aux Invalides

Le pays du Golfe avait demandé au gouvernement français la possibilité d'installer son "village olympique" pendant quatre mois dans ce lieu central de la capitale.
Article rédigé par Thibaud Le Meneec, Raphaël Godet
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
La pelouse de l'avenue de Breteuil, près des Invalides, à Paris, le 31 mai 2023. (FOTO OLIMPIK / NURPHOTO / AFP)

Il n'y aura pas de "village olympique" saoudien cet été aux Invalides, lors des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. La France a décidé que l'Arabie saoudite n'installerait pas ses athlètes dans ce lieu central de la capitale, a appris franceinfo du ministère des Armées, mardi 26 mars, confirmant une information d'Europe 1.

Dans un premier temps, l'Arabie saoudite avait demandé au gouvernement français la possibilité de faire séjourner ses athlètes aux Invalides, au lieu du village olympique officiel, inauguré fin février, sur trois communes, Saint-Denis, Saint-Ouen et l'Ile-Saint-Denis. La France avait ensuite imposé ses conditions pour que le pays du Golfe puisse s'installer dans ce lieu, qui abrite notamment l'Institution nationale des invalides, dans le 7e arrondissement.

"Il y a une demande qui a été faite par les Saoudiens à laquelle les autorités françaises ont répondu en faisant toute une série de garanties. Pour l'instant, il n'y a pas de retour là-dessus", avait déclaré sur RTL, début mars, la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra.

Une partie de l'opposition avait dénoncé le projet

Ce projet d'installation avait notamment été dénoncé par une partie de l'opposition. Nathalie Serre, députée LR du Rhône, avait demandé fin février des précisions au gouvernement sur ce projet de "village olympique" aux Invalides. "L'Arabie saoudite, bien qu'elle soit notre alliée, suscite des interrogations quant au respect des droits humains, particulier ceux des femmes et de la communauté LGBT", avait alerté la parlementaire

Après ce refus de Paris, la question de l'installation des quelques dizaines d'athlètes saoudiens durant les Jeux olympiques (26 juillet-11 août) et paralympiques (28 août-8 septembre) reste entière.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.