JO 2021 : une médaillée d'or à 13 ans, le Kosovo plus fort que la France, Katie Ledecky battue... Les quatre choses à retenir de la journée de lundi

Clap de fin pour cette troisième journée des Jeux olympiques. Voici les quatre choses à retenir. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La Japonaise Momiji Nishiya pose avec sa médaille d'or du skateboard street, lundi 26 juillet. (JEFF PACHOUD / AFP)

Cette troisième journée aux Jeux olympiques de Tokyo a été plus calme que les précédentes. Mais elle a quand même livré son lot d'émotions. De la souveraineté des Etats-Unis en natation en passant par l'exploit du Kosovo et par les performances françaises mitigées, voici ce qu'il faut retenir du lundi 26 juillet.

Deux nouvelles médailles et deux désillusions pour les Français

La journée a été mitigée pour la délégation tricolore. D'un côté, les Bleus ont récolté deux nouvelles médailles, ce qui porte leur total à cinq. Disqualifiée en finale, la judokate Sarah-Léonie Cysique a remporté l'argent dans la catégorie des moins de 57 kg. L'escrimeuse Manon Brunet a, quant à elle, glané la médaille de bronze au sabre, cinq ans après avoir terminé au pied du podium à Rio. 

Mais tout n'était pas rose ce lundi. Médaillée lors des trois derniers Jeux olympiques sur le relais 4x100 m nage libre, l'équipe de France a terminé à une frustrante sixième place. Un résultat décevant pour la natation tricolore, qui attend toujours sa première médaille à Tokyo. Une désillusion que le tireur sportif Eric Delaunay a également connue lundi. Après avoir battu le record olympique en qualifications de l'épreuve du skeet, le Français a fini à la cinquième place de la finale. 

Manon Brunet obtient la médaille de bronze du sabre en dominant la Hongroise Anna Marton (15-6) et prend sa revanche après sa quatrième place aux Jeux olympiques de Rio en 2016.

Dressel commence sa moisson, Ledecky battue

Caeleb Dressel a enfin débuté ses travaux d'Hercule. L'Américain espère glaner six médailles d'or à Tokyo pour suivre les pas des deux légendes des bassins, Mark Spitz (sept titres en 1974) et Michaël Phelps (huit sacres en 2008). Cette nuit, le nageur floridien a lancé sa mission lors du relais 4x100 m nage libre. Impérial, il a permis à sa nation de rester au sommet de l'Olympe, après son titre à Rio en 2016. 

Mais si le sprinteur a brillé, l'endurante Katie Ledecky a, quant à elle, été surprise. Ultrafavorite, la nageuse de 24 ans a été détrônée par l'Australienne Ariarne Titmus sur le 400 m nage libre. Une véritable déception pour l'Américaine qui avait l'ambition de faire un quadruplé inédit (200 m, 400 m, 800 m 1500 m), dans ces Jeux olympiques.

Caeleb Dressel (à gauche) lève le poing sur le podium après sa médaille d'or au relais 4x100m nage libre avec Blake Pieroni, Bowen Becker et Zach Apple. (OLI SCARFF / AFP)

Des médaillés... de 13 à 57 ans

C'est la magie de l'olympisme. Des jeunes et des vétérans se retrouvent dans un même pays pour gagner des médailles dans des sports différents, après des années de dur labeur. Et cette journée porte un visage juvénile et un sourire innocent. A seulement 13 ans, la Japonaise Momiji Nishiya est devenue la première championne olympique de skateboard, dans la catégorie street dames. 

Et quand on pense que cette jeune sensation nippone n'était pas née quand le Koweïtien Abdullah Al Rashidi participait à ses premiers JO en 1996, on ne peut que sourire. Déjà médaillé de bronze à Rio, le vétéran (57 ans) est de nouveau monté sur la troisième marche du podium en tir, dans la catégorie skeet. Un beau coup du sort dans ces Jeux qui récompensent habituellement la jeunesse triomphante.

La Japonaise Momiji Nishiya pose avec sa médaille d'or du skateboard street, lundi 26 juillet. (JEFF PACHOUD / AFP)

Le Kosovo... plus fort que la France et l'Allemagne ! 

Le petit poucet de ces JO est en train d'écrire une magnifique histoire. Le Kosovo, république balkanique déclarée en 2008 et non reconnue par plusieurs pays à l'international, est septième du classement des médailles... avec deux titres olympiques ! Après le sacre de la judokate Distria Krasniqi dans la catégorie des moins de 48 kg, c'est une autre judokate, Nora Gjakova, qui a gagné l'or contre la Française Sarah-Léonie Cysique en moins de 52 kg. 

Un véritable exploit pour ce pays, qui compte seulement onze sportifs dans sa délégation. Mais qui se trouve devant la France, l'Italie ou l'Allemagne au classement des médailles.

Nora Gjakova avec sa médaille d'or, le 26 juillet 2021.  (FRANCK FIFE / AFP)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Natation aux Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.