JO 2021 : le décathlonien Kevin Mayer inquiète, un nouveau record sur 400 m haies dames, la jeunesse japonaise encore sacrée en skate... Ce qu'il faut retenir des épreuves de la nuit

Après trois épreuves, Kevin Mayer diminué par une blessure au dos pointe à la 4e place du décathlon.

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Kevin Mayer attend son passage pour le lancer du poids, mercredi 4 août, lors de l'épreuve du décathlon des Jeux olympiques de Tokyo. (HERVIO JEAN-MARIE / AFP)

La nuit du mercredi 4 août a mis du plomb dans l'aile d'au moins un rêve tricolore. S'il est toujours arithmétiquement dans la course à l'or, Kevin Mayer s'est montré en deçà de ses performances habituelles en raison d'un dos bloqué. En 110 m haies, les Bleus ont fait carton plein puisque Pascal Martinot-Lagarde et Aurel Manga se sont hissés en finale. Tandis qu'un nouveau record du monde est tombé sur 400 m haies, la jeunesse s'est encore illustrée dans l'épreuve du park en skateboard.

Athlétisme : Mayer inquiet et inquiétant

Alors qu'il vise l'or après la médaille d'argent de Rio en 2016, Kevin Mayer a connu des débuts décevants en décathlon. Malgré un retard conséquent de 304 points le séparant de son rival Damian Warner, en tête du concours après les trois premières épreuves (100 mètres, saut en longueur, lancer de poids), il est quatrième et encore largement en lice pour n'importe laquelle des places sur le podium.

Mais en plus d'être loin de ses meilleures marques, le recordman du monde de la discipline a surtout confié être touché au dos. "J'ai des éclairs dans le bas du dos dès que je fais quelque chose. Je ne prends aucun plaisir, mais je peux vous promettre que je vais aller au bout", a-t-il même confié à notre micro au bord des larmes. Deux épreuves sont encore à disputer ce mercredi, le saut en hauteur (11h30) et le 400 mètres (14h30), et celles-ci permettront d'en savoir plus sur l'état physique du vice-champion olympique.

Mais l'athlétisme français a eu droit à sa bonne nouvelle. La finale du 110 mètres haies masculine verra deux représentants tricolores fendre la piste de Tokyo jeudi à 4h55. Pascal Martinot-Lagarde et Aurel Manga ont tous les deux passé l'obstacle des demi-finales, en terminant chacun deuxième de leur série avec le même temps à un centième près (13''24 pour Manga, 13''25 pour "PML").

Athlétisme : McLaughlin fait tomber le record du monde en finale du 400 m haies  

Comme chez les hommes avec l'immense performance du Norvégien Karsten Warholm, la finale femmes du 400 m haies est entrée cette nuit dans l'histoire de l'athlétisme. En battant son propre record du monde en 51''46 (contre 51''90) l'Américaine Sydney McLaughlin a été sacrée pour la première fois de sa carrière championne olympique. Elle a devancé sa compatriote et tenante du titre Dalilah Muhammad (51''58) et la Néerlandaise Femke Bol (52''03).

Comme chez les hommes hier, la finale féminine du 400 m haies est rentrée dans l'histoire. L'Américaine Sydney McLaughlin pulvérise le record du monde en 51'46'' devant sa compatriote Dalilah Muhammad en 51'58''. La Néerlandaise Femke Bol complète le podium.

C'est le premier titre majeur pour l'athlète de 21 ans. Et probablement le premier d'une longue série pour celle qui est entraînée par le célèbre coach Bob Kersee depuis 2020… et par la même occasion partenaire d'entraînement de son idole Allyson Felix, athlète féminine la plus médaillée de l'histoire aux Jeux à égalité avec Merlene Ottey (9).

Skateboard : le règne japonais se poursuit en park

Après le double sacre en street de Yuto Horigome et de Momiji Nishiya, cette dernière consacrée reine du street à seulement 13 ans, c'est au tour de Sakura Yosozumi (19 ans) d'affirmer l'hégémonie japonaise sur le skateboard olympique. Avec un run de 60,09 points, elle s'impose devant sa compatriote Kokona Hiraki (12 ans, 59,04 points). La Britannique Sky Brown (13 ans) s'est adjugée la troisième place du podium, écartant grâce à un dernier run de folie (56,47), le rêve d'un triplé japonais. Migusu Okamato termine 4e avec 53,58 points.

Numéro deux au classement mondial, la Japonaise Sakura Yosozumi est sacrée championne olympique grâce à un run noté à 60.09. Elle apporte la 19e médaille d'or à la délégation japonaise.

Natation en eau libre : un top 10 à l'arraché pour Lara Grangeon 

L'eau bouillonnante (30 degrés) du site de l'Odaiba Marine Park n'a pas fait les affaires de la Néo-Calédonienne de 29 ans. Dans un bassin où la température lui est pourtant familière, Lara Grangeon a terminé 9e du 10 kilomètres de la course en eau libre en 2h00'57''. Celle qui avait décroché la quatrième place des Mondiaux en 2019, et qui représentait la seule chance bleue sur la discipline chez les femmes a accusé un retard de 1'24'' sur le podium. La Brésilienne Ana Marcela Cunha s'est imposée en 1h59'30'' devant la Néerlandaise Sharon van Rouwendaal (1h59'31'') et l'Australienne Kareena Lee (1h59'32'').

Kayak : Maxime Beaumont et Manon Hostens dans le dernier carré

Le Français de 39 ans médaillé d'argent à Rio, a pris la deuxième place qualificative de sa série en kayak monoplace (K1) course en ligne au bout des 200 mètres grâce à un temps de 35'259 derrière l'Italien Manfredi Rizza 34'867. 

Superbe course de Maxime Beaumont qui termine deuxième de sa série. Le Français est donc directement qualifié pour les 1/2 finales.

Ça passe aussi pour Manon Hostens, qualifiée pour les demi-finales en kayak monoplace 500 mètres grâce à sa deuxième place en repêchage. En revanche, l'aventure est terminée pour le duo Étienne Hubert-Guillaume Burger en kayak biplace 1000 mètres qui a bouclé son quart en cinquième et dernière position. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La France aux JO de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.