Euro 2024 : un groupe E complètement fou, les cadors portugais face au petit poucet géorgien... Le programme de mercredi

Avec quatre équipes à trois points après deux journées, le groupe E est le plus indécis de cet Euro, même si toutes les équipes du groupe F peuvent aussi se qualifier, mercredi.
Article rédigé par Adrien Hémard Dohain
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 3 min
Cristiano Ronaldo (Portugal), Romelu Lukaku (Belgique) et Mikhaïlo Mudryk (Ukraine). (AFP)

Une journée pleine d'indécision, qui fera forcément des malheureux, mais une journée qui scellera aussi la phase de poules de cet Euro 2024, avec l'ensemble des qualifiés connus, meilleurs troisièmes compris. Mercredi 26 juin, les groupes E et F vont rendre leur verdict, avec quatre matchs au programme. A 18 heures, dans l'incroyable groupe E (où toutes les équipes comptent trois points après deux matchs), la Belgique affrontera l'Ukraine pendant que la Slovaquie croisera le fer avec la Roumanie.

Malheur aux vaincus, donc, dans cette poule dans laquelle le dernier pourrait compter plus de points que certains des meilleurs troisièmes... Pour en être certain, il faudra attendre l'issue du groupe F, dont les deux derniers matchs débuteront à 21 heures. Déjà qualifiés et assurés de la première place, les Portugais joueront contre la Géorgie, qui peut encore rêver d'une qualification historique. Dans l'autre match, les Turcs voudront se reprendre contre la Tchéquie après la claque reçue face aux Portugais.

L'affiche à ne pas manquer : Ukraine-Belgique (18 heures)

On l'a dit : ce groupe E est complètement fou. Après deux journées, toutes les équipes comptent trois points et peuvent aussi bien se qualifier qu'être éliminées. Dans ce contexte, le choc entre l'Ukraine et la Belgique, que l'on imaginait avant le début de la compétition comme une finale pour la première place de cette poule, revêt une importance encore plus capitale.

Entre les Ukrainiens, surpris au premier match par la Roumanie avant de redresser le tir face à la Slovaquie, et les Diables rouges, surpris lors de la première journée par la Slovaquie avant de se ressaisir face à la Roumanie, c'est un choc indécis qui se dessine, même si les Belges partent avec une longueur d'avance. Les coéquipiers de Kevin De Bruyne et Romelu Lukaku sortent en effet d'une prestation aboutie et encourageante face à la Roumanie et semblent plus complets que l'Ukraine.

L'équipe à surveiller : la Géorgie rêve de l'exploit face au Portugal (21 heures)

Pour sa première participation à une compétition majeure, la Géorgie ne fait aucun complexe et passe les étapes les unes après les autres. Ainsi, malgré la défaite contre la Turquie (3-1) lors de leur premier match, les hommes du Français Willy Sagnol ont inscrit leur premier but dans l'Euro. Lors de la rencontre suivante, face à la Tchéquie, ils ont marqué leur premier point en obtenant le nul. La prochaine étape pour les Croisés (leur surnom), c'est donc logiquement une première victoire... Sauf que la Géorgie affronte cette fois le Portugal.

Mais l'espoir demeure pour les stars Georges Mikautadze (FC Metz), Khvicha Kvaratskhelia (Naples) et leurs coéquipiers. Outre leur statut d'outsider qui évolue sans aucune pression – être à l'Euro étant déjà une victoire pour eux –, les Géorgiens affrontent des Portugais non seulement déjà qualifiés, mais potentiellement d'autant plus démobilisés qu'ils sont assurés de la première place. Alors, la surprenante Géorgie réalisera-t-elle le double exploit de battre le Portugal et de se qualifier pour les huitièmes de finale ?

Les matchs à surveiller en double écran : Slovaquie-Roumanie (18 heures) et Tchéquie-Turquie (21 heures)

Sur le papier, certes, un Slovaquie-Roumanie n'a pas de quoi déchaîner les foules. Et pourtant : depuis le début de l'Euro, les Roumains se sont révélés être l'une des sensations collectives du tournoi. Impressionnants vainqueurs de l'Ukraine (3-0) en ouverture, ils ont certes fini par craquer contre la Belgique, mais après avoir mené une bataille dantesque. Face à la Slovaquie, les actuels leaders du groupe E ont besoin d'une victoire pour valider leur qualification pour les huitièmes de finale et espérer conserver la première place du groupe. En cas de nul, ils seront au pire meilleurs troisièmes. En revanche, en cas de défaite, c'est la Slovaquie qui poursuivrait l'aventure, tandis que le sort des Roumains serait en suspens.

Dans le groupe F, la Turquie aura, elle, plus de marge sur son adversaire du soir : la République tchèque. Et pour cause, les Turcs comptent trois points au classement au coup d'envoi, contre un seul petit point pour ses adversaires. Ces derniers doivent donc impérativement gagner pour se qualifier, tandis qu'un match nul suffira à la Turquie. Toutefois, les coéquipiers du jeune prodige Arda Güler doivent faire oublier la claque reçue face au Portugal. Rien de tel qu'une victoire pour cela.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.