Cet article date de plus d'un an.

Euro 2021 : les pays hôtes dans le dernier carré, des buteurs au rendez-vous... Le bilan des quarts de finale

L'Angleterre, le Danemark, l'Espagne et l'Italie, qui se retrouveront dans le dernier carré de l'Euro, ont connu des fortunes diverses en quarts de finale.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Les joueurs anglais, ici face à l'Ukraine le 3 juillet, n'ont toujours pas encaissé de but dans cet Euro 2021. (ETTORE FERRARI / AFP)

On connaît depuis samedi soir les quatre sélections qualifiées pour les demi-finales de l'Euro, à savoir l'Angleterre, le Danemark, l'Espagne et l'Italie. Quatre nations qui ont su s'imposer dans des circonstances à chaque fois différentes et rêvent de disputer la finale à Wembley le 11 juillet. L'occasion de revenir sur les faits marquants de ces quarts de finale et d'en tirer, peut-être, un favori.

Les favoris - hormis la Belgique - n'ont pas tremblé

Qu'il s'agisse de l'armada anglaise conduite par Gareth Southgate contre l'Ukraine (4-0) ou d'une formation danoise qui a confirmé ses excellentes dispositions face à la République tchèque (2-1), les nations placées comme favorites avant les quarts de finale ont répondu présent. Certes, l'Espagne a bataillé jusqu'aux tirs au but (1-1, 3 t.a.b. à 1) face à la Suisse mais la Roja a surtout manqué de réalisme plus qu'elle n'a vraiment été mise en danger par la Nati.

Le seul couac notable concerne la Belgique. Classés premiers au classement FIFA, les Diables Rouges ont chuté face à des Italiens (2-1) toujours aussi disciplinés et capables d'actions de génie, à l'image des buts signés Nicolo Barella et Lorenzo Insigne. Après leur demi-finale en Russie lors du Mondial 2018, les coéquipiers de Kevin de Bruyne comptaient bien accrocher une compétition majeure à leur palmarès en remportant cet Euro. Il leur faudra désormais attendre 2022 et la Coupe du monde au Qatar.

Kevin de Bruyne après la défaite de la Belgique face à l'Italie, le 2 juillet à Munich (FEDERICO GAMBARINI / AFP)

Les pays hôtes dans le dernier carré

Le débat sur l'organisation de cet Euro dans plusieurs pays n'a pas fini d'alimenter les discussions. Et peut-être encore davantage au regard des pays qualifiés pour les demi-finales. Car les quatre prétendants au titre européen ont eu l'avantage de disputer leur phase de groupes à domicile, avec en conséquence un soutien du public plus que bienvenu.

Le Danemark, au bout du suspense, est parvenu à s'extirper du groupe B après avoir disputé ses trois rencontres au Parken de Copenhague, avant de voyager à Amsterdam pour son huitième de finale face au pays de Galles (4-0) puis à Bakou contre la République tchèque (2-1).

L'Italie a profité des quelques milliers de supporters présents au stade olympique de Rome pour signer un trois sur trois dans le groupe A avant de s'imposer à Wembley contre l'Autriche (2-1) puis vendredi dernier à l'Allianz Arena de Munich face à la Belgique.

Malgré un début de compétition compliqué et deux nuls, la Roja espagnole a terminé en fanfare son triptyque sévillan face à la Slovaquie (5-0) pour rejoindre les huitièmes de finale. Un match dantesque à Copenhague contre la Croatie (5-3) et un nouveau match sous tension contre la Suisse à Saint-Pétersbourg plus tard, voilà les hommes de Luis Enrique en demi-finales.

Enfin, cas le plus symbolique : l'Angleterre. les Three Lions ont disputé quatre de leurs cinq rencontres de l'Euro à domicile, à Wembley. Un seul court déplacement à Rome en quarts pour étriller l'Ukraine (4-0) et revoilà les coéquipiers d'Harry Kane chez eux à compter des demi-finales qui se disputeront toutes dans la mythique enceinte du nord-ouest de Londres ainsi que la finale. Avantage non-négligeable ou pression renforcée ? À vous de juger.

Raheem Sterling et Harry Kane ont marqué les deux buts de la victoire de l'Angleterre face à l'Allemagne (2-0) en huitièmes de finale de l'Euro, mardi 29 juin 2021. (ANDY RAIN / AFP)

Kane, Dolberg, Lukaku, Schick… les buteurs ont encore brillé

Si Cristiano Ronaldo occupe toujours au lendemain des derniers quarts de finale la place de meilleur buteur de la compétition, il n'est plus seul en tête. Le Tchèque Patrik Schick a rejoint la star portugaise en inscrivant son cinquième but contre le Danemark. Malheureusement, l'élimination de sa sélection empêche toute progression future. Idem pour Romelu Lukaku, auteur de son quatrième but avec la Belgique contre l'Italie, son premier but en match à élimination directe lors d'une compétition majeure depuis la Coupe du monde 2014 et un huitième de finale contre les États-Unis (2-1).

Maintenant, qui peut encore espérer décrocher le titre de meilleur buteur et succéder à Antoine Griezmann, sacré en 2016, parmi les sélections encore en lice ? Harry Kane, auteur d'un doublé face à l'Ukraine (4-0), en est à trois réalisations et semble avoir enfin débloqué la machine. Le Danois Kasper Dolberg, buteur face à la République tchèque, compte également trois buts. De quoi laisser présager une lutte à distance avec le capitaine anglais en demi-finale.

Côté italien et espagnol, il y a un peu plus de marge : Alvaro Morata, Pablo Sarabia, Ferran Torres, Ciro Immobile, Lorenzo Insigne, Manuel Locatelli et Matteo Pessina pointent tous à deux unités.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Euro 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.