Confinement : où et comment trouver des films légalement sur internet ?

De nombreuses plateformes proposent de visionner des films légalement, parfois même sans débourser un centime.

Outre les services de vidéo à la demande comme Netflix, OCS et Amazon Prime, de nombreuses plateformes proposent des films pour s\'occuper durant le confinement.
Outre les services de vidéo à la demande comme Netflix, OCS et Amazon Prime, de nombreuses plateformes proposent des films pour s'occuper durant le confinement. (PATRICK LEFEVRE / BELGA MAG)

Sans service de vidéo à la demande, il peut sembler difficile de visionner des films légalement sur internet. Pourtant, le confinement apparaît comme l'occasion idéale d'enrichir sa culture cinématographique et face à l'épidémie de coronavirus, les moyens se multiplient pour vous permettre de trouver votre bonheur. Voici une liste non exhaustive de quelques initiatives qui simplifient la vie des cinéphiles.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la situation dans notre direct

De la vidéo à la demande à la location de films

Les nouvelles plateformes de vidéo à la demande fleurissent, comme celle de l'INA baptisée Madelen, d'ores et déjà accessible. Avec trois mois gratuits, le service s'impose comme un incontournable pendant le confinement. Le distributeur Carlotta a quant à lui lancé son Vidéo Club, un service de vidéo à la demande sur abonnement qui propose également de visionner, gratuitement, des suppléments pour "apaiser sa curiosité, sa soif d’apprendre et pour s’enrichir". Enfin, le service de streaming Rakuten TV propose depuis quelques jours, en plus de son service de location de films, une centaine de longs-métrages à visionner gratuitement moyennant quelques publicités.Les films proposés sont variés, souvent récents, afin de satisfaire tous les publics : Voice from the stone, Une nouvelle chance, Les Femmes du bus 678, The Lobster, The last days on Mars...

Il est également possible de louer ses films sur des plateformes comme UniversCiné. Cette dernière propose un nombre impressionnant de films à l'achat ou la location, de quelques centimes à une dizaine d'euros. On pourra visionner, par exemple, Les Misérables de Ladj Ly, Adults in the room de Costa-Gavras, Et puis nous danserons de Levan Akin, Mon chien stupide d'Yvan Attal ou l'encensé Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma. Pendant la période de confinement, le site propose en sus plus de deux-cent films à 99 centimes, de Lars Von Trier à Ken Loach, en passant par Marjane Satrapi ou Leos Carax... Une sélection cosmopolite, qui ferait presque oublier la fermeture des salles de cinéma..

Acteurs et metteurs en scène se mobilisent

Pour pallier l'ennui du confinement, certains metteurs en scène ont même choisi de mettre à disposition une ou plusieurs de leurs oeuvres sur internet, à l'image des bibliothèques solidaires du confinement. Des initiatives qui poussent les cinéphiles à surveiller de près leurs pages sur les réseaux sociaux.

Louis-Julien Petit, le réalisateur des Invisibles (2019) ou de Discount (2015), avait par exemple proposé pendant quelques jours, sur sa page Facebook, de visionner gratuitement son premier film, Anna et Otto (maintenant disponible en VoD). "C'est un film que j'ai mis 4 ans à fabriquer, tourné entre Montréal et Paris", explique le metteur en scène. "Le film traite de l'urgence de s'aimer entre frères et soeurs. Ce retour à l'essentiel, ce lien familial, nous y sommes confrontés aujourd'hui [pendant le confinement] avec la peur de perdre quelqu'un de proche..."

Les banques de films, des incontournables à visionner gratuitement

Pendant le confinement, quelques plateformes se sont engagées à proposer des contenus gratuits. C'est le cas, notamment, de mk2 Films via le site TROISCOULEURS qui dévoile, chaque semaine, une sélection de films gratuits, des curiosités du cinéma "pour s'occuper tout en restant chez soi". Les cinéphiles pourront par exemple apprécier Ars de Jacques Demy (1959), Que la lumière soit ! d'Arthur Joffé (1998) et La Nuit des Morts-Vivants de George Romero (1968). 

Enfin, pour les plus mordus, il est possible de visionner des milliers de (très) vieux films  tombés dans le domaine public. Dès qu'une oeuvre quitte la sphère privée, elle est en effet ajoutée sur le site web archive.org (en anglais). L'avantage, c'est la gratuité des films proposés et leur immense variété. En fouillant, il sera possible de trouver quelques bijoux comme Metropolis de Fritz Lang (1927), Le Vagabond de Charlie Chaplin ou des films d'horreurs pionniers du genre. Cette option est à réserver à ceux qui maîtrisent la langue de Shakespeare... ou aux adeptes des films muets !