"Mon chien Stupide" : Yvan Attal adapte brillamment avec Charlotte Gainsbourg le roman de John Fante

Quatrième film tourné avec sa compagne Charlotte Gainsbourg, "Mon chien Stupide", du comédien-réalisateur Yvan Attal, adapte avec brio le grand écrivain américain John Fante.

Yvan Attal devant et derrière la caméra de \"Mon chien Stupide\" .
Yvan Attal devant et derrière la caméra de "Mon chien Stupide" . (Copyright StudioCanal)

Deuxième adaptation de John Fante, après le décevant Bandini de Dominique Deruderre en 1989, Mon chien Stupide, signé Yvan Attal, devant et derrière la caméra, avec Charlotte Gainsbourg, remporte nos suffrages. Il sort dans les salles  mercredi 30 octobre.

Humour caustique

Romancier en panne d’inspiration après avoir publié un best-seller, Henri (Yvan Attal) reporte ses échecs sur sa femme Cécile (Charlotte Gainsbourg) et leurs quatre enfants. Alors qu'il fait le bilan dérisoire de sa vie, Henri recueille un énorme chien mal léché, qui lui apporte du réconfort, bien que toute la famille le déteste et que Cécile pense à prendre le large…

StudioCanal

Yvan Attal resitue Mon chien Stupide, publié en France en 1986 chez Christian Bourgois, à notre époque contemporaine. Il apporte quelques modifications au roman d’origine, comme la téléphonie mobile, ou des enfants passés au numérique, mais il en garde la teneur originelle. On y retrouve la patte de Fante, un regard désabusé, paradoxalement misanthrope et tendre sur la société et la famille. Attal teinte son adaptation brillante d’un humour caustique qui sied au romancier.

Beaux échanges cinglants

Le comédien-réalisateur trouve le ton juste dans une écriture où la part belle est donnée aux acteurs. Composant un personnage en pleine crise de la cinquantaine, il s’offre la part du lion. Yvan Attal endosse parfaitement ce poids de l’échec et la mauvaise foi de son écrivain en mal d’inspiration. Charlotte Gainsbourg campe tout aussi bien une épouse, comme lui, en crise, bourrée d’antidépresseurs et amère, qui ne ménage pas son mari en le renvoyant dans ses cordes. Ce qui donne des échanges savoureux, des réparties cinglantes.

Entre eux deux trône le chien baptisé "Stupide" par son maître. Débonnaire, paresseux, et encombrant, il est comme l’alter ego d’Henri. S’il lui a donné ce nom provoquant, c’est parce qu’il se reconnaît en lui. Cette identification est le signe d’une tendresse, dont on pourrait le croire exempt au prime abord. Grâce à "Stupide" il va dépasser son apitoiement sur lui-même et peut être renouer avec les siens.

Charlotte Gainsbourg et Yvan Attal dans \"Mon chien Stupide\" de Yvan Attal. 
Charlotte Gainsbourg et Yvan Attal dans "Mon chien Stupide" de Yvan Attal.  (StudioCanal)

L’écriture et l’interprétation constituent le meilleur du film, la mise en scène et l'image ne bouleversant guère les canons d’un cinéma français peu inventif dans ce domaine. La deuxième partie tourne également un peu en rond et aurait gagné en rythme si elle était un peu raccourcie. Mon chien Stupide n’en est pas moins une réussite et loin d’être bête.

L\'affiche de \"Mon chein Stupide\" de Yvan Attal.
L'affiche de "Mon chein Stupide" de Yvan Attal. (StudioCanal)

La fiche

Genre : Comédie dramatique
Réalisateur : Yvan Attal
Acteurs : Yvan Attal, Charlotte Gainsbourg, Eric Ruf, Pascale Arbillot, Sébastien Thiery, Ben Attal, Adèle Wismes, Pablo Venzal.  

Pays : France
Durée : 1h45
Sortie : 30 octobre
Distributeur : Eurozoom

Synopsis
 : Henri est en pleine crise de la cinquantaine. Les responsables de ses échecs, de son manque de libido et de son mal de dos ? Sa femme et ses quatre enfants, évidemment ! A l’heure où il fait le bilan critique de sa vie, de toutes les femmes qu’il n’aura plus, des voitures qu’il ne conduira pas, un énorme chien mal élevé et obsédé, décide de s’installer dans la maison, pour son plus grand bonheur mais au grand dam du reste de la famille et surtout de Cécile, sa femme dont l’amour indéfectible commence à se fissurer.