Covid-19 : "On va devoir choisir entre les supporters qui pourront accéder au stade et ceux qui ne pourront pas", regrette le président du directoire du Stade rochelais

Après l'annonce de la limitation des grands rassemblements à 5 000 personnes en extérieur, 8 000 abonnés devront rester "en dehors du stade", explique Pierre Venayre. Les présidents des clubs de Top 14 se réunissent ce soir pour "pour adopter les mesures nécessaires". 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Tous les supporters rochelais ne pourront plus assister aux matchs en tribune avec la nouvelle jauge de 5 000 personnes lors des grands rassemblements.  (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

"On va devoir choisir entre les supporters qui pourront accéder au stade et ceux qui ne pourront pas", regrette mardi 28 décembre sur franceinfo Pierre Venayre, président du directoire du Stade rochelais, club de rugby du Top 14, au lendemain de l'annonce par le Premier ministre, Jean Castex, de la limitation des grands rassemblements à 2 000 personnes en intérieur et, y compris dans les enceintes sportives.

"C'est une mesure qu'on craignait et qu'on comprend. Ce qui est compliqué, c'est qu'on va devoir choisir entre les supporters qui pourront accéder au stade et ceux qui ne pourront pas. C'est toujours un crève-cœur ! Nos premières pensées vont vers eux. Sur 16 000 places au stade Marcel Deflandre, nous avons 13 000 abonnés ça veut dire qu'au moins 8 000 resteront en dehors du stade. Les présidents de Top 14 se réunissent ce soir [ce mardi] pour adopter les mesures nécessaires", a ajouté Pierre Venayre.

Le pass vaccinal va préserver la "continuité du championnat"

Ces nouvelles jauges, instaurées à partir du 3 janvier et pour trois semaines, vont bien sûr impacter la trésorerie des clubs de rugby, qui sont plus dépendants de la billetterie que les clubs de football, mais aussi dépendants "des hospitalités, ces places que l'on vend avec des prestations de restauration", a expliqué le président de La Rochelle. "Il est important qu'on continue à servir des repas et de la restauration assis dans le stade. On le faisait très bien avec les mêmes restrictions, avec les mêmes protocoles sanitaires, avec la même prudence dans nos stades. On espère que le gouvernement nous permettra de le faire sur la période de restriction."

Concernant l'instauration du pass vaccinal, qui va remplacer le pass sanitaire, le président du club rochelais voit ça d'un bon œil. "Ça peut être un moyen de préserver la continuité du championnat et ça permettrait de rouvrir les stades et les salles de spectacle. Si un joueur n'est pas vacciné, il ne pourra alors plus jouer et plus s'entraîner. Si on veut sortir de cette situation, tout le monde doit se montrer responsable."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Top 14

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.