Six nations 2023 : tombeuse de l'Angleterre, l'Irlande réalise le Grand Chelem, la France termine deuxième

Vainqueurs samedi de l'Angleterre à Dublin (29-16), les Irlandais signent le quatrième Grand Chelem de leur histoire.
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 2 min
La joie des Irlandais et de leur ouvreur Jonathan Sexton, victorieux de l'Angleterre et auteurs du Grand Chelem, le 18 mars 2023 à Dublin. (PAUL FAITH / AFP)

La Saint-Patrick 2023 restera dans les annales. En ce week-end si spécial pour les Irlandais du monde entier, le XV du Trèfle s'est offert le Tournoi des six nations en dominant (29-16) l'Angleterre, rapidement réduite à 14, samedi 18 mars, dans l'ultime match de l'édition. Mieux : l'Irlande réalise au passage le Grand Chelem pour la quatrième fois de l'histoire après ceux de 1948, 2009 et 2018.

Mieux, c'est la première fois que le peuple irlandais peut célébrer une telle performance à domicile, puisque la rencontre avait lieu à l'Aviva Stadium de Dublin. De quoi faire couler encore plus de bière en l'honneur de Saint-Patrick, mais surtout du XV du Trèfle.

Sexton dans l'histoire

Avant d'exulter et d'aller chanter leur joie dans les pubs de l'île, les Irlandais ont toutefois longtemps serré les dents. Et pour cause : après l'humiliation subie face aux Français la semaine dernière à Twickenham, le XV de la Rose avait un honneur à laver sur la pelouse de l'Aviva Stadium. Solidaires, valeureux et très combatifs en défense, les Anglais ont fait douter la meilleure équipe du monde pendant une grosse heure, bien que réduits à quatorze juste avant la pause.

L'Angleterre profite de l'indiscipline des Irlandais pour noircir la feuille de match en première. Owen Farrell se charge de punir le XV du Trèfle avant de doubler la mise à la 14e minute (6-0). -
Journée 5 : l'Angleterre ouvre la marque aux dépens de l'Irlande L'Angleterre profite de l'indiscipline des Irlandais pour noircir la feuille de match en première. Owen Farrell se charge de punir le XV du Trèfle avant de doubler la mise à la 14e minute (6-0). - ()

Jusqu'à l'heure de jeu, un petit point séparait les deux équipes (10-9) , après les trois pénalités anglaises signées Owen Farrell, venues répondre à l'essai irlandais de Dan Sheehan, et les pénalités de Jonathan Sexton. Le légendaire demi d'ouverture irlandais est d'ailleurs devenu le meilleur marqueur de l'histoire du Tournoi avec 560 points. Mais même en balbutiant leur rugby, sans doute sous l'effet de la pression, les Irlandais ont fini par prendre le dessus sur des Anglais réduits à 14, et logiquement épuisés.

C'est d'abord Henshaw qui a inscrit l'essai du soulagement (62e), à la suite d'une mêlée. Quelques minutes plus tard, Sheehan a réalisé le doublé et fait rugir l'Aviva Stadium. Malgré l'essai anglais de Jamie George (73e), la fin de match a été à sens unique. Et encore plus après le carton jaune reçu par l'Anglais Jack Willis, qui a forcé le XV de la Rose à terminer la rencontre à 13. De quoi laisser encore plus d'espaces, et permettre à Rob Herring d'inscrire un quatrième essai irlandais, synonyme de bonus offensif.

Le talent du talonneur. Dan Sheehan parachève son match avec un doublé avant de céder sa place à Rob Herring. Une conquête en touche bien négociée, puis le n°2 irlandais inscrit un essai en coin digne d'un ailier virevoltant. 24 à 9 pour l'Irlande contre l'Angleterre. -
Journée 5 : le XV du Trèfle en route vers le Grand chelem, doublé pour Dan Sheehan Le talent du talonneur. Dan Sheehan parachève son match avec un doublé avant de céder sa place à Rob Herring. Une conquête en touche bien négociée, puis le n°2 irlandais inscrit un essai en coin digne d'un ailier virevoltant. 24 à 9 pour l'Irlande contre l'Angleterre. - ()

L'heure était alors aux chants et à l'émotion dans l'Aviva Stadium, qui se délectait du 29-16 inscrit au tableau d'affichage, synonyme de Grand Chelem. Avant d'aller se délecter des boissons houblonnées chères à l'Irlande, en l'honneur de Saint-Patrick, un peu, mais surtout de ce XV du Trèfle qui confirme son statut de numéro un mondial, à quelques mois de la Coupe du monde en France.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.