Guy Novès devant les prud'hommes : "Il a été viré d'une façon malpropre", estime l'ancien capitaine du XV de France Fabien Pelous

L'ancien capitaine de l'équipe de France de rugby Fabien Pelous se désole sur franceinfo de "voir se déchirer" l'ancien sélectionneur Guy Novès, qui conteste son licenciement, et Bernard Laporte, président de la Fédération.

Guy Novès, le 14 février 2019.
Guy Novès, le 14 février 2019. (ERIC CABANIS / AFP)

Alors que l'ancien sélectionneur du XV de France, Guy Novès, a contesté jeudi 14 février, devant les prud'hommes de Toulouse, la validité et le motif de son licenciement fin 2017 pour faute lourde, l'ancien capitaine de l'équipe de France de rugby Fabien Pelous a réagi sur franceinfo. Guy Novès a réclamé trois millions d'euros à la Fédération française de rugby présidée par Bernard Laporte. La décision du conseil de prud'hommes sera rendue le 8 avril.


franceinfo : Est-ce que ça vous peine de voir ce grand déballage entre Guy Novès et Bernard Laporte qui ont beaucoup compté pour vous ?

Fabien Pelous : Oui, effectivement. C'est vrai que ce sont deux hommes qui ont marqué ma carrière en tant qu'entraîneur. C'est déchirant de les voir se déchirer maintenant, surtout dans un esprit justement de grand déballage qui ne fait pas honneur à notre sport. Je crois que Guy Novès a été viré d'une façon malpropre et malsaine. Certainement plus pour des raisons d'égo que de compétences - puisqu'on ne peut pas remettre en cause ses compétences vu son palmarès et sa carrière - et c'est ce qui m'a peiné à l'époque et c'est ce qui se traduit aujourd'hui à travers cette procédure.

Vous comprenez donc la démarche de Guy Novès, c'est une question d'honneur avant tout, plus que d'argent ?

Il veut vraiment laver son honneur. C'est vrai que pour lui, être démis de ses fonctions pour faute grave, alors que, je crois, c'est un serviteur du rugby avant tout, ça a du mal à passer. Je le comprends bien. Concernant les préjudices qu'il demande, ce sont les prud'hommes qui rendront leur décision mais dans la démarche ça me paraît assez logique. La sanction de faute grave pour des manques de résultats - dans le milieu du rugby où on a des ballons ovales qui peuvent rebondir dans un sens et dans l'autre et changer le cours du match - ça me paraît assez injuste. Mais je pense que derrière tout ça, il y a quand même un gros égo, de part et d'autre, certes, mais surtout de la part de Bernard Laporte qui voulait certainement humilier Guy Novès - ce sont les deux entraîneurs qui ont marqué les vingt dernières années - il ne doit en rester qu'un et je crois que la démarche était là. Au-delà de ça, c'est aussi le fait de faire prendre un risque financier à la Fédération sur une procédure comme celle-là - en tant que président de Fédération - je trouve que c'est quand même un manque de responsabilité assez criant.

Selon vous, est-ce que cette affaire va laisser des traces durables dans le rugby français ?

Ça connote le rugby français à un manque de respect entre les gens qui est de plus en plus présent et qui fait un peu peur. J'ai l'impression que c'était un sport qui véhiculait le respect entre les gens, notamment en-dehors du terrain. Ça transpirait dans l'environnement du rugby et j'ai l'impression qu'on est en train de perdre ce respect entre les gens et le respect pour l'institution qu'est la Fédération française de rugby.