Coupe du monde de rugby : le capitaine japonais Michael Leitch, star de l'archipel

Pour la première fois de son histoire le Japon est qualifié pour les quarts de finale de la Coupe du monde de rugby, qui auront lieu ce week-end dans le pays. Une réussite incarnée par son capitaine, Michael Leitch, véritable star dans l’archipel.

Michael Leitch assiste à une séance d\'entraînement à Tokyo à l\'occasion de la Coupe du monde de rugby au Japon, le 8 octobre 2019.
Michael Leitch assiste à une séance d'entraînement à Tokyo à l'occasion de la Coupe du monde de rugby au Japon, le 8 octobre 2019. (ODD ANDERSEN / AFP)

Son patronyme ne sonne pas japonais. Michael Leitch est néo-zélandais d’origine, son père est néo-zélandais et sa mère est fidjienne, mais il est aujourd'hui un Japonais à part entière. Michael Leitch s’exprime en japonais en conférence de presse et est marié à une Japonaise. Le capitaine de l'équipe de rugby du Japon, qualifié pour la première fois de son histoire pour les quarts de finale de la Coupe du monde, est une véritable célébrité dans le pays. 

Deuxième personnalité la plus connue au Japon

Dans un récent sondage, le capitaine des Brave Blossoms (surnom de l’équipe japonaise de rugby) est la deuxième personnalité la plus connue dans le pays, derrière le premier ministre Shinzo Abe, avec un taux de popularité de 80 %. Dans la rue, son visage se retrouve très fréquemment sur des affiches et à la télévision : Michael Leitch apparaît dans de très nombreuses publicités. Les Japonais lui vouent un véritable respect et depuis qu'il est devenu capitaine il y a cinq ans, Michael Leitch incarne la réussite de l'équipe nationale. "Je maîtrise mieux le japonais que l’anglais maintenant", explique Michael Leitch. Une notoriété d’autant plus remarquable que le pays est longtemps resté réticent aux étrangers, ceux que l'on appelle les Gaijin.

À l'origine de la transformation du rugby nippon

Michael Leitch est à part. Parti de chez lui à l’âge de 16 ans, il s'est installé à Sapporo dans le nord du Japon, dans une famille qui vendait des sushis. Il y a appris le rugby et une autre façon de vivre, une autre façon de penser. C’est grâce à des joueurs comme lui que le rugby nippon s’est transformé, est devenu plus agressif, plus rugueux, plus combatif. Ces vertus manquaient à la formation japonaise, un peu trop tendre par le passé. En 2015, Michael Leitch était déjà le capitaine du XV japonais qui avait battu l’Afrique du Sud. Le premier fait d’armes de cette équipe.

Aujourd’hui, l’équipe nationale de rugby est très suivie, notamment à la télévision. Lors de sa qualification historique face à l’Ecosse dimanche 13 octobre, le record d’audience a été battu avec 39% en moyenne de part d’audience et un pic à 53,7%, soit plus de 60 millions de personnes devant la télévision.