France-Nouvelle-Zélande : brillant et solidaire, le XV de France triomphe des All Blacks

Les Bleus ont été brillants face aux All Blacks pour s’imposer 40-25, samedi soir au Stade de France, après douze années sans succès contre cette équipe.

Article rédigé par
De notre envoyée spéciale - Justine Saint-Sevin
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Gabin Villière poings tendus après l'un des essais de Peato Mauvaka, lors du match France-Nouvelle-Zélande au Stade de France le 20 novembre 2021. (FRANCK FIFE / AFP)

Ils ont été monstrueux, pour renverser un monstre. Douze ans qu’il n’avait plus battu les All Blacks, vingt-et-un ans que ça n’était pas arrivé à domicile. Le XV de France a réalisé une performance historique, samedi 20 novembre, en s’imposant (40-25) face à la Nouvelle-Zélande.

Pour clôturer sa tournée d’automne, le XV de France a gommé une bonne partie des errements qui avaient parasité les victoires poussives contre l’Argentine et la Géorgie. Un final en apothéose face aux triples champions du monde qui augure de belles promesses pour la suite.

Il a fallu trois petites minutes pour réchauffer l’atmosphère glacée du Stade de France. Les premiers bonnets, les premières écharpes étaient tombés pour s’adapter à l'ambiance devenue trop bouillante pour rester aussi chaudement vêtu. Sur la première touche du match, le capitaine du secteur Cameron Woki, encore impérial dans les airs, a permis à ses coéquipiers de l’encercler pour un ballon porté. Peato Mauvaka, le pilier explosif des Bleus, auteur d’un doublé, s’est extirpé pour planter le premier essai (7-0, 3e).  

Les Bleus frappent les premiers ! Comme souvent lors de cette tournée, les Français font la différence sur un maul, avec à la conclusion le talonneur Peato Mauvaka ! La France mène 7-0 face aux All Black !

Un engagement collectif total

De quoi lancer d’inlassables vagues bleues. Des conseils de leurs aînés, auteurs d’exploits précédents face aux Blacks, les coéquipiers d’Antoine Dupont ont fait une récitation parfaite. Prendre le score rapidement, gagner les duels pour les faire reculer – le quatuor Baille, Atonio, Danty, Fickou a été particulièrement en vue dans l’exercice , être présents dans les duels aériens, tout pour empêcher la machine néo-zélandaise de trouver son rythme.  

Dominés en première période, les All Blacks reviennent dans le match avec un deuxième essai, signé Rieko Ioane ! Les Bleus ne mènent plus que 24-18 face à la Nouvelle-Zélande.

Même si cette dernière a su profiter de la moindre pénalité pour rester dans le match et du moindre retard en défense – deux essais de Ioane (51e) et Saeva (59e) – les All Blacks, sous la pression des Bleus notamment défensive, ont lâché quelques en-avants inhabituels. Le troisième ligne centre, Ardie Savea, a même été obligé de se sacrifier pour éviter un nouvel essai. Il est sorti sur un carton jaune à la 63e.

Jaminet pour finir le travail

L’ancien arrière de l'équipe de France, Xavier Garbajosa, avait évoqué la folie à la française, celle qui fait gagner les grands matchs, celle qui, imprévisible, est peut-être la pire ennemi d’une équipe aussi rodée, habituée à dominer le jeu que la Nouvelle-Zélande. Les Blacks ne s’attendaient sûrement pas à cette remise intérieure du centre Jonathan Danty sur son ailier Damian Penaud qui a mené les Bleus à quelques centimètres de l’en-but. Ni à cette relance "du bout du monde" de Romain Ntamack qui a échappé à deux adversaires dans son en-but pour remonter le terrain jusqu’à la ligne opposée, bien aidé par Jaminet, Dupont et Woki (62e). Et puis il y a eu la merveille d’interception de Damian Penaud qui a filé à l’essai (68e) pour venir clouer des Néo-Zélandais qui reprenaient du poil de la bête.  

Dominés par les All Blacks dans cette seconde période, les Bleus réalisent le gros coup en inscrivant un quatrième essai grâce à Damien Penaud ! L'ailier intercepte une passe dans les 22 pour aller marquer sous les poteaux !

Titularisé à l’arrière, Melvyn Jaminet a confirmé qu’il était plus que l’homme d’une tournée. Brillant en Australie, l’arrière de l’Usap, moins en vue comme le reste de son équipe lors des deux premiers tests matchs, s’est probablement affirmé comme le futur titulaire en puissance à ce poste. Solide dans les airs, il est surtout auteur d’un 100% au pied (20 pts, 8/8), aussi précieux que crucial pour s’imposer dans les grands matchs. Et décrocher un exploit à ajouter au panthéon des prouesses françaises contre l’épouvantail du rugby mondial.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers All Blacks

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.