Ligue Europa : l'OM élimine Benfica aux tirs au but et rejoint l'Atalanta Bergame en demi-finales

Longtemps frustrés par Benfica jeudi, les Marseillais ont attendu la séance de tirs au but pour valider leur ticket pour le dernier carré de la Ligue Europa (1-0, 4-2 t.a.b), où ils affronteront l'Atalanta Bergame.
Article rédigé par Adrien Hémard-Dohain - Envoyé spécial à Marseille
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
Faris Moumbagna félicité par Amine Harit et Pierre-Emerick Aubameyang après son ouverture du score face au Benfica, le 18 avril 2024, à Marseille. (SYLVAIN THOMAS / AFP)

Une folle soirée européenne, intense, avant au moins une autre : comme il a l'habitude de le faire pour ce genre d'occasion, le stade Vélodrome de Marseille s'est sublimé, jeudi 18 avril, en quarts de finale retour de Ligue Europa, lors de la victoire de l'OM aux tirs au but face à Benfica (1-0, 4-2 t.a.b). Une ambiance volcanique qui a donné des ailes aux joueurs de Jean-Louis Gasset, longtemps imprécis, mais finalement délivrés par Luis Henrique lors de la séance de tirs au but.

Avant cela, Faris Moumbagna avait entretenu la flamme, en inscrivant le but de l'espoir à la 79e minute après une longue domination stérile des Marseillais. A 1-0, l'OM n'était pas qualifié, mais plus éliminé non plus.

Il ne restait qu'à finir le travail en prolongation pour aller chercher la quatrième demi-finale de Ligue Europa de l'histoire du club phocéen, la première depuis 2018, mais il a fallu attendre la séance de tirs au but, où Angel Di Maria et Antonio Silva ont raté, alors que tous les tireurs phocéens ont marqué. L'OM y défiera l'Atalanta Bergame, tombeur de Liverpool, les 2 et 9 mai.

La fin de la malédiction

L'OM et les tirs au but, c'est pourtant une histoire de désamour, avec des traumatismes récents encore dans toutes les têtes face au Panathinaïkos ou à Annecy. Mais les chants marseillais soufflaient fort jeudi soir et ont emporté loin de la cité phocéenne ces mauvais souvenirs. Même Angel Di Maria, buteur à l'aller et qui a si souvent brillé contre Marseille avec le PSG, a abdiqué. Le champion du monde argentin a envoyé sa tentative – la première de la série – sur le poteau de Pau Lopez.

Parti du bon côté sur toutes les tentatives portugaises, l'Espagnol a logiquement fini par en repousser une : la quatrième, signée Antonio Silva. Alors que l'OM réalisait le sans-faute, Luis Henrique s'est avancé pour enfiler le costume de héros inattendu de la soirée et faire exulter comme rarement le Vélodrome, assourdissant durant toute la séance. Au bout du pied du Brésilien : une quatrième demi-finale de Ligue Europa pour l'OM, la première depuis 2018.

Le gardien de l'OM Pau Lopez lors du quart de finale retour de Ligue Europa contre Benfica, le 18 avril 2024. (SYLVAIN THOMAS / AFP)

Une soirée que les Olympiens ont prolongé en restant un bon quart d'heure sur la pelouse, le temps d'un double tour d'honneur mérité, après un combat acharné de plus de 120 minutes qui ont valu des crampes insurmontables à Jordan Veretout.

Car, si l'OM a dû attendre les tirs au but, ce n'est pas faute d'avoir tout bien fait avant cela. Avec un handicap d'un but au départ, les Olympiens n'avaient pas prévu de partir à l'abordage, mais ont, comme attendu, pris le contrôle des évènements d'entrée. 

Rendez-vous à Bergame

Dominateurs mais imprécis durant le premier acte, à l'image d'Iliman Ndiaye (8e), Chancel Mbemba (16e) et Pierre-Emerick Aubameyang (24e, 44e), les Marseillais n'ont pas converti leurs temps forts. En face, prudent, Benfica attendait un contre pour piquer, mais la défense olympienne était bien plus resserrée qu'à l'aller. 

Dans la lignée de son public, l'OM a passé la seconde au retour des vestiaires. Les occasions franches se sont multipliées devant la cage d'Anatoliy Troubine, notamment impérial face à Amine Harit (60e) et Geoffrey Kondogbia (69e).

Le Marseillais Faris Moumbagna célèbre son but face à Benfica lors du quart de finale retour de Ligue Europa, le 18 avril 2024. (SYLVAIN THOMAS / AFP)

De quoi donner des idées à Pau Lopez, immense face à Angel Di Maria (58e), avant de l'écœurer à nouveau durant la prolongation (98e), arrachée par Faris Moumbagna. Car même si l'OM a longtemps pêché dans le dernier geste, le Camerounais, à la réception d'un centre d'Aubameyang, a fini par ouvrir le score sur une tête piquée entre les jambes du portier ukrainien (1-0, 79e).

Debout, le Vélodrome a laissé éclater sa joie, avant de serrer les dents, comme ses joueurs, pendant une prolongation qui a semblé interminable. Epuisés, les Phocéens ont frôlé la correctionnelle sur une tête de Di Maria (98e), mais aussi l'ivresse sur un lob d'Aubameyang (108e). L'ascenseur émotionnel s'est prolongé jusqu'à la séance de tirs au but, avant de s'arrêter au septième ciel pour l'OM, avec la délivrance offerte par Luis Henrique. Et une place dans le dernier carré de la Ligue Europa, face à l'Atalanta Bergame, dans deux semaines. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.