Ligue 1 : coach, recrutement, Payet affûté et Vélodrome plein... Cet Olympique de Marseille a tout pour plaire

Après un exercice 2020-2021 tumultueux, c'est un Olympique de Marseille métamorphosé qui lance sa saison dimanche soir à Montpellier.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Dimitri Payet célèbre son but inscrit contre Villarreal en match amical, le 31 juillet 2021. (SPEICH FREDERIC / MAXPPP)

Sur le Vieux Port, le mistral n'est pas le seul à faire souffler un vent de fraîcheur cet été. Depuis plusieurs semaines, l'Olympique de Marseille a repris son rôle de métronome qui dicte les humeurs de la cité phocéenne. Et à l'heure d'entamer la nouvelle saison de Ligue 1, tout va bien autour de l'OM, qui a ouvert grand ses fenêtres depuis la fin de saison dernière pour définitivement tourner la page d'un exercice 2020-2021 éreintant. Seul héritage de la saison passée : une qualification bienvenue en Ligue Europa. Pour le reste, le club olympien, emmené par son président hyperactif sur le mercato, a tout changé ou presque. 

Un mercato rutilant

C'est d'abord sur le marché des transferts que l'OM a roulé des mécaniques, retrouvant un appétit et une force de frappe plus vue depuis longtemps. Le président (et ex-directeur sportif) du club, Pablo Longoria, a fait feu de tout bois après avoir allégé la masse salariale en se délestant de gros salaires (Thauvin, Germain, Strootman, Sakai, Lopez...). Ancien responsable du recrutement de la Juventus, le président de l'OM est avant tout un "geek" du marché des transferts, capable de tous les coups et d'imaginer des montages financiers complexes pour arriver à ses fins. 

Hyperactif, Longoria a ainsi réalisé de jolis coups cet été, attirant des espoirs en quête de rebond tels les ailiers Konrad De La Fuente et Cengiz Ünder, le gardien espagnol Pau Lopez, ou encore les Français William Saliba et Mattéo Guendouzi, tous deux prêtés par Arsenal. Grâce à l'argent réinjecté par le propriétaire Frank McCourt, l'OM s'est aussi permis une folie : l'arrivée du milieu brésilien Gerson, débarqué du Flamengo contre 25 millions d'euros pour le plus grand bonheur du coach Jorge Sampaoli, qui a aussi rapatrié un défenseur auriverde, Luan Peres, qu'il a déjà entraîné à Santos. Quelques recrues sont encore attendues à la Commanderie, notamment au poste de latéral droit, mais le mercato olympien suscite déjà de grands espoirs.

On le sait : à Marseille, le public a tendance à s'enflammer parfois trop rapidement. Mais sans tomber dans un optimisme exacerbé, l'OM a de quoi aborder cette nouvelle saison avec confiance et ambition. Parce qu'en dehors du mercato prometteur, les matches de préparation ont eux aussi offert leur lot de promesses. En sept rencontres, les Marseillais sont restés invaincus, signant cinq victoires et deux nuls contre des adversaires qui ont dessiné une montée en puissance progressive.

Football is coming OM

Après les premières victoires contre Martigues (N2), Sète (N1) et le Servette Genève, l'OM a haussé le niveau face aux Portugais de Braga (1-1), et surtout du Benfica (1-1). Deux matchs encourageants après une préparation très intense, avant le bouquet final. D'abord une victoire convaincante et aboutie contre l'AS Saint-Étienne (2-1), puis une autre, plus marquante encore, face au vainqueur de la dernière Ligue Europa : Villarreal (2-1), devant 30 000 personnes dans un stade Vélodrome qui a enfin retrouvé ses fidèles.

Au-delà des succès - toujours à relativiser dans le cadre d'une préparation estivale -, les Marseillais ont surtout déployé un jeu de plus en plus flamboyant. Dans un système en 3-4-2-1 hybride et ambitieux concocté par Jorge Sampaoli, héritier assumé de Marcelo Bielsa, l'OM déploie un football résolument offensif, avec un goût prononcé pour la possession, les permutations, et la projection offensive, créant rapidement du surnombre aux abords de la surface adverse. Le tout orchestré par un homme : Dimitri Payet.

Car même si Pablo Longoria a multiplié les signatures cet été, le meilleur joueur marseillais reste Dimitri Payet. À 34 ans, le Réunionnais entame sa huitième saison à l'OM mais, affûté comme rarement ces derniers temps, il ne fait pas son âge. La preuve : il a déjà trouvé le chemin des filets à quatre reprises cet été, et souvent de façon assez spectaculaire. Buteur, Payet s'épanouit dans le système concocté par Sampaoli. Prometteur, alors que le goleador polonais, Milik, reprend à peine la compétition. De quoi faire de l'OM un candidat sérieux au podium.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers OM

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.