Ligue des champions : éliminé en quart de finale, le Bayern Munich "a touché le fond" et peut encore tout perdre

Surpassé par Manchester City en quarts de finale de la Ligue des champions (0-3, 1-1), le Bayern Munich voit le grand objectif de sa saison s’envoler.
Article rédigé par Denis Ménétrier, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 3 min
Les joueurs du Bayern Munich après l'élimination en quarts de finale de la Ligue des champions, le 19 avril 2023. (SEBASTIAN EL-SAQQA / AFP)

Le bourreau du Paris Saint-Germain n'ira pas plus loin en Ligue des champions. Le Bayern Munich, qui avait fait la leçon face au club parisien en huitièmes de finale de la compétition, en a cette fois reçu une belle de la part de Manchester City, en quarts de finale. Sèchement battus à l'aller (0-3), ils n'ont pas réellement semblé en mesure de renverser l'équipe de Pep Guardiola à Munich (1-1).

Au-delà de la qualité de cette équipe mancunienne, cette double confrontation a révélé les affres d'une équipe bavaroise décidément malade. "La situation est alarmante. Nous avons même touché le fond. Notre niveau de jeu ne peut pas être pire qu'en ce moment", pestait Matthijs de Ligt, le défenseur néerlandais du Bayern, après le piètre match nul de son équipe à domicile contre Hoffenheim en Bundesliga le week-end dernier (1-1).

Pour la première fois depuis la saison 2011-2012, le Bayern pourrait terminer l'exercice sans remporter un titre. Car pour la troisième année consécutive, le club munichois a été éliminé en quarts de finale de la Ligue des champions, son grand objectif chaque saison. En Bundesliga, le Bayern ne possède que deux points d'avance sur le Borussia Dortmund, à six journées de la fin. L'avance la plus courte du club sur son dauphin, à ce stade, depuis 2018-2019.

Le déclic Tuchel n'a pas encore eu lieu

Alors qu'il dominait sans partage le football allemand ces dernières années, les difficultés – internes et sur le terrain – du Bayern ont récemment provoqué le licenciement de Julian Nagelsmann. Un choix fort, car le jeune prodige des bancs de touche (35 ans), arrivé en juillet 2021, semblait représenter le futur du club allemand sur la durée. Depuis le début de la saison, Nagelsmann avait été irréprochable en C1, avec huit victoires en huit matchs, mais s'est quand même vu indiquer la porte le 24 mars dernier.

Depuis la nomination de Thomas Tuchel, l'ancien entraîneur du PSG, la réaction n'a pas été à la hauteur des attentes. Après son arrivée à Chelsea en 2021, le coach allemand avait remporté la Ligue des champions à peine quatre mois plus tard. Cette fois, le miracle n'a pas eu lieu. Pire, le Bayern a également été éliminé de la Coupe d'Allemagne il y a deux semaines, l'un des autres titres que le club visait en fin de saison. Et Tuchel a les plus mauvais résultats d'un nouveau coach du Bayern depuis Sören Lerby en 1991.

Des recrues décevantes

Le discours de l'entraîneur ne semble pas encore avoir infusé chez ses protégés, dont certains continuent de décevoir. C'est le cas de Sadio Mané, qui symbolise ce Bayern malade. Deuxième du Ballon d'Or 2022, le Sénégalais n'a jamais su s'adapter à son nouvel environnement après son transfert en provenance de Liverpool l'été dernier. Frustré, Mané a même été suspendu par son club après s'en être pris physiquement à son coéquipier, Leroy Sané, après le match aller contre City.

Parmi les autres recrues, seul De Ligt est pleinement convaincant. Le Bayern n'a pas remplacé Robert Lewandowski parti l'an dernier – les limites d'Eric-Maxim Choupo-Moting sont apparues au grand jour contre City mercredi –, et parmi ses certitudes, certains joueurs ont sombré. À l'instar de Dayot Upamecano. Excellent ces dernières semaines, le défenseur français a été fautif à l'aller comme au retour contre les Cityzens.

"Il faut passer à autre chose, il faut garder la tête haute. (…) On est dans une situation compliquée en ce moment, on perd beaucoup de points [en championnat] depuis la Coupe du monde", a expliqué Benjamin Pavard au micro de Canal+ après l'élimination contre Manchester City. Et d'ajouter : "On va se concentrer sur le championnat. C'est la moindre des choses de remporter au minimum un titre." Le Bayern a encore sept matchs pour se remettre la tête à l'endroit.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.