Football : l'attaquant du Real Madrid Vinicius Jr dénonce des chants racistes à son encontre avant Atlético-Inter

Dans un post sur X, le Brésilien a sommé l'UEFA de réagir à ces insultes survenues mercredi, en marge d'un match pour lequel il n'était pas concerné.
Article rédigé par franceinfo: sport avec AFP
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 2 min
Vinicius Junior avant le match entre le Real Madrid et le Celta Vigo, le 10 mars 2024. (JOSE BRETON / NURPHOTO)

La star du Real Madrid Vinicius Jr a dénoncé, jeudi 14 mars, des chants racistes le visant, et entonnés par des supporters de l'Atlético de Madrid, avant le huitième de finale retour de Ligue des champions contre l'Inter Milan mercredi (0-1, 2-1, 3-2 aux tirs au but). L'attaquant brésilien a réclamé des sanctions à l'UEFA.

"J'espère que vous avez déjà pensé à leur punition", a lancé sur X le Brésilien, en mentionnant les comptes officiels de la Ligue des champions et de l'UEFA. Dans son message, il relaie une vidéo où l'on entend des supporters de l'Atlético chanter "alé, alé, alé, Vinicius chimpanzé" devant le stade Metropolitano.

"C'est une triste réalité qui arrive même lors de matchs où je ne suis pas présent", a ajouté dans le même message Vinicius, victime d'actes ou d'insultes racistes à de nombreuses reprises depuis son arrivée à Madrid en 2018.

La Liga annonce déposer plainte

La Ligue espagnole de football a déclaré à l'AFP qu'elle allait déposer plainte pour ces "lamentables chants racistes", même si les faits se sont produits lors d'un match européen et pas de championnat, et en dehors du stade. "La Liga est très engagée pour faire du football un espace sans haine", indique l'instance, et ce même si elle a été pointée du doigt à plusieurs reprises par Vinicius Jr lui-même. "Ils n'ont jamais rien fait", déplorait-il en octobre dans un entretien à France Football.

Fréquemment visé pour sa couleur de peau, le Brésilien de 23 ans est devenu malgré lui un leader de la lutte contre les discriminations dans le football espagnol. Il avait déjà été attaqué plusieurs fois depuis le début de saison dans ou autour d'un stade, notamment à Séville et Barcelone, après un épisode violent à Valence en 2023 pour lequel trois personnes, que le club a bannies à vie, font actuellement l'objet d'une enquête judiciaire.

En juin, quatre supporters ultras de l'Atlético, accusés d'avoir pendu fin janvier un mannequin à l'effigie de Vinicius à un pont de la capitale espagnole, avaient également été interdits de stade pendant deux ans.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.