Football : "Ils n'ont jamais rien fait"... Vinicius Jr critique l'attitude de la Liga face aux insultes racistes dont il a été la cible

Victime à plusieurs reprises d'insultes racistes en Espagne, le joueur du Real Madrid s'est longuement confié dans les colonnes de France Football, vendredi.
Article rédigé par franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 2 min
L'ailier du Real Madrid, Vinicius Junior, lors d'un match contre Osasuna le 7 octobre 2023. (GUILLERMO MARTINEZ / AFP)

Dans un long entretien pour le magazine France Football [article payant], l'ailier du Real Madrid, Vinicius Junior, s'est épanché sur le combat qu'il mène contre le racisme. Victime d'insultes à répétition dans les stades espagnols, le Brésilien est notamment revenu sur l'épisode de Valence, le 21 mai dernier, lorsqu'il a entendu un supporter adverse le traiter de "mono" (singe en Espagnol), puis été expulsé après une échauffourée.

Il n'a que très peu goûté la réaction de la Liga. "Ils n'ont jamais rien fait. J'avais déjà parlé avec la Liga pour dire que cela devait changer. On ne m'écoutait pas. Ils m'ont écouté à partir du moment où le monde entier s'est mis à parler de l'Espagne", a-t-il regretté. À l’époque, le championnat espagnol lui avait répondu avec véhémence, vexé d'être directement visé par le Brésilien dans une story Instagram : "Avec mon expulsion, les racistes ont gagné. Ce n'est pas du football, c'est la Liga".

"Je ne vais pas changer l'histoire"

"Nous avons voulu t'expliquer ce que fait la Liga pour agir contre le racisme, mais tu ne t'es présenté à aucun rendez-vous programmé. Avant de critiquer et d'insulter la Liga, tu dois t'informer", lui avait rétorqué Javier Tebas, le patron du foot espagnol. Dans le même temps, une vague de soutien avait porté le Brésilien. Son entraîneur Carlo Ancelotti avait lui-même osé affirmer que "la Liga avait un problème avec le racisme. Et le problème, ce n'est pas Vinicius. Il en est la victime".

"Tout le monde t'envoie des messages quand quelque chose arrive, mais dès que c'est fini, on ne te parle plus. Mais j'ai eu du soutien ! Du club, bien sûr, et aussi des joueurs, notamment ceux qui ont déjà subi ces choses-là", a retracé Vinicius, qui a expliqué en discuter régulièrement avec Achraf Hakimi, Kylian Mbappé, Raphaël Varane, Romelu Lukaku ou encore Rio Ferdinand.

Le Brésilien sait qu'il "ne va pas changer l'histoire", ni "faire de l’Espagne un pays sans raciste", mais sait que sa voix "pèse". Il veut maintenir ce combat "jusqu'à ce que des choses changent". "Je veux que mon petit frère ne vive pas ce que j'ai vécu (...) que personne ne passe par ces moments-là. C'est tellement triste. Je veux qu'un jour, je n'aie plus besoin de parler de ça pendant trente minutes dans une interview", a-t-il notamment confié.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.