Ligue des champions : la ministre des Sports accuse Liverpool d'avoir "laissé ses supporters dans la nature"

Invitée lundi matin sur RTL, Amélie Oudéa-Castéra a regretté l'usage des gaz lacrymogènes pour disperser les supporters tentant de s'introduire dans l'enceinte, lors de la finale de la C1, samedi. Selon elle, le chiffre de 30 000 à 40 000 spectateurs sans billet valable.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques, Amélie Oudéa-Castéra, le 23 mai 2022, devant le Comité olympique français.  (MILLEREAU PHILIPPE / KMSP / AFP)

Des "responsabilités plurielles", et donc des failles à tous les niveaux. Invitée dans la matinale de RTL, lundi 30 mai, la ministre des Sports, des Jeux olympiques et paralympiques est revenue sur les graves incidents qui ont retardé le coup d'envoi de la finale de Ligue des champions entre le Real Madrid à Liverpool (1-0), samedi, au Stade de France. 

Avant la tenue d'une réunion au ministère des Sports avec les organisateurs, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, l'UEFA et la mairie de Saint-Denis, pour faire le point sur les dysfonctionnements, Amélie Oudéa-Castéra a déjà tiré des premières conclusions. Parmi les causes qui auraient entraîné cette situation, la ministre cite "certainement un manque de stadiers au niveau de ce qui avait été prévu par la Fédération française de foot", et "un problème d'exigüité des zones de contrôle".

Les billets papier, "un circuit qui a créé des débordements"

Amélie Oudéa-Castéra pointe également du doigt le club anglais, estimant qu'il a failli, à l'inverse de l'institution madrilène. "Le fait que le Real ait à ce point encadré la venue de ses supporters à Paris (...) ce qui tranche radicalement avec ce qu'a fait le club de Liverpool, qui a laissé ses supporters dans la nature, a créé une différence majeure", a-t-elle expliqué.

Interrogée sur le nombre de spectateurs sans sésame, la ministre a cité le chiffre de "30 à 40 000 personnes" avec de "faux billets" ou "sans billet". "On va regarder tout ça", a-t-elle ajouté. Amélie Oudéa-Castéra a en outre confirmé que Liverpool avait demandé à l'UEFA – qui a accepté – de ne pas recourir à l'application mobile mais d'utiliser des billets papier, "un circuit (...) qui a créé des débordements".

Tirer les leçons pour l'avenir

Surtout, la nouvelle ministre a jugé "que la dimension la plus regrettable de ce qui s'est passé" était l'usage de gaz lacrymogènes face à des familles et des enfants venus assister à la finale. Alors que se profilent de nombreux événements sportifs majeurs en France, Amélie Oudéa-Castéra affirme ne pas être "inquiète" : la France est "capable d'organiser de très grands événements sportifs", prenant l'exemple du Tour de France ou l'Euro 2016.

"Je suis très engagée, très soucieuse qu'on tire absolument toutes les leçons de ce qui s'est passé samedi soir pour optimiser tout ce qui doit l'être en prévision de la Coupe du monde de rugby 2023 et des Jeux olympiques et paralympiques 2024" , a-t-elle encore précisé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.