Football : le FC Sochaux-Montbéliard doit "au moins sauver la rétrogradation en National 1", estime un député du Doubs

Ce mardi, le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) a rendu un avis défavorable au maintien du FCSM en Ligue 2, après avoir étudié le dossier de reprise de Romain Peugeot, alors que ce dernier avait un "projet solide", selon le député Renaissance du Doubs Nicolas Pacquot.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
31è journée de Ligue 2 de football entre le FC Sochaux et le Pau Fc le 15 avril 2023, à Montbéliard. (LIONEL VADAM  / MAXPPP)

Le FC Sochaux-Montbéliard doit "au moins sauver la rétrogradation en National 1", estime Nicolas Pacquot, député Renaissance du Doubs, vice-président de Pays de Montbéliard Agglomération (PMA), sur franceinfo mardi 1er août. Dans l'après-midi, le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) a rendu un avis défavorable au maintien du FCSM en Ligue 2, après avoir étudié le dossier de reprise de Romain Peugeot. Si le dépôt de bilan est prononcé, le club franc-comtois perdra son statut professionnel et sera donc relégué en National 3.

>> Football : le préfet du Doubs appelle le propriétaire chinois du FC Sochaux "à prendre ses responsabilités" pour sauver le club

Nicolas Pacquot salue la grosse mobilisation des supporters, des salariés du club et des élus locaux. "Il faut rester mobilisé dans les jours à venir", demande le député qui rappelle qu'"un week-end sur deux, le territoire vibre au stade Bonal". Pour lui, Romain Peugeot "avait un projet solide qui apportait des garanties".

Les propriétaires chinois "ont menti"

À quatre jours de la reprise du championnat de Ligue 2, le dernier espoir, un recours devant le tribunal administratif, "paraît bien mince" à Nicolas Pacquot. "On aurait eu deux mois devant nous, il n'y avait pas de sujet, on retrouvait une situation stable", explique le député. Il accuse les propriétaires chinois du FCSM qui "ont menti" et qui, "en trois, ans auront fait tomber un monument du football professionnel français".

"Le dépôt de bilan du club imposerait la fermeture du centre de formation, c'est dramatique, c'est le scénario catastrophe", s'inquiète le député Renaissance. Il rappelle que ce "centre de formation a vu sortir de grands joueurs" comme Camel Meriem, Pierre-Alain Frau, Omar Daf, Benoît Pedretti, Jérémy Mathieu ou, plus récemment, Marcus Thuram. Si le club garde son statut professionnel et n'est seulement relégué en National 1, il pourra conserver son centre de formation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.