Ligue 1 - La LFP replonge dans la crise : les six moments clés du chaos des droits TV

Du retrait de Mediapro à celui de Canal + ce vendredi, retour sur les dates qui ont marqué des mois d'errements autour de la diffusion des Championnats de France.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Un caméraman durant le match Lille - Reims en Ligue 1, le 17 janvier 2021 (SYLVAIN LEFEVRE / HANS LUCAS)

En un an et demi, le football français a traversé de nombreuses crises liées aux droits TV. Après l'épisode Médiapro, place à un autre nouvel acteur, Amazon, qui a déclenché une nouvelle perturbation dans les relations avec Canal +. Retour sur 

5 octobre 2020 : un mois et demi après les débuts de Téléfoot, Mediapro ne règle pas la note

L'an 1 de l'ère Mediapro débute de la pire des manières. Alors que le football français salive déjà devant la somme d'1,2 milliard d'euros que lui rapporte son nouvel accord sur les droits TV de la Ligue 1 et la Ligue 2, le groupe espagnol vacille déjà. Son patron, Jaume Roures assure dans L'Equipe vouloir "rediscuter le contrat de cette saison", notamment suite à la crise du Covid-19. Le deuxième versement de 172,3 millions d'euros se fait désespérément attendre.

11 décembre 2020 : la LFP met fin à la supercherie et rompt le contrat avec Mediapro

Face aux impayés et à une situation financière de plus en plus périlleuse, la Ligue de Football Professionnel perd patience. En interne, Mediapro informe aux équipes de la chaîne Téléfoot, créée spécifiquement pour ces droits, qu'elle est déjà condamnée. L'échéance du mois de décembre, à hauteur de 152,5 millions d'euros n'a pas été payée à temps, elle non plus. La LFP rompt le contrat avec son diffuseur. Le 22 décembre, le Tribunal de commerce de Nanterre redonne "la pleine jouissance des droits", tout est à refaire.

12 janvier 2021 : Canal + lâche (déjà) ses droits

Alors que Mediapro vivote en diffusant les rencontres le temps qu'un nouveau diffuseur ne soit choisi, Canal + monte au créneau. Son dirigeant Maxime Saada explique à la surprise générale redonner les droits sous-licenciés par BeIN Sports à la LFP, la Ligue 1 ayant perdu trop de sa valeur. "La diffusion sur Téléfoot a fortement réduit l'exposition de la compétition" assène-t-il. "Nous sommes finalement arrivés à la conclusion côté Canal+ qu'il était dans l'intérêt pour toutes les parties prenantes de passer par un appel d'offres." La L1 et la L2 reviennent à la case départ, sans le moindre diffuseur, et avec des options réduites

1er février 2021 : Canal et BeIN s'abstiennent, le dépôt d'offre fait un flop

L'appel d'offres provoqué par Canal + est un nouvel échec cuisant dans ce dossier. La chaîne privée et son partenaire d'affaires BeIN Sports ne déposent pas de dossier. Canal + souhaitait que tous les droits soient renégociés, la LFP en décide autrement et ne remet en jeu que ceux que possédait Mediapro. Le bras de fer se tend un peu plus. D'autres candidats se dévoilent (Discovery, Amazon, DAZN) mais aucun n'atteint le prix de réserve fixé par l'institution du football français. Le championnat continue mais en coulisses, il ne tourne plus vraiment rond.

4 février 2021 : la Ligue s'en remet à Canal + pour la fin de saison

Finalement, Canal + obtient ce qu'il désirait. En pompier de service, la chaîne cryptée récupère l'intégralité de la Ligue 1 et huit matches sur dix de la Ligue 2 jusqu'à la fin de la saison. En contrepartie, elle paiera bien l'intégralité du lot qu'elle avait cédé et s'engage sur une facture à hauteur d'environ 200 millions d'euros. Les clubs respirent, la Ligue souffle. Mais tout n'est pas réglé. Le pansement n'arrête pas l'hémorragie : il faudra tout reprendre à l'été pour les saisons suivantes.

11 juin 2021 : la stupeur, Amazon rafle le gros lot

Tout le monde ou presque voit Canal + rafler la mise et s'imposer de nouveau comme le grand patron du Championnat de France à la télévision. Maxime Saada tempère en expliquant quelques jours plus tôt ne pas être "sûr que la Ligue 1 soit sur Canal + l'année prochaine". La manœuvre ressemble à une petite menace pour mieux asseoir son rang. Canal + a fait des pieds et des mains pour le passage de la Ligue 1 à 18 clubs, officialisé le 3 juin, plaidant même à un championnat à 16. On croyait la chaîne cryptée prête à s'installer dans la durée. Mais à force d'agir comme si elle avait déjà la main sur le dossier, elle a fini par la perdre. La Ligue attribue ses droits à Amazon pour un montant moindre – mais plus garanti – que celui de Canal +. Le partenaire historique du football français annonce qu'il ne diffusera pas par conséquent le Championnat, alors qu'il en a récupéré deux matches par semaine. Le micmac est encore loin d'être réglé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.