Ligue 1 : bourreau du club parisien, possession à tout prix, homme marqué par la vie... Cinq choses à savoir sur Luis Enrique, nouvel entraîneur du PSG

Nommé officiellement sur le banc du PSG, mercredi, le technicien espagnol de 53 ans a déjà un énorme vécu en tant que joueur, entraîneur et homme.
Article rédigé par Robin Joanchicoy, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 4 min
Luis Enrique sur le banc du FC Barcelone, le 25 octobre 2015. (LLUIS GENE / AFP)

Six mois après son départ éprouvant de la sélection espagnole, à l'issue d'une Coupe du monde ratée, Luis Enrique va poser ses bagages à Paris. Mardi, franceinfo avait eu la confirmation de l'accord entre les deux parties. C'est désormais officiel, l'entraîneur espagnol a été nommé à la tête du PSG, mercredi 5 juillet, lors d'une conférence de presse dans son nouveau centre d'entraînement, encore en construction. Il aura pour mission de supplanter le bilan contrasté de Christophe Galtier, dont le départ a été officialisé en fin de matinée.

En tant que joueur ou entraîneur du FC Barcelone, Luis Enrique a souvent croisé la route du Paris Saint-Germain. Au détriment, souvent, du club de la capitale. Franceinfo: sport vous en dit plus sur le deuxième entraîneur espagnol à s'installer sur le banc parisien, après Unai Emery (2016-2018), et qui va vivre sa deuxième expérience à l'étranger, après celle vécue à l'AS Roma en 2011-2012.

Chef d'orchestre de la Remontada au Camp Nou

Devenu entraîneur de la réserve du FC Barcelone en 2008 pour succéder à Pep Guardiola, promu en équipe première, Luis Enrique devient le numéro 1 barcelonais le 19 mai 2014. À la tête du club catalan pendant trois ans, où il dirige, entre autres, le trio Messi-Suarez-Neymar, le tacticien espagnol remporte notamment deux titres de Liga (2015, 2016), trois Coupes du roi (2015, 2016, 2017) et une Ligue des champions, lors de sa première année.

Luis Enrique et Neymar célèbrent leur victoire face au Paris Saint-Germain (6-1), le 8 mars 2017. (JOSEP LAGO / AFP)

Outre tous ces trophées glanés, son passage sur le banc du Barça est marqué par une rencontre irréelle, entrée dans la légende de la Ligue des champions. Balayés au Parc des Princes à l'aller (4-0), en huitièmes de finale de C1, les Blaugranas signent l'un des plus gros exploits de l'histoire de la compétition lors du retour au Camp Nou, en basculant dans l'imaginaire après le but victorieux de Sergi Roberto (6-1). Luis Enrique exulte de joie tandis qu'Unai Emery, son compatriote et entraîneur du PSG à cette époque, se prend la tête entre les mains, sous le choc. La Remontada est née, c'est aussi son œuvre.

Un adepte de la possession du ballon, à n'importe quel prix

L'entraîneur espagnol est connu pour sa volonté de garder le contrôle du jeu en privilégiant la possession du ballon. Si cette approche lui a valu ses succès au FC Barcelone, elle lui a aussi causé de nombreuses critiques lorsqu'il était sélectionneur de l'Espagne, de 2018 à 2022. Cette philosophie de jeu, qui rappelle celle du Barça de Pep Guardiola, considérée comme l'une des plus grandes équipes de l'histoire, a atteint une certaine limite.

L'évolution du football moderne, plus dynamique, physique et adaptable, a contraint Guardiola à faire évoluer sa tactique. Luis Enrique, lui, s'est entêté, à ses dépens et à ceux de l'Espagne. Éliminée par le Maroc en huitièmes de finale de la dernière Coupe du monde, la Roja avait terminé avec près de 77% de possession et un total impressionnant de plus de 1 000 passes tentées, pour un seul tir cadré.

Un homme marqué par le cruel décès de sa fille

Bien au-delà d'une simple carrière de joueur ou d'entraîneur, la vie de Luis Enrique a été marquée par un événement tragique. Le 19 juin 2019, il annonce quitter son poste de sélectionneur de l'Espagne pour "motif familial de force majeure". La raison ? Sa fille de 9 ans, Xana, est atteinte d'un ostéosarcome, un cancer des os très agressif. Le 29 août, il annonce lui-même son décès sur son compte Twitter : "Notre fille Xana est décédée cet après-midi à l'âge de 9 ans, après avoir lutté pendant cinq mois intenses." Trois mois après, le 19 novembre, il reprend sa place sur le banc de la sélection espagnole.

Un titre européen avec le FC Barcelone contre... le Paris Saint-Germain

Luis Enrique fait partie des quelques joueurs à avoir évolué au FC Barcelone et au Real Madrid. Mais c'est bien en Catalogne qu'il laisse son empreinte. Adulé pour son engagement sur le terrain, l'Espagnol se fait vite un nom chez les Blaugranas. Sa capacité à multiplier les tâches sur le terrain (il a évolué à tous les postes hormis défenseur central et gardien de but) fait du natif de Gijon une pièce maîtresse du jeu barcelonais.

Luis Enrique face au Paris Saint-Germain, le 14 mai 1997, lors de la finale de la Coupe des coupes. (PASCAL PAVANI / AFP)

Parmi les cadres du Barça, Luis Enrique évolue aux côtés de Ronaldo, le Brésilien, avec qui il atteint la finale de la Coupe des Coupes, le 14 mai 1997. Ce jour-là, le FC Barcelone de Luis Enrique prive le Paris Saint-Germain d'un deuxième titre de C2, grâce à un but de son attaquant sud-américain.

Un caractère bien trempé et des relations difficiles avec la presse

Réputé comme un joueur agressif sur les pelouses de Liga, Luis Enrique n’a rien perdu de son caractère. À la manière d’un José Mourinho, l’Espagnol communique avec froideur face aux journalistes, raison de ses relations tumultueuses avec la presse. "Je ne serai pas le plus sympathique, parce que je ne crois pas que je doive l'être, avait-il lancé lors de sa présentation au poste de sélectionneur de la Roja. Je vais simplement faire mon travail." Il n'hésite jamais à dire ce qu'il pense, sans filtre, à la presse comme à ses joueurs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.