Ligue des nations : en Italie, l'équipe de France a fait le plein d'émotions en attendant la Coupe du monde au Qatar

En l'espace de deux rencontres face à la Belgique et l'Espagne, les Bleus ont renoué avec le succès et surtout procuré énormément d’émotions à leurs supporters.

Article rédigé par
De notre envoyé spécial à Milan - Denis Menetrier - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Didier Deschamps pose avec le trophée de la Ligue des nations, remportée par la France face à l'Espagne, le 10 octobre 2021 dans le stade San Siro de Milan (FRANCK FIFE / AFP)

À l'échauffement, juste avant le coup d'envoi du match, Karim Benzema n'en a pas manqué une. Enroulé à ras de terre, petit filet opposé. Les supporters français présents dans les tribunes de San Siro dimanche 10 octobre pour la finale de la Ligue des nations face à l'Espagne (2-1), se sont régalés. Mais rien de comparable avec cette frappe décochée par "KB(1)9" dans la lucarne d'Unai Simon, à la 66e minute de la rencontre, alors que les Bleus étaient menés.

Un but splendide et une réaction à la hauteur de l'action de la part des supporters français, qui ont alors senti le vent de la victoire souffler en faveur de l'équipe de France, avant de sombrer dans l'ivresse au coup de sifflet final. Trois jours après les émotions vécues face à la Belgique en demi-finale, les joueurs de l'équipe de France, les supporters, et les téléspectateurs fans des Bleus en ont une nouvelle fois pris plein les yeux grâce à un scénario renversant.

Au terme de cette semaine passée en Italie, entre Turin et Milan, les Bleus sont donc repartis avec un nouveau trophée sous un bras, et une besace pleine de frissons sous l'autre. "Il y a quelque chose dans l'air", annonçait Hugo Lloris à la veille du match face à la Belgique. Il y avait en effet un sentiment enivrant à quelques minutes du coup d'envoi de la finale dimanche, au moment de la cérémonie de clôture de cette deuxième édition de la Ligue des nations.

Des mois pour progresser

La "parenthèse enchantée" décrite par Deschamps est terminée, les Bleus ont à nouveau remporté un titre et il s'agissait peut-être de leurs jours en équipe de France les plus palpitants avant la Coupe du monde au Qatar (21 novembre-18 décembre 2022). La France n'est plus qu'à une victoire du Mondial 2022 et selon toute vraisemblance, elle devrait valider son ticket pour Doha lors du prochain rassemblement en novembre.

À moins de vouloir s'amuser à se faire peur comme face à l'Ukraine en 2013, les Bleus n'auront donc pas l'occasion de traverser de nouvelles émotions intenses d'ici le prochain Mondial, avec des matchs amicaux prévus en mars 2022. Difficile pour les joueurs de trouver ces rencontres stimulantes, surtout quand Didier Deschamps a affirmé dimanche soir que "la meilleure vitamine, c'est de gagner des titres".

Mais le sélectionneur a surtout précisé "qu'il y aura de l'effervescence". Autrement dit, qu'en l'absence d'émotions brutes et avec un peu plus de calme, les joueurs de l'équipe de France vont pouvoir travailler sereinement lors des prochains mois. Pas forcément le plus excitant, mais d'une importance capitale pour bien préparer le Mondial. Les petits nouveaux chez les Bleus (Theo Hernandez, Jules Koundé, Aurélien Tchouaméni), très bons pendant ce Final Four de la Ligue des nations, auront ainsi l'opportunité de continuer à progresser au niveau international.

Un trio offensif encore en rodage

Les Bleus pourront également perfectionner ce système à trois centraux, encore nouveau pour les joueurs et trop friable défensivement. "Ce système est intéressant pour nous. Mais ça demande des ajustements, et face à des adversaires comme la Belgique et l'Espagne, avec le manque d'automatismes, on a eu des difficultés. Ça demande de la répétition", a affirmé Deschamps après la finale dimanche.

L'autre clé essentielle de ce système est la possibilité pour le trio formé par Kylian Mbappé, Antoine Griezmann et Karim Benzema d'être proche dans l'axe du terrain. Une donnée essentielle dans la tête du sélectionneur mais jusque-là, les trois n'ont jamais brillé en même temps lors d'un match. Lors de ce Final Four, Benzema et Mbappé ont pris les devants quand Griezmann s'est montré plus discret.

Benzema essentiel au sein du groupe

Les prochains mois permettront sans doute de travailler des automatismes qui peinent à arriver au sein de ce trio potentiellement létal face à n'importe quelle défense de la planète. Une chose est certaine, la forme de Benzema sera essentielle dans les mois à venir et dans la préparation de la Coupe du monde. Son état d'esprit aussi, comme l'a confirmé Deschamps : "Il a cette rage de vaincre qui est très communicative. Pour l'avenir, c'est quelque chose d'important. Il a ce caractère, ce mental de compétiteur qui est indispensable au plus haut niveau."

Avec un Benzema désireux d'aller chercher un autre trophée lors du Mondial après un premier titre avec les Bleus, les joueurs de l'équipe de France resteront certainement concentrés dans les prochains mois afin de progresser un maximum. Quitte à attendre un peu pour revivre des émotions fortes. Après la finale remportée face à l'Espagne, les Bleus ont pris l'avion dans la foulée pour rentrer à Paris et n'ont pas pu célébrer comme ils le souhaitaient ce nouveau trophée. De quoi rendre impatients certains d'entre eux à un an du Mondial au Qatar.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Karim Benzema

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.