"Ils se sont parlé plusieurs fois" : comment Didier Deschamps en est venu à rappeler Karim Benzema pour l'Euro

Jacques Vendroux, consultant foot de franceinfo, revient sur "ces petits messages" qui ont fait que Didier Deschamps a décidé de "pardonner" à l'attaquant du Real Madrid, qui n'avait plus été retenu en équipe de France de football depuis 2015.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Didier Deschamps et Karim Benzema en septembre 2012, avant un match de l'équipe de France face à la Biélorussie à Saint-Denis. (FRANCK FIFE / AFP)

C’est la surprise du chef : la sélection d’un joueur que beaucoup, et l’intéressé le premier, ont cru définitivement banni de l’équipe de France. Didier Deschamps a décidé de rappeler Karim Benzema pour disputer l’Euro (11 juin-11 juillet) et l’attaquant du Real Madrid retrouve donc les 25 autres noms de la liste dévoilée mardi 18 mai.

Karim Benzema, 81 sélections, n’était plus sélectionné depuis 2015 et sa mise en examen dans l’affaire du chantage à la sextape, pour lequel il comparaît en octobre. Ses relations avec Didier Deschamps étaient devenues difficiles et il avait eu des mots très durs à l'égard du sélectionneur, qu’il avait accusé d'avoir "cédé sous la pression d'une partie raciste de la France". Jacques Vendroux, consultant football de franceinfo, revient sur les circonstances qui ont rendu possible ce retour de Karim Benzema en équipe de France.

franceinfo : Comment Didier Deschamps en est-il arrivé à prendre l’initiative de débloquer la situation ? Qui a fait le premier pas ?

Jacques Vendroux : C'est un super coup de la part de Didier Deschamps, parce que personne n'était au courant de ces discussions qui datent du dernier rassemblement de l'équipe de France de football, il y a un peu plus de deux mois. Et ce qui est bien, quelque part, c'est que tout le monde s'en est mêlé. Tout est passé par des petits messages, et puis après, vous avez Noël Le Graët qui a fait savoir à Didier Deschamps qu'il ne serait pas opposé à un retour. Et Didier Deschamps s'est dit : mon attaque pour l'Euro repose sur deux personnes, Griezmann et Mbappé. Si l'un des deux n'est pas en forme, est fatigué ou se blesse, il n'y a pratiquement pas de solution de recours, au niveau en tous les cas de Mbappé et de Griezmann. Petit à petit, Didier Deschamps a pris les choses en main, il a parlé avec ses collaborateurs, qu'il écoute beaucoup, à commencer par Guy Stéphan. Mais tout le monde a fait des efforts.

Karim Benzema avait accusé Didier Deschamps d'avoir "cédé sous la pression d'une partie raciste de la France", et Didier Deschamps en avait été meurtri. Il a expliqué hier que "l'étape importante", c''était qu'ils puissent "se voir et discuter".

Didier Deschamps a simplement décidé de pardonner, mais c'est un pardon réciproque. Ils se sont parlé plusieurs fois. Jean-Michel Aulas, le président de l'Olympique Lyonnais, assure aujourd'hui qu'il n'était absolument pas dans la confidence, mais il peut se féliciter de ce rapprochement, dans "l'intérêt supérieur de la France". Didier Deschamps est "républicain". Le mot est peut-être un peu trop fort, mais c'est l'intérêt supérieur de l'équipe de France de football. Il a décidé de pardonner, Benzema a grandi.

Dans l’équation, que devient Olivier Giroud ?

Il est en fin de parcours. Mais il mérite d'aller à l'Euro, même s'il ne joue pratiquement plus avec son club. Il mérite dans tous les cas d'être retenu parce que c'est une belle personne. C'est quelqu'un qui ne fait pas d'histoire, qui ne fait pas la gueule si jamais il est sorti ou qu'il n'est pas sélectionné. Une équipe de France, c'est un puzzle. Didier Deschamps est très attentif à l’équilibre du groupe, il a pris soin de prendre la température du groupe, auprès des cadres de l’équipe de France, notamment Hugo Lloris, le capitaine. Et en attaque, des joueurs comme Mbappé ou Griezmann savent qu'ils seront plus complémentaires que concurrents. Encore une fois, tout ça est un puzzle. En 1998, Aimé Jacquet décide de ne pas sélectionner Ginola, Papin et Cantona parce qu'ils ne s'entendaient pas avec le reste du groupe. Et à la sortie, ils sont champions du monde. En 2018, Didier Deschamps ne prend pas Benzema, il est champion du monde. Mais là, il sent qu'il a besoin de Benzema, et c'est pour ça qu'ils ont tous évolué. Et puis Benzema, il a grandi.

Ce que note Didier Deschamps lui-même, pour expliquer son choix : "Ce qu'on fait à vingt ans, on ne le fait pas à vingt-cinq. Et ce qu'on fait à vingt-cinq, on ne le fait pas à trente."

Karim Benzema a 33 ans. C'est l'avant-centre du Real Madrid depuis 2009. Il a marqué 278 buts avec le Real en 558 matches. Il n'est pratiquement jamais blessé. Et quand Ramos ou Modric sont absents, il est quand même le capitaine du Real. Il a grandi, il s'est apaisé. Peut-être qu'il a eu aussi des fréquentations dans une autre vie qui ont pu l'influencer. On ne peut pas oublier non plus qu'il y a un procès au mois d'octobre concernant l'affaire de la sextape. Mais là, il y a une parenthèse dans l'intérêt supérieur du football. Et le fait pour Didier Deschamps de changer d'avis, c'est pour moi une idée géniale. Si vous alignez Griezmann, Benzema, Mbappé, je vais me mouiller : vous avez la meilleure attaque du monde.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Karim Benzema

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.