Pièces à conviction, France 3

VIDEO. Pièces à conviction. Le compte à rebours d'un Euro 2016 à haut risque a commencé

L'une des plus grandes compétitions de football, l'Euro, débute en France vendredi 10 juin. Le coup d'envoi sera donné au Stade de France. Jamais une épreuve sportive n'aura été confrontée à un tel défi en matière de sécurité. Extrait de "Pièces à conviction".

Pièces à conviction

"Je suis absolument convaincu qu'avec la sécurité de cette épreuve, nous motiverons nos joueurs et nous gagnerons l'Euro 2016", assurait il y a trois mois Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, lors d'un exercice de simulation d'attentat. Car l'enjeu est de taille : il faut à tout prix rassurer des Français traumatisés par les attentats de novembre 2015. Pendant un mois, du 10 juin au 10 juillet, 2,5 millions de supporters vont déferler dans notre pays.

Fan-zones de tous les dangers ?

Pour que la fête soit magique, des écrans géants sont installés au cœur même des dix villes françaises organisatrices de l'Euro, dans des fan-zones qui divisent politiques et population, car elles sont autant de cibles pour les terroristes. Au pied de la tour Eiffel, sur le Champ-de-Mars, la fan-zone peut accueillir jusque 90 000 spectateurs par jour. Lors d'une réunion publique à la mairie du 7e arrondissement où se trouve cette fan-zone, une habitante fait part des ses craintes : "On a quand même suffisamment d'attentats en ce moment pour faire marche arrière." Même tonalité du côté de Rachida Dati, maire de cet arrondissement : "Si ça ne tenait qu'à moi, j'aurais annulé cette fan-zone pour des raisons de sécurité." Des milliers de supporters en liesse massés au centre des villes, cela fait peur. 

Des agents de sécurité assez formés ?

Pour assister les forces de l'ordre et renforcer le dispositif, 12 500 agents de sécurité privée ont été recrutés. Sont-ils assez formés ? "Je pense qu'on risque d'être un peu perdus au début", déclare Oriane, une jeune femme formée à Toulouse pour assurer la sécurité et les palpations à l'entrée des ces fameuses fan-zones.

Mais en plus du terrorisme, une autre menace plane sur l'Euro : les hooligans. Ils veulent mettre le feu à la compétition. L'ancien leader d'un groupe de hooligans français s'est exprimé pour "Pièces à conviction" : "Ça va être une boucherie. Ça va être pour moi un massacre." Hooligans, terrorisme, sommes-nous prêts à assurer la sécurité d'un Euro 2016 à haut risque ?

Extrait de "Sécurité : faut-il avoir peur de l'Euro 2016 ?", à voir dans "Pièces à conviction" le 8 juin à partir de 23h20.

(Pièces à conviction)