Equipe de France : Noël Le Graët assure que Karim Benzema ne sera pas exclu de la sélection après son jugement dans l’affaire de la sextape

Dans une interview accordée au Parisien, le président de la Fédération française de football (FFF) évoque aussi la possibilité de ne plus jouer au Stade de France après 2024. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Noël Le Graët assure que Karim Benzema ne sera pas exclu de l'équipe de France, quel que soit son jugement dans l'affaire de la sextape. (FRANCK FIFE / AFP)

L’affaire de la sextape, les finances de la FFF, la Coupe du monde tous les deux ans… Dans un entretien accordé au journal Le Parisien [article payant], mercredi 10 novembre, Noël Le Graët évoque le présent et l’avenir de l’équipe de France. Il fixe aux Bleus l’objectif d’atteindre au minimum les demi-finales de la Coupe du monde 2022. 

Objectif demi-finale au Qatar

"Au regard de la qualité des joueurs de l’équipe de France, j’aimerais bien que l’on atteigne le dernier carré", déclare Noël Le Graët à propos du prochain Mondial. Pour réaliser cette ambition, le président de la FFF renouvelle sa confiance en Didier Deschamps et ne ferme pas la porte à une prolongation du sélectionneur en cas de bon résultat au Qatar et s’il souhaite continuer son aventure à la tête des Bleus : "Didier va faire la Coupe du monde et on verra après". Pour préparer la compétition, les champions du monde en titre pourraient déjà s’envoler vers le Qatar en début d’année 2022 : "Il est possible que le Qatar organise un tournoi en mars, auquel la France participera peut-être".

Un départ du Stade de France ?

Dans son interview, Noël Le Graët aborde également le sujet des finances de la fédération et se réjouit d’un bilan "moins alarmiste que prévu" pour la saison 2020-2021. Il met également un coup de pression sur le Stade de France, avec qui la FFF dispose d’un contrat jusqu’en 2024 mais entretient des relations tendues, et laisse planer l’idée que les Bleus ne disputent plus leurs matchs dans l’enceinte de Saint-Denis : "On verra après 2024 et les JO si le stade connaît des modifications, ou si l’Etat s’en occupe davantage. Mais, dans les conditions auxquelles on a signé ce contrat parce qu’il fallait un stade pour la Coupe du monde 1998, cela suffit. On a assez payé. Nous ne renouvellerons ce contrat qu’à des conditions économiques acceptables pour la FFF". 

La place de Karim Benzema avec les Bleus pas compromise par une éventuelle condamnation

Toujours selon le président de la fédération, la place de Karim Benzema chez les Bleus ne doit pas être remise en cause quel que soit le jugement dans l’affaire de la sextape, qui sera rendu le 24 novembre. Le parquet a requis 10 mois de prison avec sursis et 75 000€ d’amende contre l’attaquant du Real Madrid. "Le sélectionneur restera toujours responsable de sa sélection et Benzema ne sera pas exclu par rapport à une éventuelle sanction judiciaire. Même s’il écope d’une peine de prison avec sursis, il lui reste la possibilité de faire appel d’une condamnation".

Pour une Coupe du monde tous les deux ans

Enfin, Noël Le Graët a justifié sa prise de position en faveur de l’organisation d’une Coupe du monde tous les deux ans, voulue par la Fifa : "Il ne faut pas penser qu’à l’Europe de l’Ouest et à ses pays riches. L’Europe est contre parce qu’elle dispose de compétitions lucratives. Mais l’Afrique, par exemple, a besoin de plus de matchs. Il faut que le président de la Fifa présente un projet économique viable […] C’est une décision importante économiquement". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Equipe de France de football

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.