Coupe du monde 2018 : la Belgique solide, l'Angleterre fébrile... Ce qu'il faut retenir de cette 5e journée

Franceinfo vous résume la sixième journée de la Coupe du monde, marquée par l'entrée en lice de deux beaux outsiders, l'Angleterre et la Belgique.

Les joueurs de l\'équipe de Belgique se congratulent après leur second but contre le Panama, à Sotchi, le 18 juin 2018.
Les joueurs de l'équipe de Belgique se congratulent après leur second but contre le Panama, à Sotchi, le 18 juin 2018. (ODD ANDERSEN / AFP)

Si la moyenne de buts de cette Coupe du monde n'atteint pas des sommets, les scénarios des matchs sont toujours aussi imprévisibles. La preuve ce lundi 18 juin : le large score d'un Belgique-Panama (3-0) ne reflète pas la physionomie du match, pas plus que Tunisie-Angleterre, conclu sur un score étriqué (2-1) malgré la nette domination des Three Lions.

Les résultats du jour

Suède-Corée du Sud 1-0. Un match qui ne restera pas dans les mémoires, selon la formule consacrée. Les Scandinaves ont dominé, les Sud-Coréens ont tenté de procéder par contre, et le gardien asiatique s'est retrouvé sous le feu des projecteurs grâce à son talent, mais aussi (un peu) à sa coupe de cheveux. Au final, la Suède l'emporte sur un penalty validé grâce à l'arbitrage vidéo, et la Corée termine le match sans avoir cadré un tir. 

Belgique-Panama 3-0. Les coéquipiers d'Eden Hazard portent une énorme pancarte avec inscrit "outsider" dans le dos. Et ont eu du mal à se défaire d'une courageuse équipe panaméenne, qui a tenu une mi-temps avant de prendre la marée, avec une superbe reprise de volée de Dries Mertens et un doublé de Romelu Lukaku.

Tunisie-Angleterre 2-1. Une vingtaine de tirs à cinq, une kyrielle d'occasions nettes à rien, l'Angleterre a gâché dans les grandes largeurs face à la Tunisie dans la moiteur de Volgograd. Les hommes de Gareth Southgate ont dominé les "Aigles de Carthage" de la tête et des épaules, mais ont dû attendre le temps additionnel pour s'assurer la victoire, grâce à un doublé d'Harry Kane. Décidément, les gros sont en mode diesel dans ce début de Mondial.

La petite phrase du jour

Le défenseur des Bleus Benjamin Pavard à son arrivée à Clairefontaine (Yvelines) avant la préparation à la Coupe du monde, le 4 juin 2018.
Le défenseur des Bleus Benjamin Pavard à son arrivée à Clairefontaine (Yvelines) avant la préparation à la Coupe du monde, le 4 juin 2018. (FRANCK FIFE / AFP)

Signée Benjamin Pavard, arrière-droit des Bleus, victime de discrimination capillaire. Son surnom de "Jeff Tuche", héros du film éponyme, commence à l'agacer : "Jeff Tuche, c'est marrant au début mais bon au bout d'un moment… voilà quoi. Merci..."

La petite onomatopée du jour

"Bzzzzz". C'est le concerto en moustique majeur qu'ont subi les joueurs anglais et tunisiens à Volgograd. Au point de devoir régulièrement s'asperger de citronnelle pour faire fuir les envahissants insectes.

La stat à sortir pour briller à la cantine

Ce Mondial part sur d'excellentes bases... en ce qui concerne les scores étriqués. Près d'une rencontre sur deux s'est terminée sur le score de 1-0.

Le post qui nous a fait rire

On y a tous pensé en découvrant la coupe de cheveux façon spaghetti de Neymar. Eric Cantona a osé. 

Neymar style...spaghetti al dente! #neymar#brasil#psg#italia#worldcup#worldcuprussia#squadraazzurra#realmadrid#italy#barilla#pizzeria#fifa#FFF#santos#cbf#barcelona#barça#eurosport#ericcantona#fcbarcelona#thecomissioneroffootball#neymarjr

Une publication partagée par Eric Cantona (@ericcantona) le

L'homme du jour

Nikola Kalinic, qui est, selon les médias croates, sur le point de se faire exclure de la sélection sans avoir disputé la moindre minute. En cause, son refus d'entrer en jeu face au Nigeria, en simulant un mal de dos. Le staff croate devait clarifier sa situation lors d'une conférence de presse, mais finalement, aucune question sur le cas Kalinic n'a été autorisée. Le feuilleton continue.

L'image que l'on peut toujours partager sur les réseaux sociaux demain

Ce magnifique arrêt de la tête du gardien coréen, qui n'a pu que retarder l'échéance avant l'ouverture du score de la Suède. L'arrêt de la tête avait disparu de la circulation depuis la retraite du portier argentin German Burgos, le voilà de nouveau à la mode.

Le gardien sud-coréen Cho Huyn-woo réalise une parade avec sa tête lors du match de Coupe de monde de son équipe face à la Suède, le 18 juin 2018 à Nijni-Novgorod (Russie).
Le gardien sud-coréen Cho Huyn-woo réalise une parade avec sa tête lors du match de Coupe de monde de son équipe face à la Suède, le 18 juin 2018 à Nijni-Novgorod (Russie). (DIMITAR DILKOFF / AFP)

Qu'est-ce qu'on mate (et qu'on zappe) demain ?

Russie-Egypte (20 heures, beIN Sports 1) s'impose comme le match à suivre. D'abord parce qu'on va vraiment voir ce que le pays-hôte a dans le ventre après l'apéritif saoudien. Ensuite parce qu'en cas de défaite, l'Egypte deviendrait la première équipe éliminée. Et enfin parce que Mohamed Salah, une des stars attendues de cette compétition, va faire son entrée en lice.

Au programme également, Colombie-Japon (14h) et Pologne-Sénégal (17h).