Transformer son vieux biclou en vélo électrique : "Ça me permet de l'utiliser tous les jours"

Au lieu d'acheter un vélo électrique neuf, dont le prix peut atteindre plusieurs milliers d'euros, il est aussi possible de rajouter un moteur à son vélo classique. 

Article rédigé par
Dimitri Morgado - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'atelier de la start-up Virvolt à Paris, qui électrifie des vélos mécaniques, le 20 octobre 2021.  (DIMITRI MORGADO / RADIO FRANCE)

Dans l'atelier parisien de la start-up Virvolt, on monte, mercredi 19 octobre, des kits d'électrification sur des vélos mécaniques tout au long de la journée. Ici, il faut compter entre 600 et 1 200 euros pour moderniser son vélo. Steeve, 43 ans, travaille dans la finance. Il a sauté le pas il y a un mois, et il ne regrette pas du tout son investissement. "J'ai un travail où je dois me déplacer quand même pas mal, explique-t-il, et arriver à un rendez-vous un peu transpirant ou pas en super en forme, ce n'était pas idéal. Le fait de le passer en électrique ça me permet de l'utiliser tous les jours."

Neufs, les vélos électriques coûtent en moyenne entre 500 euros et jusqu'à plus de 3 000 euros pour des modèles haut de gamme. En 2020, plus de 500 000 vélos à assistance électrique ont été vendus en France, un record. Les utilisateurs sont de plus en plus séduits, mais certains restent frileux notamment à cause du prix.  

Des kits d'électrification pour vélos mécaniques sont montés tous les jours à l'atelier Virvolt. Paris, le 20 octobre 2021.  (DIMITRI MORGADO / RADIO FRANCE)

Fanny, 25 ans, fait plus de trois kilomètres chaque matin pour aller au travail et chaque soir pour rentrer. Elle a électrifié son vélo il y a plus d'un an. "Après le confinement, je n'avais plus du tout envie de prendre les transports en commun, indique-t-elle.

"J'avais déjà un vélo que j'aime beaucoup. Je n'avais pas envie de me dire 'j'achète un autre vélo', alors que j'en ai un qui fonctionne et qu'en fait je suis juste une grosse flemmarde."

Fanny, 25 ans, qui a installé un moteur sur son vélo mécanique

à franceinfo

"Aujourd'hui les consommateurs sont de plus en plus sensibles à leurs choix de consommation, commente Jérôme-Aristide Gaymard, le fondateur de Virvolt, Ils en ont marre des marques qui font de l'obsolescence programmée, qui vendent du matériel une fortune mais qui est voué à aller à la casse." Pour lui, il est finalement assez logique de revenir au vélo. "Le vélo a été inventé pour aller d'un point A à un point B, rappelle-t-il. Avec l'émergence de la voiture c'est devenu un loisir et un moyen de faire du sport et là le vélo revient à sa fonction primaire, à savoir un moyen de locomotion."

Un moteur électrique monté sur un vélo classique, à l'atelier parisien Virevolt, le 20 octobre 2021.  (DIMITRI MORGADO / RADIO FRANCE)

Un marché en expansion 

Revenir au vélo, ça a justement été le choix de Lenny, 30 ans. Avant il se rendait au travail en scooter thermique. "À un moment, je me suis demandé si je n'allais pas le remplacer par un scooter électrique, explique le trentenaire, mais pour le coup j'ai fait le choix du vélo, pour le côté plus sportif et pour être en plein air." 

Steeve, Fanny et Lenny ne sont pas les seuls à être passés à l'électrique. Le marché ne cesse de grandir. En 2020, la start-up Virvolt a électrifié 500 vélos : un chiffre qui a déjà presque doublé en 2021.

Transformer son vieux biclou en vélo électrique : le reportage de Dimitri Morgado
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyclisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.