Brittney Grinner condamnée en Russie : "Cela fait mal, on espère que Brittney ne fasse pas ses neuf ans", réagit la basketteuse française Edwige Lawson

L'ancienne joueuse de l'équipe de France, qui a pu avoir des nouvelles de Brittney Grinner, pense que les négociations ne sont pas terminées et veut "garder espoir". 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Edwige Lawson, ancienne joueuse de l'équipe de France de basket.  (CASTORIA  / ANSA)

"Se dire que notre amie peut être dans une cellule en Russie, si loin de sa famille, de ses amis, cela fait mal au cœur", a déclaré vendredi 5 août sur franceinfo la basketteuse française Edwige Lawson. L'ancienne joueuse de l'équipe de France a réagi à la condamnation en Russie de Brittney Grinner, star américaine de la WNBA, à neuf ans pour trafic de drogue.

Elle espère "que Brittney ne fasse pas ses neuf ans qui ont été annoncés". La championne d'Europe avec les Bleues en 2001 et médaillée d'argent aux Jeux de Londres en 2012, explique par ailleurs l'intérêt "financier" qu'avait Brittney Grinner à aller jouer en Russie.

franceinfo : Comment avez-vous réagi à l'annonce de la condamnation de Brittney Griner à neuf ans de prison ?

Edwige Lawson : Au début, cela fait très mal, surtout quand on connait Brittney personnellement, comme j'ai la chance de la connaitre. C'est quelqu'un d'extraordinaire humainement, vraiment très gentille. J'ai un fils de six ans et Brittney passait son temps à jouer avec, à être toujours vraiment très adorable. Et de se dire que notre amie peut être dans une cellule en Russie, si loin de sa famille, de ses amis, cela fait mal au cœur.

"Voir les images, cela fait mal. Cela fait vraiment mal à entendre. Mais en même temps, quand on continue de lire et d'entendre ce qu'il se passe, on essaie de garder espoir."

Edwige Lawson, basketteuse française

à franceinfo

Parce que l'on pense que les négociations ne sont pas terminées. Maintenant, cela va être plutôt des négociations à portes fermées où les médias seront peut-être moins au courant de ce qui se passe. Mais on espère que Brittney ne fasse pas ses neuf ans qui ont été annoncés hier.

>> DECRYPTAGE. On vous explique en six actes comment la condamnation de la star américaine du basket est devenue un enjeu diplomatique pour les Etats-Unis

Est-ce que vous avez pu échanger avec des proches de sa famille ?

Oui, on a même réussi à pouvoir lui écrire. Mon mari a transmis un email plusieurs fois de la part de notre famille. Elle a pu nous répondre. On peut avoir des nouvelles.

Pour le grand public, une Américaine, double championne olympique, qui évolue en Russie, cela peut surprendre. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi les joueuses de la WNBA, la Ligue féminine nord-américaine de basket, sont attirées par ce championnat ?

C'est le plan financier. Dans le championnat professionnel américain, la WMBA, qui a lieu pendant l'été, les joueuses sont payées avec des salaires qui montent au maximum jusqu'à 200 000 dollars. Et quand elles vont jouer en Russie, les tops joueuses mondiales, comme Brittney Grinner, c'est dans les alentours d'un 1,5 million de dollars la saison. Donc les joueuses vont en Russie pour gagner leur vie, pour gagner de l'argent et pour l'après-carrière.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Basket

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.